Le milliardaire Tom Steyer –qui vient de jeter l'éponge– a été le plus «gourmand», avec plus de 224.000 dollars dépensés en nourriture. Ici un de ses meetings en Caroline du Sud, le 26 février 2020. | Jim Watson / AFP
Le milliardaire Tom Steyer –qui vient de jeter l'éponge– a été le plus «gourmand», avec plus de 224.000 dollars dépensés en nourriture. Ici un de ses meetings en Caroline du Sud, le 26 février 2020. | Jim Watson / AFP

Ce que révèlent les dépenses de nourriture des meetings démocrates

Pizza pour Bernie Sanders, sushis pour Mike Bloomberg: qui mange quoi?

Le site américain Eater a mis la main sur les factures de nourriture transmises à la commission électorale fédérale (FEC) par les candidat·es à la primaire démocrate. Ces chiffres –non exhaustifs– comprennent les repas des équipes de campagne et les éventuels frais de catering pour les meetings.

Le milliardaire Tom Steyer –qui vient de jeter l'éponge– a été le plus «gourmand»: il a déjà dépensé plus de 224.000 dollars (200 .900 euros) en nourriture, dont 176.175 dollars rien qu'en catering. Le candidat a notamment fait appel au food-truck Squeals on Wheels, spécialisé dans le barbecue, pour 17.155 dollars lors d'une réunion publique en Caroline du Sud.

Mike Bloomberg, milliardaire lui aussi, arrive deuxième mais se caractérise par des additions plus salées. Lors d'un rassemblement à Miami, où étaient servis des «sausages rolls» casher, des sandwichs cubains et du vin, le candidat a dépensé 24.759 dollars. Chez Hanabi, situé non loin de son siège de campagne à New York, il a acheté pour 10.846 dollars de sushis – soit environ 9.000 pièces. En l'espace de trois repas, son équipe a aussi rapporté 11.625 dollars au restaurant Paschals, à Atlanta, spécialisé dans la «soul food».

De son côté, l'équipe de Bernie Sanders a consacré 20% de son budget nourriture, soit 11.631 dollars, à l'achat de pizzas: 5.210 dollars chez Domino's et 1.307 dollars chez Pizza Hut.

Si Joe Biden et Elizabeth Warren sont rivales, leurs équipes partagent l'amour de la chaîne Panera Bread (respectivement 1.495 et 6.435 dollars). La deuxième semble aussi apprécier les fast-foods Chipotle et Potbelly.

Les dépenses par État, plus instructives

Si ces informations sont amusantes, il est plus intéressant de regarder dans quels États les candidat·es ont acheté le plus de nourriture.

Les non-milliardaires ont dépensé deux fois plus dans l'Iowa –premier État à voter– que dans le New Hampshire qui passait en deuxième. C'est Bernie Sanders qui a consacré la plus forte part de son budget nourriture (un tiers du total) dans l'Iowa. Par ailleurs, les candidat·es ont été plus dépensièr·es dans le Nevada, troisième État à voter, que dans le New Hampshire qui était le deuxième.

Côté milliardaires, Tom Steyer a concentré ses efforts sur la Caroline du Sud. En revanche, Mike Bloomberg n'y a pas lâché un dollar, ni dans l'Iowa, ni dans le New Hampshire et encore moins dans le Nevada. Ses plus grosse dépenses ont été effectuées en Floride et en Géorgie. Selon Eater, sa campagne se serait aussi concentrée sur les quatorze États qui votent simultanément aujourd'hui 3 mars, lors du «Super Tuesday».

En ce moment

L'impossible retraite à 40 ans, la guerre des masques, des robots biologiques, une journée sur korii.

Et Cætera

L'impossible retraite à 40 ans, la guerre des masques, des robots biologiques, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'hui.

À la rencontre des «xenobots», les premiers robots biologiques au monde

Tech

À la rencontre des «xenobots», les premiers robots biologiques au monde

Entre machines programmées et organismes vivants, ces choses d'un genre nouveau ouvrent des portes sur le futur.

La retraite avant 40 ans: quand le rêve vire au cauchemar

Biz

La retraite avant 40 ans: quand le rêve vire au cauchemar

Les adeptes du mouvement FIRE ont investi jeunes pour arrêter de travailler tôt. Sans voir la crise venir.