Quand la forêt amazonienne brûle, c'est –en partie– pour nourrir l'Union européenne. | Carl de Souza / AFP
Quand la forêt amazonienne brûle, c'est –en partie– pour nourrir l'Union européenne. | Carl de Souza / AFP

Derrière son Green Deal, l'Europe délocalise sa pollution à l'étranger

Grosse importatrice de produits agricoles, l'UE favorise la déforestation et l'empoisonnement des sols.

Le Green Deal européen, signé en décembre 2019, vise la neutralité carbone pour l'UE d'ici à 2050. Mais l'Europe est lourdement dépendante de l'agriculture étrangère: en 2019, elle a importé 20% des récoltes (118 mégatonnes) et 60% de la viande et des produits laitiers (45 mégatonnes) qu'elle a consommés.

Ces dix-huit derniers mois, l'Europe a signé des accords commerciaux agricoles avec de nombreux États, parmi lesquels beaucoup utilisent des pesticides, herbicides et OGM dont l'usage est interdit ou très encadré dans l'UE.

Selon Nature, l'UE délocalise donc la pollution liée à sa consommation de produits agricoles. Entre 1990 et 2014, la surface des forêts européennes a augmenté de 13 millions d'hectares tandis qu'ailleurs dans le monde, 11 millions d'hectares de forêts ont disparu pour laisser place à des récoltes destinées à... l'exportation vers l'UE.

Loin des yeux, loin des normes

«Les 3/4 de cette déforestation étaient liés à la production d'oléagineux au Brésil et en Indonésie [notamment pour les biocarburants, ndlr] –régions d'une biodiversité sans précédent et abritant certains des plus grands puits de carbone du monde, essentiels pour atténuer le changement climatique», explique Nature.

Le Green Deal fixe des objectifs ambitieux pour l'agriculture européenne: moins 20% d'engrais chimiques, moins 50% de pesticides, un quart de la production convertie en bio d'ici à 2030, plantation de 3 millions d'arbres et restauration de 25.000 kilomètres de rivières, etc.

Mais les normes auxquelles sont soumises les denrées agricoles importées par l'UE sont bien moins strictes. Elles reposent notamment sur une certification volontaire à laquelle échappent la majorité des produits.

«Les taux d'application d'herbicides [...] ont doublé pour certaines cultures aux États-Unis au cours des dix dernières années. Les partenaires commerciaux de l'UE utilisent […] 34 kg d'engrais par tonne de soja contre 13 kg dans l'UE. Au Brésil, la quantité a doublé depuis 1990, pour atteindre 60 kg par tonne en 2014», déplore Nature.

En ce moment

Avec le Covid-19, le Black Friday est devenu un jour comme un autre

Biz

Avec le Covid-19, le Black Friday est devenu un jour comme un autre

Aux États-Unis, les promotions de fin novembre sont bien moins agitées que d'habitude.

Acheter une carte graphique dernière génération? Mission impossible!

Tech

Acheter une carte graphique dernière génération? Mission impossible!

Les magasins sont pris d'assaut à cause d'une pénurie.

La guerre des lobbies du «low carb»

Biz

La guerre des lobbies du «low carb»

Les partisans des régimes pauvres en glucides tentent d'influencer les normes nutritionnelles qui doivent être revues prochainement.