Pour cinq injections. Ou plus. | POOL / Getty Images North America / AFP
Pour cinq injections. Ou plus. | POOL / Getty Images North America / AFP

Le bonus surprise du vaccin Pfizer

Un rabiot inespéré, mais un dilemme médical.

Le personnel soignant américain a, en début de semaine, reçu les premières doses du vaccin contre le Covid-19 développé par Pfizer et BioNTech et débuté la campagne de vaccination. Dans le même temps, il faisait une heureuse découverte –qui s'est initialement transformée en un dilemme complexe médical, voire moral.

Comme le rapporte le New York Times, les étiquettes des précieuses fioles, dont la production et la distribution contituent un incroyable défi logistique, stipulent qu'elles contiennent de quoi préparer cinq injections.

Or, alors que la demande excède l'offre et que l'urgence sanitaire, en particulier aux États-Unis, est brûlante, les soignants américains se sont rapidement aperçus que les récipients expédiés par Pfizer contenaient de quoi préparer une sixième, voire une septième injection –quelques gouttes supplémentaires courantes lors de la fabrication en masse d'un tel produit.

Du rab de vaccin

Hourra? Pas tout de suite: toute vaccination doit scrupuleusement respecter le protocole établi par les laboratoires et les instances sanitaires, et la question de cet inespéré rabiot n'avait été abordée ni par les uns ni par les autres.

Que faire alors de ces doses supplémentaires? D'abord sans consigne claire, de nombreux soignants se sont vus contraints, à contrecœur, de se débarrasser de ce pourtant précieux surplus. D'autres en revanche ne se sont pas réellement posé la question ou, s'ils l'ont fait, n'ont pu se résoudre à gâcher l'opportunité et ont fait bon usage de leurs seringues bonus.

Une sixième et une septième dose quand les plans de vaccination étaient basés sur cinq, le calcul est simple: leur utilisation pourrait booster l'approvisionnement de 40%, un bonus énorme, en particulier pour un vaccin nécessitant deux injections.

Pour les États-Unis, et bien que Pfizer se soit montré moins loquace, la FDA n'a donc pas mis longtemps à réagir. Elle a fait savoir au laboratoire ainsi qu'au personnel soignant que, compte tenu de la situation, elle considérait comme «acceptable» d'administrer le sérum en trop, si les contenus de deux fioles distinctes n'étaient pas mélangés entre eux.

En ce moment

Le PDG de Philip Morris prône une interdiction de la cigarette d'ici dix ans

Biz

Le PDG de Philip Morris prône une interdiction de la cigarette d'ici dix ans

Poudre aux yeux ou vraie conversion?

Exigeant un tank plus réaliste, un joueur de «War Thunder» partage des documents secret défense

Tech

Exigeant un tank plus réaliste, un joueur de «War Thunder» partage des documents secret défense

La boulette (de canon).

Une mini Ferrari 250 Testa Rossa pour enfants très, très riches

Tech

Une mini Ferrari 250 Testa Rossa pour enfants très, très riches

Avez-vous gardé l'adresse du Père Noël?