Un confinement dans cette adorable bicoque doit être supporable. | Mike Swingunski via Unsplash
Un confinement dans cette adorable bicoque doit être supporable. | Mike Swingunski via Unsplash

Finalement, l'argent fait bien le bonheur

Et beaucoup de pognon fait beaucoup de bonheur, selon une étude récente.

En 2010, une étude menée par Angus Deaton et Daniel Kahneman, deux lauréats du prix Nobel d'économie, avait montré que le bonheur s'accroît avec la richesse, jusqu'à un plafond de 75.000 dollars par an (61.700 euros), à partir duquel le niveau de satisfaction stagne.

Cette étude, devenue célèbre, est aujourd'hui remise en cause par Matthew Killingsworth, un chercheur spécialiste de la question du bonheur à la Penn's Wharton School.

Dans une nouvelle étude parue dans la revue PNAS, il confirme que le bonheur augmente bien proportionnellement à la richesse, mais aussi qu'il n'existe pas de plafond à cette augmentation.

Pour obtenir des réponses plus précises, le chercheur s'est appuyé sur un échantillon de 33.391 personnes âgées de 18 à 65 ans qui devaient répondre à un très court questionnaire sur leur smartphone à différents moments de la journée.

Les participants devaient par exemple évaluer leur bien-être du moment grâce à des questions de type «Comment vous sentez-vous en ce moment?» ou «Dans l'ensemble, êtes-vous satisfait de votre vie?», ce qui permet d'évaluer le bonheur en temps réel.

La plupart des précédentes études utilisaient des formulaires rétrospectifs, dans lesquels on demande aux gens de se souvenir de comment ils se sentaient dans le passé; une méthode jugée peu fiable.

L'herbe est plus verte, etc.

La hausse du bien-être ne provient pas du niveau de richesse lui-même mais de la progression. «Vous avez le même écart de bien-être entre deux personnes gagnant respectivement 25.000 et 50.000 dollars qu'entre deux personnes gagnant 100.000 et 200.000 dollars», précise Matthew Killingsworth.

On a donc un phénomène de comparaison, démontré par de précédentes études; si votre revenu augmente mais que celui de votre voisin augmente parallèlement, vous n'allez pas être plus heureux.

La relation entre richesse et bonheur semble logique: «Plus vous avez d'argent, plus vous avez le choix de vivre comme vous l'entendez, souligne Matthew Killingsworth. On peut le voir dans la pandémie actuelle: les personnes qui perdent leur emploi doivent prendre le premier job venu, même si elles ne l'aiment pas. Les personnes ayant un coussin financier ont la possibilité d'en attendre un qui leur convient mieux.»

Le chercheur met pourtant en garde contre toute interprétation hâtive de son étude. «En réalité, les gens surestiment probablement trop l'argent lorsqu'ils pensent à la façon dont leur vie se déroule, critique-t-il. J'ai remarqué que les gens qui associent argent et bonheur ont tendance à être moins heureux. J'ai aussi constaté que ceux qui gagnent le plus d'argent sont aussi les plus stressés et ceux qui travaillent le plus.»

En somme, l'argent serait surtout le seul facteur que les gens ont le plus l'impression de contrôler et mesurer. Car tous les autres paramètres ayant été identifiés comme contribuant au bonheur (relations sociales riches et durables, générosité, optimisme, capacité à utiliser ses compétences, etc.) sont des critères beaucoup plus difficiles à jauger.

La richesse permet donc d'acheter pas mal de choses, mais accorder trop d'importance à l'argent conduit plutôt au malheur, conclut Matthew Killingsworth.

En ce moment

Les voitures autonomes ne sont pas plus évoluées qu'un enfant de 7 ans

Tech

Les voitures autonomes ne sont pas plus évoluées qu'un enfant de 7 ans

L'intelligence artificielle fait fi du concept de «permanence des objets».

L'ordinateur quantique est-il voué à l'échec?

Tech

L'ordinateur quantique est-il voué à l'échec?

Beaucoup trop de bruit pour pas grand-chose.

Dans les bagages des touristes de SpaceX, des menottes et des sédatifs

Tech

Dans les bagages des touristes de SpaceX, des menottes et des sédatifs

On n'est jamais trop prudent.