Rishi Sunak, le chancelier de l'Échiquier britannique, lors d'une conférence de presse le 24 septembre 2020. | John Sibley / AFP
Rishi Sunak, le chancelier de l'Échiquier britannique, lors d'une conférence de presse le 24 septembre 2020. | John Sibley / AFP

Au Royaume-Uni, le pari de la terre brûlée face à la crise économique

Le gouvernement assume une hausse massive du chômage afin de permettre à l'économie de se réajuster.

Comme le monde entier, le Royaume-Uni est chamboulé par la crise du Covid-19. Bien qu'il le fit tardivement par rapport à ses voisins européens, le pays a imposé en mars des mesures de confinement nationales qui ont mis l'économie à l'arrêt.

Le gouvernement avait prévu, comme c'est le cas en France, de mettre en place un plan de relance afin de permettre à l'économie de reprendre son souffle après cette mauvaise passe. Seulement, la courbe des contaminations continue d'être inquiétante, le pays ayant courant septembre enregistré un nouveau record de cas détectés en une journée.

Boris Johnson a donc préféré opter pour de nouvelles mesures de distanciation physique. Les restaurants et bars fermeront à 22 heures et le télétravail est fortement encouragé. Dans ces conditions, le ministre des Finances Rishi Sunak a annoncé changer de stratégie quant au plan de relance initialement imaginé.

«Ajustement permanent» de l'économie

Par peur que les entreprises ne puissent pas en profiter et que ces fonds ne soient dépensés en vain, Sunak a indiqué que le gouvernement britannique allongerait la durée des mesures de chômage partiel, qui devaient s'arrêter fin octobre.

Mais pour y être éligibles, les employé·es devront travailler au moins un tiers du temps prévu par leurs contrats. Ce tiers sera payé par leur employeur et l'État fera le complément, pour atteindre 80% du salaire habituel.

Ces conditions se traduisent simplement: les personnes ne pouvant pas travailler du tout, et elles seront nombreuses, perdront probablement leur emploi. Selon le gouvernement, ce serait avoir «fondamentalement tort» que d'essayer de sauvegarder des emplois qui ne survivraient que grâce aux aides de l'État.

Pour Boris Johnson et ses équipes, cette mesure servira à effectuer des «ajustements permanents» de l'économie du pays. «Nous devons créer de nouvelles opportunités et permettre à l'économie d'avancer, et cela veut dire aider les personnes qui occupent des emplois viables et qui fournissent une réelle sécurité, a ainsi déclaré Sunak. Je ne peux pas sauver toutes les entreprises. Je ne peux pas sauver tous les emplois. Aucun ministre n'en serait capable.»

Bloomberg estime que ces mesures devraient porter le taux de chômage aux alentours de 9%, plus du double de son niveau actuel. Le site ose même la comparaison avec la politique de Margaret Thatcher dans les années 1980, qui avait choisi de moderniser l'économie en faisant mourir les industries vieillissantes, au prix d'un chômage massif.

En ce moment

Les cryptomonnaies ont déjà une armée de lobbyistes à Washington

Biz

Les cryptomonnaies ont déjà une armée de lobbyistes à Washington

L'industrie veut donner une image innovante mais rassurante, loin de la réputation disruptive de ses partisans.

Le Pentagone veut tirer une fusée nucléaire en orbite

Tech

Le Pentagone veut tirer une fusée nucléaire en orbite

La propulsion nucléaire thermique doit permettre de mieux manœuvrer les lanceurs de satellites.

Les films Netflix peuvent-ils concurrencer Disney et Warner?

Biz

Les films Netflix peuvent-ils concurrencer Disney et Warner?

Avec la fermeture des salles, la VOD est devenue partie intégrante de la stratégie de diffusion des blockbusters.