Profitez de cette photo avant que les prudes ciseaux de la censure n'essaient de vous en priver. | Vidar Nordli-Mathisen via Unsplash
Profitez de cette photo avant que les prudes ciseaux de la censure n'essaient de vous en priver. | Vidar Nordli-Mathisen via Unsplash

Effacer le porno d’internet, une très mauvaise idée

La sexualité est l'une des voies de l'empowerment, essayer d'en supprimer toute trace est une croisade morale aux conséquences dangereuses.

C’est un appel que signe l’autrice Violet Blue sur Engadget. Un appel contre la vague de puritanisme qui, depuis quelques mois, semble vouloir effacer toute trace de porno, de nudité ou de simple sexualité de ses parties les plus visibles. Le souhait qu’internet retrouve un peu de cette liberté qui a longtemps constitué son âme et qui, à côté du porno commercial, a permis à des millions de personnes d'échanger autour du sexe, d'apprendre sur la chose, de constituer des communautés protectrices, de trouver de l’empowerment dans les nus de l’art, qu’il soit subversif ou non.

La journaliste prend d’abord l’exemple de recherches, de simples requêtes envoyées à Google ou Yahoo News: le mot «porn» semble avoir été banni par les algorithmes de leurs moteurs de recherche, qui enfouissent les résultats au fin fond des limbes, comme pour protéger, contre son gré, celle ou celui qui chercherait simplement à s’informer sur des sujets de société pourtant primordiaux.

L'empowerment par la sexualité

Elle prend également l’exemple de Tumblr qui, au grand dam d'une grande partie de ses utilisateurs et utilisatrices, a décidé en fin d’année dernière de bannir la sexualité de ses pages. Tumblr était pourtant devenu, pour des millions de gens, une plateforme sûre pour explorer les sexualités, quelles qu’elles soient. «Quand Tumblr a supprimé des millions de blogs de sexe et de communautés, beaucoup ont expliqué qu’ils auraient été perdus voire seraient devenus suicidaires sans le site pour les aider à comprendre leur sexualité», relate Violet Blue dans sa tribune. Elle ajoute que la censure de certaines œuvres d’art est un danger pour la démocratie. «L’art a un effet sur le progrès et l’empowerment lorsqu’il est transgressif, scandaleux, nu, érotique», écrit-elle.

Plus grave encore: en mettant sur le dos des plateformes la charge d’éventuels contenus liés au trafic du sexe, et ce sans faire dans le détail, le vote de la loi dite FOSTA-SESTA («Fight Online Sex Trafficking Act» et «Stop Enabling Sex Traffickers Act») a condamné au silence, de manière brutale et massive, l’intégralité de la communauté des travailleurs et travailleuses du sexe américain. Avec les conséquences que l’on peut imaginer pour une communauté déjà fragile, comme pour ceux qui aimeraient tisser des liens avec elle.

Ailleurs, le Wired UK expose la manière ridicule dont le gouvernement britannique entend couper la jeunesse du pays des contenus pornographiques sur internet. Bien nommée «porn block», la manœuvre renvoie d’une certaine manière aux débats actuels sur le pseudonymat en France: il est demandé aux plateformes coquines d’exiger une preuve de majorité aux internautes désirant accéder à leurs contenus.

Moins philosophique et plus pragmatique, l’article du Wired britannique constate en substance que la solution imposée par le gouvernement semble techniquement difficile, ne serait-ce que du fait de la simplicité d'usage des VPN. Qu’elle risque d’engager les jeunes voulant contourner l’interdiction vers des voies au moins plus douteuses –dark web, sites crapuleux, arnaques à la carte bancaire, etc. Que, si la mesure fonctionnait, elle permettrait de constituer une base de données plutôt problématique. Qu’elle n’est pas prise en charge directement par la puissance publique, mais par les acteurs du secteur eux-mêmes, avec toutes les problématiques que cette collusion peut impliquer.

Wired explique, surtout, que le gouvernement britannique a agi après la parution d’un sondage apparemment complètement bidon. Qu’il s’agit donc plus d’une croisade morale qu’une politique publique empreinte de bon sens: dans le cas de Tumblr, dans le cas plus général du Royaume-Uni, et dans tous les cas, essayer d’effacer coûte que coûte et par excès de pudeur les contenus considérés comme trop «sexuels» est une mauvaise idée.

En ce moment

Les protest-hackers à Hong Kong, un joypad inclusif, des données sensibles en libre accès, aujourd'hui sur korii.

Et Cætera

Les protest-hackers à Hong Kong, un joypad inclusif, des données sensibles en libre accès, aujourd'hui sur korii.

(Et plein d'autres choses aussii.)

Les données médicales de 5 millions de personnes en libre accès sur internet

Et Cætera

Les données médicales de 5 millions de personnes en libre accès sur internet

Une simple recherche en ligne suffit pour consulter les données de santé de millions de patient·es américain·es et d'autres nationalités.

Avec le Xbox Adaptive Controller, le jeu vidéo devient enfin inclusif

Tech

Avec le Xbox Adaptive Controller, le jeu vidéo devient enfin inclusif

Merveille de design, la manette a été conçue pour s'adapter à l'infinité des situations de handicap.