Il reste des progrès à faire, mais peut-être sont-ils en train d'être faits. | Vladimir Palyanov via Unsplash
Il reste des progrès à faire, mais peut-être sont-ils en train d'être faits. | Vladimir Palyanov via Unsplash

Facebook aurait pu effacer bien plus vite la vidéo de Christchurch

Si le réseau social avait utilisé les bons outils, le live du massacre en Nouvelle-Zélande aurait sans doute été supprimé en quelques minutes.

Vingt-neuf minutes: c’est le temps qu’il a fallu, le 15 mars 2019, pour que la diffusion en direct de la tuerie de Christchurch soit signalée à Facebook. Régulièrement pointée du doigt pour ses manquements déontologiques ou les conditions de travail de son personnel, la modération du réseau social pourrait être bien plus efficace.

Reconnaissance programmée

C’est ce qu’a démontré Motherboard en conduisant une expérience sur le live de l’attaque qui a meurtri la Nouvelle-Zélande. En soumettant des images de l’assaillant à la détection automatique du logiciel d'Amazon Rekognition, ce dernier a été en mesure de repérer armes et fusils avec un taux de certitude de 90%.

Le test a été réalisé sur des captures d’écran et non un live, mais Rekognition est également capable d’identifier des personnes, des visages et des objets sur des vidéos.

En théorie, l'utilisation d'un tel outil accélérerait nettement le signalement d’un contenu à l'équipe de modération, qui n’aurait plus qu’à décider ou non de sa suppression.

Fiction ou réalité?

À la suite de son enquête, Motherboard a contacté Facebook, qui a déclaré travailler sur le machine learning. Sa technologie permettrait déjà d’analyser des combinaisons images/textes, mais le géant du web reconnaît qu’elle est encore loin d’être opérationnelle.

Le problème majeur rencontré par Facebook reste la masse exponentielle de contenus publiés chaque jour sur le réseau social, qui compte deux milliards de comptes pour seulement 15.000 personnes dédiées à leur modération à travers le monde.

L’expérience de Motherboard a également démontré que si les armes pouvaient facilement être détectées par Rekognition, leur catégorisation était encore hasardeuse: sur certaines images, le logiciel a analysé l’attaque comme ayant 50% de chances d’être une séquence de Call of Duty, le célèbre jeu vidéo de tir.

En ce moment

Votre vieille voiture vaut désormais plus cher que quand vous l'avez achetée

Biz

Votre vieille voiture vaut désormais plus cher que quand vous l'avez achetée

L'occasion fait le larron.

Grosse, grosse frayeur pour la Station spatiale internationale

Tech

Grosse, grosse frayeur pour la Station spatiale internationale

Le module russe Nauka a donné quelques sueurs très froides à la Nasa.

«Link rot»: quand le web pourrit de l'intérieur

Et Cætera

«Link rot»: quand le web pourrit de l'intérieur

Des pans entiers du savoir humain tombent dans l'oubli.