Un abonnement à 70 dollars par an, ça ne suffit pas à régler un malaise profond. | Asael Peña via Unsplash
Un abonnement à 70 dollars par an, ça ne suffit pas à régler un malaise profond. | Asael Peña via Unsplash

Contre le mal-être au travail, Starbucks offre une app de méditation

La mesure est loin d'avoir satisfait son personnel, qui dénonce la gestion du planning en période hivernale.

Rien ne va plus chez Starbucks. Les coffee shops sont entrés dans la période la plus creuse de l'année pour leur activité. Pendant les trois premiers mois de l'année, et malgré le froid, la clientèle ne se presse guère dans les cafés, et Starbucks enregistre souvent ses ventes les plus basses.

Pour s'adapter, l'entreprise réduit ses équipes durant l'hiver. Cela aggrave encore une situation décriée depuis longtemps par certain·es employé·es, qui se plaignent ne plus faire assez d'heures, avec un fort impact sur leurs salaires. Les baristas qui ont la chance de pouvoir travailler sont de leur côté en sous-effectifs, donc souvent sous pression.

Une pétition signée par plus de 23.000 salarié·es dénonce ces conditions de travail et réclame de plus hauts salaires ainsi que des horaires plus stables. Le texte est intitulé «Starbucks, le manque de travail tue le moral».

Petit geste et grande incompréhension

En ce début 2020, l'entreprise a décidé d'agir pour montrer qu'elle prend soin de son personnel. Dans un communiqué publié lundi 6 janvier, elle a annoncé que l'intégralité de ses employé·es bénéficieraient désormais d'un accès gratuit à la version premium de Headspace, une application de méditation.

Cet avantage leur permettra de suivre des programmes portant sur «tous les domaines, du sommeil au stress et de la concentration à l'anxiété». Normalement, un abonnement premium à Headspace coûte 69,99 dollars par an [62 euros].

Headspace a bien compris que les entreprises étaient friandes de solutions pour faire un pas vers leur personnel tout en évitant soigneusement les augmentations salariales. L'application a noué des centaines de partenariats avec des sociétés comme Adobe, LinkedIn ou General Electrics.

Seulement, pour des salarié·es interrogé·es par Business Insider, leur entreprise est à côté de la plaque: ce sont justement les conditions de travail qu'elle impose qui peuvent mettre à mal leur santé mentale.

«Travailler à Starbucks est stressant, et il y a eu des pétitions pour augmenter les salaires au niveau national qui ont été ignorées par l'entreprise. On n'a pas demandé une appli de méditation, on a demandé à pouvoir payer notre loyer», tranche un employé.

En ce moment

Les cryptomonnaies ont déjà une armée de lobbyistes à Washington

Biz

Les cryptomonnaies ont déjà une armée de lobbyistes à Washington

L'industrie veut donner une image innovante mais rassurante, loin de la réputation disruptive de ses partisans.

Le Pentagone veut tirer une fusée nucléaire en orbite

Tech

Le Pentagone veut tirer une fusée nucléaire en orbite

La propulsion nucléaire thermique doit permettre de mieux manœuvrer les lanceurs de satellites.

Les films Netflix peuvent-ils concurrencer Disney et Warner?

Biz

Les films Netflix peuvent-ils concurrencer Disney et Warner?

Avec la fermeture des salles, la VOD est devenue partie intégrante de la stratégie de diffusion des blockbusters.