Les candidat·es de Love is Quarantine sont censé·es échanger par message ou en s'appelant. | Disruptivo via Unsplash

Les candidat·es de Love is Quarantine sont censé·es échanger par message ou en s'appelant. | Disruptivo via Unsplash

Grâce à Love is Quarantine, le confinement peut mener à l'amour

Deux Américains ont adapté à l'ère de l'enfermement l'émission «Love is Blind» de Netflix.

Il y a un peu moins d'un mois, Netflix a mis en ligne le dernier épisode de son émission de téléréalité, «Love is Blind». Le concept est simple: trente candidat·es célibataires se rencontrent et échangent, deux par deux et séparé·es par un mur, dans des capsules.

Bien sûr, ce «Tournez manège!» moderne a pour objectif de créer des couples, des histoires solides entre ces personnes qui ne se sont donc jamais vues. C'est globalement le même principe sur lequel a surfé l'émission française «L'Amour est aveugle», diffusée entre 2010 et 2014 sur TF1.

Le programme de Netflix a connu un important succès autour du globe, devenant même le programme la plus regardé ces dernières semaines aux États-Unis, devant des poids lourds comme Narcos ou Better Call Saul.

La réussite de «Love is Blind» est telle que la série a inspiré deux jeunes Américains, qui ont décidé d'adapter le concept à la période de quarantaine que de nombreux pays traversent actuellement. Ce nouveau show sous forme de compte, qui se déroule principalement sur Instagram, s'appelle Love is Quarantine –et c'est tout aussi passionnant.

Âgés de 27 et 28 ans, Thi Q. Lam et Rance Nix sélectionnent trente candidat·es et mettent ensuite en contact deux d'entre eux et elles, qui devront s'appeler et discuter, sans savoir à quoi l'autre ressemble.

Sur le compte Instagram de l'émission, chaque candidat·e fait un bref compte-rendu écrit ou vidéo de son date, racontant si oui ou non il y a eu alchimie. Parfois, c'est le cas («We're really vibing», raconte Summer, soit quelque chose comme «Ça colle vraiment») et parfois... un peu moins.

Et si le Covid-19 facilitait les rencontres?

Il y a quelques jours, les deux créateurs de Love is Quarantine se sont retrouvés sans emploi à cause du confinement lié au Covid-19. C'est là qu'ils ont souhaité lancer leur propre mouture de l'émission de Netflix.

«Une chose qui a résonné en nous est le fait que nous écartons l'aspect physique des rencontres et c'est une opportunité plutôt cool de le faire», raconte Rance Nix au New York Times.

Lui-même atteint d'achondroplasie, une maladie génétique provoquant une forme de nanisme, il explique avoir du mal à rencontrer des partenaires qui ne s'arrêtent pas à son physique.

Après avoir enchaîné deux «saisons» avec à chaque fois une trentaine de candidat·es, Love is Quarantine devrait se poursuivre jusqu'à la fin du confinement aux États-Unis. D'ailleurs, Rance Nix et Thi Q. Lam ont créé des goodies à l'effigie de leur émission, et les recettes iront directement à une association caritative luttant contre la faim outre-Atlantique.

En ce moment

Le concours mortel de Pepsi, un Tchernobyl volant, une apocalypse boursière, l'hebdo de korii.

Et Cætera

Le concours mortel de Pepsi, un Tchernobyl volant, une apocalypse boursière, l'hebdo de korii.

Les dix articles de la semaine, pour chasser l'ennui de votre dimanche.

Le confinement a fait de deux octogénaires de Taïwan des stars d'Instagram

Et Cætera

Le confinement a fait de deux octogénaires de Taïwan des stars d'Instagram

En un mois, le couple a atteint les 600.000 followers.

Et si vous preniez l'avion pour aller nulle part?

Biz

Et si vous preniez l'avion pour aller nulle part?

Aéroports et compagnies rivalisent dans le non-sens pour compenser l'effondrement du marché aérien.