Pour rediriger un lien il suffit de repérer un nom de domaine abandonné et non renouvellé et de le détourner, grâce à des outils proposés par des plateformes ou des app store. | hpgruesen via Pixabay
Pour rediriger un lien il suffit de repérer un nom de domaine abandonné et non renouvellé et de le détourner, grâce à des outils proposés par des plateformes ou des app store. | hpgruesen via Pixabay

Le business frauduleux du détournement de liens morts

De nouveau services proposent de rediriger des liens morts ou périmés de grands médias comme le New York Times vers des sites souvent très louches.

Vous avez sûrement déjà cliqué sur un vieux lien qui, plutôt de vous emmener vers le site prévu, vous fait atterrir sur une page web remplie de publicités et au design désuet des années 2000.

Cette page vend des produits douteux (des T-shirts vintages de «Game of Thrones» aux pilules «miraculeuses» pour vous faire perdre 20 kilos en une semaine), vous incite à cliquer sur des liens de vidéos de marijuana… ou à aller chatter avec une trentenaire sexy aux énormes seins –lien qui vous mènera bien sûr vers une vidéo porno.

Derrière cette pratique louche se construit une économie de plus en plus lucrative, selon une enquête de Buzzfeed News. Point n'est besoin de savoir hacker ou d'avoir une connaissance approfondie du fonctionnement d'internet pour rediriger un lien. Il suffit de repérer un nom de domaine mort –c'est-à-dire abandonné et non renouvellé– et de le détourner. Des spécialistes du SEO (référencement optimisé) ou des agences –comme LinkVidya– construisent ainsi des liens de redirection et les vendent à des sites qui veulent par exemple augmenter le trafic.

Détournement de liens

Sur Fiverr, une plateforme qui met en relation la clientèle et les freelances, ces redirections se monnaient en moyenne 200 dollars (un peu plus de 180 euros) et montent jusqu'à 500 dollars (environ 450,3 euros), surtout si elles proviennent de liens mort disposant d'un bon référencement, issus du New York Times, Bloomberg, The Guardian, la BBC, CNN ou Forbes.

Parmi les personnes qui proposent cette technique à la vente contactées par Buzzfeed News, un compte indien nommé Your Trustful Techincal SEO Lady leur a envoyé des captures d'écrans illustrant comment des outils en ligne sont utilisés pour repérer des liens morts sur le New York Times et les rediriger vers le site de son client, un app store Android localisé en Inde.

«Il y a tellement d'arnaqueurs sur internet», explique Kelly McBride, experte de l'éthique des médias et vice-présidente du Poynter Institute, à Buzzfeed. «La plupart d'entre-eux exploitent les utilisateurs en leur faisant croire qu'ils peuvent leur rendre service. C'est juste une autre manifestation d'un plus grand problème de l'architecture du web.»

Les règles de Google ne font pas explicitement référence aux tactiques abusives de référencement via des liens de redirections, bien que le moteur de recherche considère cette pratique comme frauduleuse. Les médias concernés doivent gérer le problème en interne pour protéger les internautes qui les utilisent. Bien que le nombre de liens concernés soit assez limité –une dizaine par média–, il est parfois complexe de les identifier… et de les réparer.

En ce moment

La Chine pique en douce la technologie spatiale américaine

Tech

La Chine pique en douce la technologie spatiale américaine

En retard sur les États-Unis dans la course aux étoiles, le géant asiatique n'hésite pas à recourir à l'espionnage et à la contrebande de pièces sensibles.

Au Venezuela, le marché reprend ses droits

Biz

Au Venezuela, le marché reprend ses droits

La situation économique du pays connaît une relative amélioration, du moins pour la population capable de payer en dollars.

Deux femmes devraient décrocher la Lune grâce à la NASA

Et Cætera

Deux femmes devraient décrocher la Lune grâce à la NASA

Mais un trou noir semble les avoir aspirées dans le néant de l'histoire de la conquête spatiale.