C'est au cœur du cratère Jezero, ici photographié en 2019, que seront prélevés les échantillons. | NASA / AFP
C'est au cœur du cratère Jezero, ici photographié en 2019, que seront prélevés les échantillons. | NASA / AFP

Comment la NASA compte rapporter des morceaux de Mars sur Terre

Il faudra plus de dix ans et le concours de trois engins spatiaux différents pour mener à bien la mission.

On le sait depuis longtemps, la NASA a un faible pour Mars. L'agence spatiale américaine publie régulièrement des clichés pris sur la planète rouge par ses sondes ou ses rovers, et elle rêve d'envoyer un jour des êtres humains fouler son sol.

La prochaine étape de son projet martien promet d'être spectaculaire. Le 15 avril, la NASA a dévoilé lors d'une conférence de presse en ligne ses plans pour rapporter sur Terre des échantillons prélevés sur Mars, indique la revue Nature.

L'agence organisera cette mission, sûrement l'une de ses plus ambitieuses, avec le soutien de l'agence spatiale européenne (ESA). Si tout se passe comme prévu, la poussière et les roches récoltées nous parviendront en septembre 2031.

D'ici là, beaucoup reste à faire. Le rover Perseverance, dont le lancement est prévu pour juillet-août 2020 et l'atterrissage sur Mars en février 2021, prélevera des échantillons de sols, qu'il placera ensuite dans trente tubes.

Mais comment faire pour envoyer ces tubes en direction de la Terre, sachant que Perseverance ne sera pas équipé pour décoller une seconde fois?

C'est là que les choses sérieuses commenceront: un deuxième engin, censé arriver sur Mars en 2028, viendra récupérer les tubes auprès de Perseverance et les enverra avec lui en orbite autour de la planète. Un troisième vaisseau spatial, déjà en orbite, s'emparera alors des échantillons et mettra le cap sur Terre.

Ancienne rivière

Jim Watzin, qui dirige le programme d'exploration de Mars pour la NASA, a refusé de révéler le prix total de l'expédition, qui devrait selon Nature s'élever au moins à plusieurs milliards de dollars pour l'agence spatiale américaine comme pour l'ESA.

Les scientifiques l'assurent: ce projet majeur pourrait bouleverser nos connaissances sur la planète rouge. «Ce qu'on apprendra de Mars dans nos laboratoires sera fantastique», s'est enthousiasmé Michael Meyer, scientifique en chef de la mission.

Les prélèvements que devra réaliser Perseverance n'ont d'ailleurs pas été choisis au hasard. Le rover enquêtera sur le cratère Jezero, qui pourrait contenir des sédiments d'une ancienne rivière et donc renfermer des indices sur d'éventuelles formes de vie extraterrestre.

En ce moment

Les malfaçons de la fibre, l'échec d'Elon Musk, la bonne santé du marché des armes, une journée sur korii.

Et Cætera

Les malfaçons de la fibre, l'échec d'Elon Musk, la bonne santé du marché des armes, une journée sur korii.

Ce qu'il ne fallait pas manquer aujourd'hui.

La présidentielle américaine booste le business des armes

Et Cætera

La présidentielle américaine booste le business des armes

Au point que le FBI est débordé de demandes de «background checks».

Le Brexit va-t-il tuer le Tempest, le jet futuriste de la Royal Air Force?

Tech

Le Brexit va-t-il tuer le Tempest, le jet futuriste de la Royal Air Force?

C'est un bijou technologique, mais l'incertitude plane sur son financement et ses débouchés commerciaux.