Le récap' du jour.
Le récap' du jour.

Le coût du Brexit, un réseau pour deux, la mafia du pollen, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire ce jeudii.

Le Brexit plus cher que l'UE, un réseau social pour deux, de lucratifs vols de ruches, la big data au service du café, les signes que l'IA efface l'humanité, une journée sur korii.

Un article vous a plu? N'hésitez pas à partager cette newsletter. Un autre vous a déplu? Dites-le nous en répondant directement à ce mail, on lit tout.

Vous souhaitez vous abonner à la kotiidienne? C'est par icii.

Bedford, un réseau social pour deux

Lancée par Joshua Kushner, l'application fait le pari d'un espace intimiste, utilisable par deux personnes seulement.

Lire l'article

Une vague de vols de ruches déferle sur les États-Unis

Le prix des ruches utilisées pour polliniser les champs californiens a explosé: elles attirent les convoitises de gangs du pollen.

Lire l'article

La souveraineté a un prix: le Brexit coûte presque aussi cher que 47 ans de contribution au budget de l'UE.

Lire l'article

La big data donne du grain à moudre au café

La start-up Cropster a lancé un outil visant à sortir les producteurs de café de la pauvreté –avec, à terme, de plus vastes ambitions.

Lire l'article

Comment savoir quand l'IA détruira l'humanité?

Il y a peu de risques, mais autant s'y préparer.

Lire l'article

En ce moment

L'impossible retraite à 40 ans, la guerre des masques, des robots biologiques, une journée sur korii.

Et Cætera

L'impossible retraite à 40 ans, la guerre des masques, des robots biologiques, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'hui.

À la rencontre des «xenobots», les premiers robots biologiques au monde

Tech

À la rencontre des «xenobots», les premiers robots biologiques au monde

Entre machines programmées et organismes vivants, ces choses d'un genre nouveau ouvrent des portes sur le futur.

La retraite avant 40 ans: quand le rêve vire au cauchemar

Biz

La retraite avant 40 ans: quand le rêve vire au cauchemar

Les adeptes du mouvement FIRE ont investi jeunes pour arrêter de travailler tôt. Sans voir la crise venir.