Un homme fume dans une ruelle de Séoul, le 21 octobre 2021. | Anthony Wallace / AFP

Un homme fume dans une ruelle de Séoul, le 21 octobre 2021. | Anthony Wallace / AFP

Pour la jeunesse coréenne, le constat social de «Squid Game» est douloureusement réaliste

Une horrifique fiction trop proche du quotidien.

Si les deux dernières fictions audiovisuelles coréennes à connaître un immense succès planétaire, Parasite et Squid Game, ont peu de choses en commun, elles partagent un thème sous-jacent: le désespoir du prolétariat coréen.

En décalage avec l'image d'une Corée du Sud fantasmée comme un pays ultra-moderne, à l'économie florissante et au soft power croissant, les deux œuvres dépeignent une société inégalitaire, où les pauvres doivent se résoudre au mensonge et à la violence pour s'en sortir.

Ces thèmes ont visiblement résonné dans le pays. Mercredi 20 octobre, malgré une interdiction gouvernementale, des milliers de syndicalistes ont défilé pour protester contre les inégalités et les conditions de travail –une partie d'entre eux étaient grimés en personnages de Squid Game.

Plusieurs travailleurs syndiqués avec des déguisements Squid Game participent à la manifestation à Séoul, expliquant que comme dans la série, eux aussi ont du mal à gagner leur vie. Ils demandent au gouvernement d'améliorer les droits des travailleurs. Ils revendiquent 30.000 participants à la manifestation.

Le taux de pauvreté en Corée du Sud est de 16,7%, soit le quatrième plus haut parmi les pays de l'OCDE derrière le Costa Rica, les États-Unis, la Roumanie et Israël. La différence de salaire médian entre un homme et une femme est de 32,5%, ce qui fait de la Corée le pays de très loin le plus inégalitaire de l'organisation, près de dix points au-dessus du second, Israël (22,7%).

Dégagisme et inégalités

La population coréenne est extrêmement concentrée dans la capitale, Séoul, ainsi que sa grande banlieue. Depuis 2020, l'aire urbaine de la métropole abrite plus de 50% de la population du pays. Les loyers ont doublé en cinq ans, bien plus vite que les salaires.

Bloomberg explique en outre que le pays est en proie à une dégradation des relations intergénérationnelles. Les plus jeunes en particulier se désespèrent d'un marché du travail plus fermé que jamais et d'un accès à la propriété immobilière quasiment impossible dans la capitale.

Tout cela pèsera dans la balance lors des prochaines élections présidentielles, en mars 2022. Les jeunes, qui ont aidé l'actuel président de centre-gauche Moon Jae-in à battre son opposant conservateur en 2017 et sont habituellement une solide base pour le Parti démocrate, se rapprochent de plus en plus nettement de l'opposition de droite.

Ce glissement s'inscrit dans un climat de perte de confiance croissante entre la population du pays et sa classe politique. Lee Jae-myung représentera le Parti démocrate lors des élections de 2022. Il a remporté la primaire contre un allié du président actuel en menant une campagne de gauche promettant lutte contre la corruption, revenu universel, et solutions au problème immobilier. Sa campagne a été entachée d'un scandale de prise d'intérêts illégale par l'un de ses associés.

En ce moment

Le patron de l'Agence spatiale européenne entre en guerre contre Elon Musk

Tech

Le patron de l'Agence spatiale européenne entre en guerre contre Elon Musk

L'Europe ne doit pas laisser le milliardaire faire de l'espace son Far West personnel.

L'engouement pour la fusion nucléaire va-t-il enfin payer?

Tech

L'engouement pour la fusion nucléaire va-t-il enfin payer?

Les capitaux affluent, mais la promesse pourrait être un peu trop belle.

Rafale: comment l'avion «invendable» engrange désormais les succès

Tech

Rafale: comment l'avion «invendable» engrange désormais les succès

Le fleuron de l'armée française a longtemps enchaîné les déboires à l'export.