Le SSN New Mexico, un sous-marin de classe Virginia, le 26 novembre 2009. | US Navy / AFP

Le SSN New Mexico, un sous-marin de classe Virginia, le 26 novembre 2009. | US Navy / AFP

Un couple d'Américains arrêté pour avoir tenté de revendre des secrets militaires

Un ingénieur de l'US Navy a été pris en flagrant délit d'espionnage par le FBI en pensant à tort livrer à un agent étranger des informations concernant des sous-marins nucléaires.

C'est une nouvelle qui fera rire jaune les négociateurs français du marché avorté de la vente de sous-marins à l'Australie. Un ingénieur nucléaire de l'US Navy et sa femme ont été arrêtés pour avoir tenté de vendre à une puissance étrangère des informations sur les sous-marins de classe Virginia. Ceux-là même que Canberra a préféré aux submersibles fabriqués par le groupe industriel français spécialisé dans la construction navale de défense.

D'après des documents légaux déclassés le 8 octobre, Jonathan Toebbe travaillait pour le gouvernement dans le domaine de la propulsion navale nucléaire depuis 2012 au sein du laboratoire de West Mifflin, en Pennsylvanie. En 2020, alors qu'il quitte l'armée, l'ingénieur décide de se concocter un parachute doré.

En avril, Toebbe envoie un colis contenant des documents confidentiels de la Navy aux autorités d'un pays dont l'origine n'a pas été dévoilée. Y figure une carte SD contenant les moyens de le joindre accompagnée d'une lettre adressée à un agent étranger: «Excusez-moi pour la mauvaise qualité de cette traduction dans votre langue. Veuillez faire suivre cette lettre à vos services de renseignement. Je crois que cette information sera d'une grande valeur pour votre nation. Ceci n'est pas un canular.»

Quelques mois plus tard, l'ingénieur commence à échanger via ProtonMail, une messagerie cryptée, avec un acheteur qui se montre intéressé. Jonathan Toebbe ignore alors que l'antenne du FBI opérant dans le pays qu'il tentait de contacter a intercepté son colis.

Les 100.000 dollars, la carte SD et le sandwich au beurre de cacahuète

On ne sait pas si le paquet a été fourni au FBI par le destinataire visé par l'offre de Jonathan Toebbe ou si l'agence fédérale a mis la main dessus par ses propres moyens. Toujours est-il qu'un agent infiltré s'est fait passer pour un émissaire du pays en question auprès de l'ingénieur.

Sous le pseudonyme «Alice», l'accusé a réclamé 100.000 dollars en cryptomonnaie en échange de secrets militaires. Le New York Times précise que les informations relatives aux moteurs à propulsion nucléaire dont il s'agit sont parmi les secrets les plus farouchement gardés par l'armée américaine. Des détails protégés au vu de leur complexité et de leur proximité avec les recherches sur les armes nucléaires.

Après plusieurs échanges, le FBI est parvenu à convaincre l'ex-militaire de déposer une carte SD contenant une partie de ces données quelque part en Virginie-Occidentale, en échange d'un premier versement de 20.000 dollars en Monero, une cryptomonnaie. Accompagné de sa femme, Toebbe a déposé la carte dissimulée dans un sandwich au beurre de cacahuète.

Une nouvelle fois identifié lors d'un second dépôt, le couple a finalement été arrêté ce samedi 9 octobre 2021 lors d'un traquenard du FBI. Leur domicile, situé à Annapolis dans le Maryland, a été perquisitionné par l'agence fédérale. Ils doivent comparaître ce mardi 12 octobre devant un tribunal.

En ce moment

L'entourloupe de la «shrinkflation», menace sur l'éolien, la surprise hypersonique chinoise, une journée sur korii.

Et Cætera

L'entourloupe de la «shrinkflation», menace sur l'éolien, la surprise hypersonique chinoise, une journée sur korii.

Quatre articles pour jeter un autre regard sur le monde.

Cette start-up veut construire des fermes verticales souterraines

Tech

Cette start-up veut construire des fermes verticales souterraines

Produire sa nourriture dans des trous, c'est le concept audacieux de GreenForges.

Pourquoi le changement climatique menace l'électricité éolienne

Tech

Pourquoi le changement climatique menace l'électricité éolienne

La vitesse du vent a tendance à s'affaiblir sous les latitudes tempérées, ce qui compromet le potentiel des éoliennes.