Au 30, rue de l'Ourcq avant et après.
Au 30, rue de l'Ourcq avant et après.

La gentrification de Paris vue par Google Street View

La Time Machine de Google est une manne inespérée pour retracer dix ans de transformations physiques et sociales de la capitale.

Avez-vous déjà essayé de déambuler dans le Paris d'il y a dix ans? Un monde anachronique, plein de C3 Pluriel, de boutiques de location de DVD, de permanences UMP et de Franprix bas de gamme aux carrelages fatigués.

Sur Google Maps, lorsque vous passez en mode Street View, une petite icône en bas de l'adresse vous indique la date à laquelle les photos de la rue ont été capturées.

En un clic, une frise chronologique retrace onze ans de clichés en 360 degrés. En sélectionnant une année antérieure, la vue contemporaine laisse place à un Paris d'archives.

En plus d'être ludique, cette promenade dans le passé se révèle être un matériau exceptionnel pour explorer les transformations sociales de la capitale.

«Pour les commerces, parfois ça précède la gentrification, parfois ça suit»

Prenez les commerces, des briques essentielles à la vie d'un quartier.

Si certaines transformations de l'offre commerciale d'une rue ne racontent qu'elles-mêmes, d'autres incarnent une tout autre histoire. Comme celle, récente, de la gentrification, le phénomène de remplacement progressif de classes populaires par des habitant·es plus aisé·es, dans un quartier à la physionomie elle-même chamboulée par les nouveaux arrivants.

Depuis les années 1990, ces mutations sont particulièrement visibles dans les Xe, XIe, XVIIIe, XIXe et XXe arrondissements, au nord-est de Paris.

Dans la petite rue de l'Escaut du XIXe arrondissement, un kebab en 2008 peut devenir un burger-panini en 2014, une boutique de destockage de vêtements en 2016, avant de redevenir un burger plus qualitatif en 2018.

Quand des boutiques et restaurants haut de gamme surgissent en lieu et place de petits bistrots et cybercafés défraîchis, il faut souvent y voir un signe parmi d'autres de ce bouleversement d'un quartier et sa population.

«Pour les commerces, parfois ça précède la gentrification, parfois ça suit, ça dépend des cas», éclaire Anne Clerval, géographe à l'université Paris-Est Marne-la-Vallée, spécialiste de la gentrification et autrice du livre Paris sans le peuple, la gentrification de la capitale.

«Dans les quartiers que j'ai étudiés, il y a en général –mais pas toujours– un changement de la structure commerciale, et c'est souvent le même type de commerces [haut de gamme] que l'on retrouve.»

«Mais il faut bien distinguer les quartiers plutôt résidentiels des quartiers centraux plus attractifs, précise Antoine Fleury, docteur en géographie et chargé de recherche au CNRS, spécialiste des espaces publics. C'est plus compliqué dans des endroits plus centraux ou facilement accessibles: [nouveaux] bars, restaurants et autres lieux de sortie viennent souvent s'ajouter aux commerces de proximité [déjà en place].»

Autre indicateur de gentrification, l'évolution de l'état d'un ou de plusieurs immeubles au fil du temps. Lorsque les pouvoirs publics réhabilitent un bâtiment insalubre pour créer des logements sociaux, des commerces plus huppés naissent souvent au rez-de-chaussée pour équilibrer le coût de l'opération. Le 30, rue de l'Ourcq, dans le XIXe, en est un parfait exemple.

Au 30, rue de l'Ourcq, le petit bar-loto populaire et la serrurerie murée ont laissé place à un disquaire et à une cave à vins.

L'évolution des commerces et des façades sur Street View pourrait donc nous aiguiller. Si ce n'est que ces onze années de voyage dans le temps ne disent pas tout, seulement quelques bribes d'une histoire de gentrification plus ancienne, faute de pouvoir se promener aux prémices de l'éviction des plus pauvres.

Prenez la rue Ramey, entre le quartier populaire de la Goutte d'Or et l'enclave bourgeoise de Montmartre, dans le XVIIIe arrondissement. Là, un bistrot PMU a laissé sa place à un Carrefour City propret. Plus haut, un autre zinc d'antan a été retapé en bistronomique minimaliste, menu à 39 euros et œuf parfait à 13 euros.

Une librairie pour enfants s'est glissée en face, tout comme une épicerie bio. Le vieux Cinebank et le recoin pour les photocopies ont, eux, plié bagage au profit d'un caviste et d'une bijouterie artisanale.

Rue Ramey, le nouveau caviste et la bijouterie à gauche en 2019, le Cinebank et la petite échoppe pour les photocopies, à droite, en 2008.

Rue Ramey, bistronomique et trottinette électrique ont succédé au troquet délavé d'antan.

Anne Clerval relativise les conclusions à tirer de ces fragments de changement de décor. «L'an 2008, ce n'est pas très ancien. Le processus de gentrification avait déjà commencé avant de ce ce côté-là de Montmartre, même très largement.»

Rue Ramey, le Carrefour City a installé ses rayons à la place d'un snack-pizza et d'un PMU.

«Il y a plus de gens différents, mais il n'y a plus de lieux où ils peuvent se mélanger»

Il faut peut-être voguer vers le Xe arrondissement pour se laisser prendre dans des avant-après plus flagrants. Prenez la rue du Château d'Eau, pas loin de la place de la République.

Une longue rue dont les premiers mètres concentrent de nombreux coiffeurs africains et leurs rabatteurs-tchatcheurs et qui, un peu plus loin, est bardée de dizaines de grossistes de vêtements. En 2008, ce tronçon voyait s'enchaîner des vitrines surannées, pleines de stocks et d'enfilades de sweats à capuche vendus sur les marchés.

Rue du Château d'Eau: Le restaurant italien Allegra à gauche, en lieu et place du grossiste de l'angle.

Première escale en 2008 devant l'un de ces grossistes, devanture grise, vitres bouchées par les cartons. La boutique a été dépecée en 2014. Quelques mois plus tard, c'est un coquet restaurant italien qui s'est mis à proposer des pizzas à 14 euros.

La dynamique se répète plus loin. Un opticien et une épicerie fine ont pris la place d'un autre commerce de demi-gros entre 2008 et 2012. Pendant ce temps-là, le marché couvert s'est offert une nouvelle fraîcheur. L'endroit pavoise désormais derrière une façade en bois roux, une constellation d'ampoules néo-industrielles et une rangée de chaises d'école.

Rue du Château d'Eau, le Marché Saint-Martin avant et après ravalement de façade.

À quelques pas, une nouvelle enfilade de grossistes ont été remplacés par un lot de petites échoppes destinées à une clientèle dans le vent: cavistes, bar à jus de légumes bios pressés à froid, studio de pilates, espaces de coworking, boutique d'accessoires canins ou pour petits être humains et marchand de déco, «à mi-chemin entre un souk oriental et une galerie d'art scandinave». Transition brutale vers un Disneyland du samedi shopping bourgeois-bohème.

Rue du Château d'Eau: une pâtisserie sans gluten et un institut de beauté haut de gamme à la place de deux grossistes, à gauche en 2017, à droite en 2008.

Côme, 27 ans, ex-étudiant logé dans le coin, regrette le tri social qui a suivi ces grands travaux entamés en 2008. «Ça a rendu la vie de quartier assez inaccessible pour certains anciens du coin, comme pour les étudiants. Il y a plus de gens différents, mais finalement il n'y a plus de lieux où ils peuvent se mélanger.»

La fièvre de la table rase

À la différence de la rue Ramey, la rue du Château d'Eau a été prise d'une fièvre subite de la table rase à partir de 2008. La Time Machine de Street View la retrace à merveille, vitrine par vitrine.

L'explication se trouve juste après le fameux souk orientalo-scandinave, sur la devanture bleue d'une petite enseigne: «Le testeur de commerce de la Semaest».

La Semaest, une société d'économie mixte, est chargée par la Mairie de Paris de racheter et de rénover des locaux commerciaux pour y installer des petits commerces. Ô surprise, elle est activement intervenue dans le secteur à partir de 2008.

La société veille, préempte, rachète, rénove et reloue à des commerçant·es minutieusement choisi·es. Ses missions, éviter la fermeture de petits commerces de quartier, entretenir un tissu commercial varié et éviter la mono-activité.

«Les habitants se plaignaient de ne pas avoir assez de commerces de proximité en bas de chez eux. Vous aviez des rues entières avec uniquement des grossistes, rappelle la Semaest, jointe par téléphone. Il y a dix ans, ce n'était pas du tout un quartier intéressant comme ça l'est aujourd'hui.»

Intéressant, sauf pour le personnel de vente prié de remballer la marchandise. «Au passage, ce sont quand même des commerces populaires tenus par des immigrés qui sont poussés dehors. Comme par hasard, la mono-activité pose problème dans certains quartiers mais pas d'autres, comme les bijouteries place Vendôme», déplore Anne Clerval.

Une gentrification commerciale excessive qui contribue à valoriser encore davantage le quartier et à amplifier la dynamique d'éloignement des plus précaires. «Si on mettait des fast-foods bas de gamme, ça serait mieux?», questionne la Semaest, qui assure implanter des boutiques accessibles et réaliser des études socio-économiques en amont de son action.

«La mairie vient parachever ce que la gentrification n'a pas réussi à faire»

Cet aller-retour express dans le passé montre qu'il faut se méfier des façades. Nouvelle épicerie fine ne rime pas avec cadres supérieur·es qui viennent de débarquer. Ces personnes étaient probablement déjà là avant.

L'exemple de la rue du Château d'Eau est éclairant. «Là, la gentrification résidentielle n'a pas eu trop d'impact sur le commerce et c'est plus tard qu'une intervention publique a eu lieu pour que les boutiques se mettent à correspondre à la demande des habitants, analyse Anne Clerval. La Mairie vient parachever ce que la gentrification n'a pas réussi à faire: virer les grossistes.»

À l'inverse, «dans les quartiers en voie de gentrification, les commerçants peuvent aussi résister et se maintenir. C'est le cas dans des rues comme la rue du Faubourg du Temple ou dans le quartier de la Goutte d'Or où, malgré plusieurs décennies d'action publique et des changements dans la composition de la population, le commerce populaire se maintient globalement», dissèque Antoine Fleury.

Si un saut dans le temps de onze ans déroule autant de récits de gentrification, que diront les géographes du futur, penchés sur une Time Machine 2008-2035?

Peut-être faut-il poser la question aux personnes qui vivent à New York. Elles ont déjà de quoi se promener il y a presque quarante ans, grâce à l'artisanal Street View of 1980s, bricolé avec quelques photos lo-fi glanées rue par rue.

En ce moment

Les Japonaises interdites de lunettes, xHamster mieux que Facebook, sécuriser son iPhone, aujourd'hui sur korii.

Et Cætera

Les Japonaises interdites de lunettes, xHamster mieux que Facebook, sécuriser son iPhone, aujourd'hui sur korii.

Le récap' du jour.

Google aspire les données médicales de millions de personnes à leur insu

Et Cætera

Google aspire les données médicales de millions de personnes à leur insu

Dans le cadre du «Projet Nightingale», des hôpitaux lui transmettent leurs données sans en informer les patient·es.

Les entreprises japonaises interdisent à leurs employées de porter des lunettes

Et Cætera

Les entreprises japonaises interdisent à leurs employées de porter des lunettes

La mesure n'est que l'une des nombreuses contraintes que les Japonaises doivent respecter au travail.