Un soldat ukrainien équipé d'un fusil d'assaut et d'un lanceur de missiles NLAW à Irpin le 12 mars 2021. | Sergei Supinsky / AFP

Un soldat ukrainien équipé d'un fusil d'assaut et d'un lanceur de missiles NLAW à Irpin le 12 mars 2021. | Sergei Supinsky / AFP

Guerre en Ukraine: la menace du trafic d'armes

Des centaines de milliers d'armes arrivent dans le pays, avec peu de moyens de savoir ce qu'elles deviennent.

Apporter un maximum d'aide à l'Ukraine tout en esquivant la confrontation militaire directe avec la Russie afin d'éviter l'escalade: c'est sur ce fil d'équilibriste que doivent marcher depuis désormais plusieurs mois les pays alliés à l'Ukraine.

Vladimir Poutine restant sourd aux sollicitations diplomatiques, la solution choisie depuis le début de l'invasion a été d'imposer des sanctions commerciales à la Russie, et d'envoyer des centaines de milliers de tonnes d'armes et de munitions à l'Ukraine.

Si les Occidentaux jugent que la défense de l'Ukraine en vaut la chandelle, le risque qu'une partie de leurs armes terminent dans de mauvaises mains inquiète sérieusement certains observateurs. L'Ukraine occupe une place croissante sur le marché du trafic d'armes depuis le début de la guerre du Donbass en 2014.

Certes, les marchands d'armes prospèrent toujours dans le sillage des guerres. Mais l'Ukraine a une particularité: leurs réseaux sont déjà implantés, et surtout, une immense quantité d'armements est déversée dans le pays. Dans une telle situation, il est impossible d'exercer un contrôle strict.

Contrôle impossible

Les accords d'armement prévoient bien que les armes ne peuvent pas être transférées à des tierces parties sans autorisation du fournisseur, mais ces clauses sont régulièrement violées. En avril, onze hélicoptères russes Mi-17 ont été envoyés à l'Ukraine par le Pentagone, alors que leur contrat de vente précisait que les engins ne pouvaient être cédés sans l'accord de la Russie.

«L'assistance américaine excède le pic de celle fournie aux forces de sécurité afghane pendant les vingt ans qu'ont duré cette guerre, souligne l'expert en contrôle des armes William Hartung. Mais dans ce cas, les États-Unis avaient une présence majeure dans le pays, ce qui laissait au moins la possibilité de savoir où arrivaient les armes. Par comparaison, le gouvernent navigue à l'aveugle en matière de suivi des armes fournies aux civils et aux militaires en Ukraine.»

Par exemple, des armes américaines parviennent-elles aux mains du bataillon ukrainien néonazi Azov, alors que le Congrès des États-Unis a interdit en 2018 de lui en fournir? Sans présence au sol ni plan clair de suivi, cette interdiction est difficile à imposer.

La nature des armes cédées à l'Ukraine est aussi particulièrement alarmante. Si une partie des milliers de fusils d'assaut distribués à la population atterrira forcément un jour sur le marché noir, la principale crainte concerne les missiles antiaériens et antichars.

Les missiles Stinger, notamment, sont petits, portables, faciles d'utilisation et capables d'abattre un avion de ligne. Si l'un d'entre eux tombait aux mains d'une organisation terroriste, ce serait une catastrophe.

En ce moment

🔨 Wagner menace le Parlement européen ♨️ Le désastre derrière notre confort hivernal 🍺 La seconde vie de la Bud du Qatar, une journée sur korii.

Et Cætera

🔨 Wagner menace le Parlement européen ♨️ Le désastre derrière notre confort hivernal 🍺 La seconde vie de la Bud du Qatar, une journée sur korii.

Quatre articles pour comprendre le monde en avance.

L'hiver confortable des Européens, un désastre absolu pour les pays émergents

Tech

L'hiver confortable des Européens, un désastre absolu pour les pays émergents

Notre continent a fait des réserves. D'autres vont en pâtir, longtemps.

Une masse ensanglantée: l'effrayant «cadeau» de Prigojine et du Groupe Wagner au Parlement européen

Et Cætera

Une masse ensanglantée: l'effrayant «cadeau» de Prigojine et du Groupe Wagner au Parlement européen

Une mise en scène macabre et une menace édifiante.