Les manifestant·es hongkongais·es font preuve d'une inventivité sans borne dans leur confrontation avec les autorités. | Philip FONG / AFP 
Les manifestant·es hongkongais·es font preuve d'une inventivité sans borne dans leur confrontation avec les autorités. | Philip FONG / AFP 

À Hong Kong, la protestation s'organise grâce à Tinder, Airdrop et Pokémon GO

La récente interdiction des rassemblements publics a poussé les Hongkongais·es à détourner la technologie pour organiser la contestation.

Si vous swipez sur Tinder dans les rues de Hong Kong ces prochains jours, vous pourriez tomber sur des profils sortant de l'ordinaire: plutôt que d'opter pour un café ou un cinéma, votre match pourrait vous proposer d'aller manifester ensemble.

Le gouvernement ayant interdit les rassemblements publics, les manifestant·es doivent faire preuve d'inventivité pour continuer de descendre dans les rues de Hong Kong et échapper à l'œil très attentif des autorités locales et chinoises. Leurs dernières trouvailles sont pour le moins originales: Tinder, AirDrop et Pokémon Go.

Faire circuler les informations

Le journaliste Gavin Huang a posté sur Twitter l'un de ses matchs Tinder: une affiche qui récapitule le programme des manifestations prévues près de l'Université chinoise de Hong Kong.

La description du profil? «Un rêveur! Frappons le 5 août!» –et un petit smiley qui vous envoie un bisou en forme de cœur. La personne en question se dit à la recherche de partenaires intéressé·es par les manifestations, et précise rechercher «des hommes ayant le sens des responsabilités».

Air Drop, la fonction d'Apple permettant à des iPhone ou des Mac d'échanger des fichiers via Bluetooth ou wifi, est également utilisée pour partager des informations dans le métro ou dans les rues. La journaliste Zoe Low a également indiqué sur Twitter avoir reçu une affiche pour la marche du lundi 5 août.

Pikachu comme alibi

L'usage de Pokémon Go est différent. Il sert surtout de couverture auprès de la police en cas d'arrestation. Le 27 juillet, des soi-disant joueurs et joueuses de Pokémon GO se sont ainsi retrouvés au cœur de la controversée marche de Yuen Long (spécifiquement interdite par la police quelques jours auparavant).

«Les gens sont plus intelligents dans leur utilisation des technologies maintenant. Ils les utilisent d'une manière qui ne les trahit pas», analyse Lokman Tsui, un professeur des médias et technologies à l'Université chinoise de Hong Kong, pour Abacus News.

Depuis le début des manifestations, lors desquelles des lasers sont largement utilisés pour tromper une éventuelle reconnaissance faciale, les participant·es communiquent surtout via les applications de messagerie Telegram ou WhatsApp, qui permettent de crypter les conversations.

Les rassemblements s'organisent en partie sur les forums de LIHGK. À défaut de protéger ses utilisateurs et utilisatrices, le site ne les met pas non plus spécialement en danger. Pour créer un compte, il n'est nécessaire de donner aucune information personnelle, un simple email suffit –ce peut être une adresse créée spécialement pour cette occasion. Une promesse d'anonymat qui rassure de nombreux manifestant·es.

En ce moment

Le survivalisme des ultra-riches, les miracles du CBD, un open-space de l'enfer, une semaine sur korii

Et Cætera

Le survivalisme des ultra-riches, les miracles du CBD, un open-space de l'enfer, une semaine sur korii

De quoi bien occuper votre dimanche.

Du mieux pour les trottinettes, du rififi dans la vape, les deepfakes pour les nuls, aujourd'hui sur korii.

Et Cætera

Du mieux pour les trottinettes, du rififi dans la vape, les deepfakes pour les nuls, aujourd'hui sur korii.

(Et plein d'autres choses aussii.)

Les deepfakes pour les nuls, c'est pour (très) bientôt

Tech

Les deepfakes pour les nuls, c'est pour (très) bientôt

Des deepfakes open source et prêts à l'emploi, c'est pour demain et ils risquent d'en rajouter dans le chaos existant.