De quoi faire enrager Tom Cruise, qui nourrit le projet d'un film dans l'espace depuis de nombreuses années. | Alberto Pizzoli / AFP
De quoi faire enrager Tom Cruise, qui nourrit le projet d'un film dans l'espace depuis de nombreuses années. | Alberto Pizzoli / AFP

Premier film dans l'espace: les Russes prennent Tom Cruise de vitesse

Un projet de long-métrage russe aux accents patriotiques semble conçu dans le but unique de narguer les Américains.

Dans les années 1960, la course à l'espace a été au centre de la Guerre froide entre Russes et Américains. Aujourd'hui, on assiste à un remake de cette bataille… au cinéma. En mai 2020, la NASA et Space X ont annoncé le tournage du premier long-métrage dans l'espace, avec –excusez du peu– Tom Cruise en guest star.

Sauf que l'acteur de 57 ans vient de se faire couper l'herbe sous le pied par les Russes qui, à la surprise générale, ont annoncé le 13 mai un projet concurrent. «Le départ de l'expédition est prévu le 5 octobre 2021 du cosmodrome de Baïkonour à bord du vaisseau spatial Soyouz MS-19», a confirmé l'agence spatiale Roscosmos dans un communiqué.

N'ayant pas de Tom Cruise russe sous la main, Roscosmos a opté pour une femme dans le rôle principal, histoire de ne pas se faire donner de leçon en matière de féminisme.

C'est donc l'actrice Ioulia Peressild, 36 ans, et le réalisateur Klim Chipenko, 37 ans, qui s'envoleront en octobre vers la Station spatiale internationale (ISS), transformée pour l'occasion en studio de cinéma.

Ioulia Peressild n'est certes pas aussi connue que Tom Cruise et sans doute moins adepte des cascades, mais elle a à son actif des séries télévisées russes populaires et un certain nombre de films de guerre patriotiques, dont Résistance en 2016, dans lequel elle incarnait une tireuse d'élite accomplie, rappelle le Guardian.

La folle histoire de l'espace

Provisoirement nommé Le Défi (Challenge), le film sera un «drame spatial» visant à «populariser les activités spatiales de la Russie, ainsi qu'à mettre en lumière la profession de cosmonaute». Le scénario n'a pas encore été révélé, mais on imagine que l'intrigue n'est pas vraiment la première préoccupation des Russes.

L'annonce intervient quelques jours après que la NASA et Elon Musk ont confirmé leur propre projet de film, qui verrait s'envoler Tom Cruise et le réalisateur Doug Liman (Edge of Tomorrow, Barry Seal, La Mémoire dans la peau...) en octobre 2021. Soit exactement le même mois que les Russes.

De quoi faire enrager Tom Cruise, qui nourrit le projet d'un film dans l'espace depuis de nombreuses années. Au début des années 2000, l'acteur avait déjà monté un projet aux côtés de James Cameron, le réalisateur de Titanic et Avatar.

À l'époque, Cameron avait même passé un contrat avec les Russes pour tourner dans l'ISS, rappelle Première. Tom Cruise s'était dit prêt à suivre un entraînement strict, mais l'idée du film avait finalement été abandonnée.

Cette guéguerre cinématographique intervient après que les Russes ont perdu en 2020 le monopole des vols habités vers l'ISS au profit de Space X. Un manque à gagner de dizaines de millions de dollars par siège pour Roscosmos, qui se tourne à présent vers le tourisme spatial pour redorer son prestige et faire rentrer de l'argent dans les caisses.

La Russie compte surtout lancer sa propre station spatiale 100% russe pour remplacer l'ISS, qui arrivera en fin de vie en 2025. Un bon vieux retour aux années 1980, quand l'URSS détenait le record du plus grand satellite artificiel en orbite avec sa station Mir.

En ce moment

Les nouveaux trains londoniens polluent plus que le trafic automobile

Tech

Les nouveaux trains londoniens polluent plus que le trafic automobile

Le rail n'est pas toujours aussi écologique qu'on ne le pense.

Un mouchard numérique diffuse des captures d'écran de votre smartphone en temps réel

Tech

Un mouchard numérique diffuse des captures d'écran de votre smartphone en temps réel

L'enfer des «stalkerwares», un cran plus loin.

Amazon milite pour la weed, une électrique capable de 7.000 km, la «magie» de la lévitation acoustique, une journée sur korii.

Et Cætera

Amazon milite pour la weed, une électrique capable de 7.000 km, la «magie» de la lévitation acoustique, une journée sur korii.

Le récap' du jour.