Miam? | Edwin Chen via Unsplash
Miam? | Edwin Chen via Unsplash

Corée du Nord: contre la pénurie alimentaire, le gouvernement prône de manger des cygnes noirs

«La nourriture du futur», explique la propagande.

Le cygne noir n'est pas seulement une invention de l'économiste Nicholas Taleb désignant un événement improbable aux conséquences cataclysmiques. Dans plusieurs pays asiatiques, cet oiseau est apprécié comme ornement sur les plans d'eau.

Mais en Corée du Nord, c'est un bien plus triste sort qui attend le volatile: finir en ragoût, afin d'apaiser la faim des habitants en proie à une famine endémique.

Les médias d'État nord-coréens ont lancé une campagne de promotion pour la viande de cygne noir, présentée comme «délicieuse», avec «des vertus médicinales et une valeur nutritionnelle extrêmement élevée», rapporte Reuters.

Le gouvernement entend encourager l'élevage à l'échelle industrielle du cygne noir afin de développer une nouvelle source de nourriture. Fin octobre, Ri Jong-nam, le secrétaire en chef du Parti des travailleurs dans la province nord-coréenne de South Hamgyong, a lui-même ouvert un centre d'élevage sur la côte est du pays. La cérémonie a été diffusée en grandes pompes à la télévision, indique le Financial Times.

Un cygne des temps

Selon Rodong Sinmun (proche du parti au pouvoir), la consommation de cygne noir «contribuera activement à améliorer la vie des gens». Les autorités ont par ailleurs recommandé aux écoles, usines et entreprises de cultiver des légumes et d'élever elles-mêmes du poisson dans le but «d'accroître leur autosuffisance alimentaire».

Dans un pays qui souffre chroniquement de la faim (plus de 40% de la population sont atteints de malnutrition et un enfant sur cinq souffre de rachitisme), la crise alimentaire a été exacerbée par la fermeture des frontières et les restrictions de transport liées au Covid, mais aussi par des vagues de chaleur et des inondations catastrophiques.

En juin dernier, le leader nord-coréen Kim Jong-un avait lui-même qualifié la situation alimentaire de «tendue». Le dirigeant a mis cette situation sur le dos de la pandémie, des inondations et des sanctions internationales. Il n'est pas allé chercher bien loin son idée de cygne noir: dans les années 1990, son père Kim Jong-il avait lui aussi fait la promotion de viande de lapin et d'autruche, qu'il présentait comme une «nourriture d'avenir», rappelle le Financial Times.

«Au lieu de résoudre les problèmes alimentaires en incitant les agriculteurs à augmenter leur rendement grâce à des mécanismes de marché et à une prise de décision décentralisée, le gouvernement cherche des solutions magiques dont les cygnes ne sont que le dernier exemple, raille Peter Ward, un expert de la Corée du Nord à l'université de Vienne. On pourrait en rire si le pays ne souffrait pas d'une telle famine.»

En ce moment

Le patron de l'Agence spatiale européenne entre en guerre contre Elon Musk

Tech

Le patron de l'Agence spatiale européenne entre en guerre contre Elon Musk

L'Europe ne doit pas laisser le milliardaire faire de l'espace son Far West personnel.

L'engouement pour la fusion nucléaire va-t-il enfin payer?

Tech

L'engouement pour la fusion nucléaire va-t-il enfin payer?

Les capitaux affluent, mais la promesse pourrait être un peu trop belle.

Rafale: comment l'avion «invendable» engrange désormais les succès

Tech

Rafale: comment l'avion «invendable» engrange désormais les succès

Le fleuron de l'armée française a longtemps enchaîné les déboires à l'export.