Donald Trump à Tulsa, et en plein naufrage politique, le 20 juin 2020. | Nicholas Kamm / AFP
Donald Trump à Tulsa, et en plein naufrage politique, le 20 juin 2020. | Nicholas Kamm / AFP

Des fans de K-pop et de TikTok sabotent un meeting de Trump

Aurait-on trouvé la forme d'opposition la plus maligne?

Le storytelling était écrit, brodé avec soin. Dans un moment politique tempétueux pour un Donald Trump candidat à sa réélection, en baisse dans les sondages, pris en étau entre les critiques bruyantes de sa gestion chaotique de la crise du Covid-19 et de celle, clivante et désastreuse, du mouvement Black Lives Matter, et qui doit désormais subir le grand déballage de son ex-conseiller John Bolton, ce devait être le moment du rebond.

Un meeting à Tulsa dans l'Oklahoma le 20 juin, face à une foule massive à l'amour indéfectible, prête à braver tous les virus du monde pour soutenir son héros, et Trump pouvait commencer à montrer ses muscles en vue de l'élection présidentielle de novembre.

Cela semblait plutôt bien parti: Brad Parscale, aux manettes de sa campagne, n'a cessé de clamer par avance le succès massif de l'événement. Lundi 15 juin, il se targuait ainsi sur Twitter d'avoir dépassé le million de pré-inscriptions pour le raout de Tulsa.

Las, les reporters sur place ont constaté une toute autre réalité. L'enceinte du BOK Center, d'une capacité de 19.000 personnes, n'était pas clairsemée mais à moitié vide. Les lieux de rassemblement prévus aux alentours de la salle pour accueillir la foule débordante étaient tout simplement fermés.

«Walk of shame»

Que s'est-il passé? Des hordes de gauchistes violents et menaçants ont-ils empêché l'accès au BOK Center, comme l'a prétendu l'équipe de campagne de Donald Trump?

Pas du tout: cette dernière a eu affaire à un tout autre type de mobilisation, surprenante, innovante et, pour les personnes ne partageant pas les vues du président américain, plutôt réjouissante.

Des adeptes de l'application TikTok et une armée de fans de K-pop –une communauté très active dans le cadre du mouvement Black Lives Matter– ont semble-t-il uni leurs forces pour faire plier le système mis en place par Brad Parscale.

Sur TikTok, nombre de jeunes gens se sont mis à poster des vidéos, très partagées, pour expliquer avec ironie et effet d'entraînement qu'ils avaient commandé des billets pour le meeting de Tulsa, sans pouvoir malheureusement s'y rendre.

Le directeur de campagne, de son côté, voyait les chiffres –et sa satisfaction– gonfler de manière tout à fait artificielle et pérorait déjà sur le succès de son meeting, sans comprendre un instant ce qu'il se tramait.

Quelques heures après le naufrage public, alors que la plupart des médias internationaux faisaient déjà leurs gros titres sur le bide total de cet évènement présenté comme crucial, Donald Trump apparaissait groggy, défait et titubant dans ce que beaucoup ont appelé une «walk of shame», une «marche de la honte». L'image, terrible, signait la victoire par K.O. des jeunes opposant·es contre le président américain.

En ce moment

Pour stimuler leur économie, les États-Unis ont besoin d'un milliard d'Américains

Biz

Pour stimuler leur économie, les États-Unis ont besoin d'un milliard d'Américains

Selon Matt Yglesias, l'immigration et la fertilité pourraient répondre à certains maux du pays.

Proteus, le centre de recherche sous-marin géant de Fabien Cousteau

Tech

Proteus, le centre de recherche sous-marin géant de Fabien Cousteau

L'équivalent d'une station spatiale, mais à 20.000 lieues sous les mers.

Le diesel renouvelable, ou comment «Big Oil» tente de sauver sa peau

Biz

Le diesel renouvelable, ou comment «Big Oil» tente de sauver sa peau

Changement climatique et baisse du prix du pétrole obligent, les sociétés pétrolières cherchent des portes de sortie.