Vos différents profils sur les réseaux sociaux pourraient êtres auscultés avant que vous puissiez prétendre entrer sur le territoire américain. | Agus Dietrich via Unsplash
Vos différents profils sur les réseaux sociaux pourraient êtres auscultés avant que vous puissiez prétendre entrer sur le territoire américain. | Agus Dietrich via Unsplash

Pour entrer aux États-Unis, dites adieu à votre vie privée numérique

Lors d'une demande de visa américain, des touristes devront fournir certaines informations privées numériques.

Vous avez prévu de faire un road trip aux États-Unis? Vous vous y verriez même rester un an? Deux ans? Peut-être toute votre vie. Si c'est le cas, vous pouvez dire adieu à votre vie privée numérique.

En 2016 de manière officieuse et depuis 2017 de manière plus officielle, les fonctionnaires américain·es ont la possibilité de réclamer à toute personne demandant un visa de faire état de son activité sur divers réseaux sociaux ou plateformes numériques –1% des demandes étaient alors concernés.

En mars 2018, Donald Trump proposait d'élargir la mesure au monde entier, ou presque –elle vient d'être officialisée par le département d'État américain.

Pour se procurer un visa américain, y compris touristique, il faudra dorénavant fournir des informations sur ses activités et son profil numériques: nouveau et ancien numéro de téléphone, nouvelle et ancienne adresse email. Vous devrez, surtout, signaler tous les comptes utilisés ces cinq dernières années: Facebook, Twitter, Instagram, LinkedIn et autres (même Reddit).

Une mesure qui ne sera qu'optionnelle pour les ressortissant·es des pays protégés par l'Esta (exemption de visa dont bénéficient les citoyen·nes de trente-huit pays dont l'Union européenne) –pour les autres, cette procédure pourrait se compliquer.

«Protéger l'Amérique»

L'avocat Greg Sisking a partagé sur Twitter, le 31 mai, une capture d'écran de ce que devrait être la future demande de visa en ligne. «Sélectionnez chaque plateforme de réseau social que vous avez utilisée depuis ces cinq dernières années», peut-on lire.

La démarche vise à mieux connaître les populations étrangères qui prétendent fouler les terres américaines et qui représentent aux yeux de l'administration Trump autant de menaces terroristes potentielles.

L'efficacité d'une telle politique est on ne peut plus discutable.
Greg Siskind, avocat

«La sécurité nationale est notre priorité au moment d'accorder un visa, et tout futur voyageur ou migrant vers les États-Unis fait l'objet de recherches approfondies. Nous travaillons chaque jour à l’amélioration de nos systèmes de vérification destinés à protéger les citoyens américains, tout en encourageant les voyages légitimes vers les États-Unis», explique le département d'État américain à l’agence Associated Press.

«Nous n'avons pas encore de précisions concernant l'utilisation de ces informations et sur la manière dont elles pourraient être exploitées», nous a expliqué Greg Sisking par email. «Mais on connaît dejà les objectifs affichés: la sécurité du pays et la lutte contre la fraude». Selon lui, «la base de données sera tellement fournie que l'efficacité d'une telle politique est on ne peut plus discutable».

En ce moment

Le survivalisme des ultra-riches, les miracles du CBD, un open-space de l'enfer, une semaine sur korii

Et Cætera

Le survivalisme des ultra-riches, les miracles du CBD, un open-space de l'enfer, une semaine sur korii

De quoi bien occuper votre dimanche.

Du mieux pour les trottinettes, du rififi dans la vape, les deepfakes pour les nuls, aujourd'hui sur korii.

Et Cætera

Du mieux pour les trottinettes, du rififi dans la vape, les deepfakes pour les nuls, aujourd'hui sur korii.

(Et plein d'autres choses aussii.)

Les deepfakes pour les nuls, c'est pour (très) bientôt

Tech

Les deepfakes pour les nuls, c'est pour (très) bientôt

Des deepfakes open source et prêts à l'emploi, c'est pour demain et ils risquent d'en rajouter dans le chaos existant.