Du sable, du sable, encore du sable. | Thomas Loizeau via Unsplash
Du sable, du sable, encore du sable. | Thomas Loizeau via Unsplash

L'insatiable appétit de sable des plages new-yorkaises

Le gouvernent américain dépense des fortunes pour renflouer les très chic plages des Hamptons.

Au début du mois de juillet dernier, des files de camions ont afflué vers la plage de Ditch Plains Beach, l'un des meilleurs spots de surf de la côte atlantique sur la très chic côte des Hamptons, située sur la péninsule de Long Island à New York.

Durant trois jours, des bennes ont déchargé des milliers de tonnes de sable frais le long du front de mer, avant l'arrivée massive des touristes et des surfeurs. C'était l'une des nombreuses livraisons de sable destinées à renflouer les plages de la ville, régulièrement emportées par les courants marins et les tempêtes.

Les trois prochaines années, le gouvernement fédéral va ainsi dépenser 1,5 milliard de dollars pour restaurer les 130 kilomètres de plage de Long Island, relate Bloomberg dans une longue enquête qui décrit l'appétit insatiable en sable des plages des Hamptons.

La montée du niveau des eaux, les ouragans et l'érosion du littoral font craindre à de nombreux résidents de voir leurs maisons achetées à grands frais se faire engloutir par la mer. Bien que certaines maisons à plus d'un million de dollars ne soient occupées que quelques jours dans l'année, les autorités ne lésinent pas sur l'argent public pour leur venir en aide.

Au cours du siècle dernier, New York a reçu 110 millions de mètres cubes de sable, soit 8% du total national, à destination de ses plages. Le nouveau projet à 1,5 milliard s'étale sur les trois prochaines années. Il prévoit de reconstruire une berge de 27 mètres de large et des dunes de 5 mètres de haut, grâce à du sable dragué en amont dans le bras de mer. Des travaux d'étanchéité des fondations et d'élévations de maisons seront également financés.

Pure perte

Pour de nombreux spécialistes, cet argent est pourtant dépensé en pure perte. «Déverser du sable sur les plages en continu n'est pas une solution au long terme face au changement climatique. À un moment ou à une autre, les propriétaires devront se rendre compte qu'ils doivent quitter leur maison», fait valoir Fred Thiele, un homme politique de la région.

La quantité de sable ne sera jamais suffisante, acquiesce Alison Branco, directrice côtière de la Nature Conservancy à New York. «Dès que vous déposez le sable, il commence à se déplacer. Une tempête soudaine en une seule journée peut annuler le travail acharné d'un travail de dragage de plusieurs millions de dollars.»

Avant de se résoudre à renflouer les plages des Hamptons avec des camions benne, le gouvernement a bien envisagé de racheter les maisons les plus menacées. Mais, aux prix où culminent l'immobilier dans le coin, il a dû abandonner l'idée.

À Montauk, tout au bout de la péninsule des Hamptons, les responsables locaux ont tenté désespérément de convaincre les propriétaires de partir, mais aucun n'a fait ses valises. Les résidents attendent avec impatience la livraison en 2023 de 400.000 mètres cubes de sable, soit des centaines de fois plus que la quantité déversée à Ditch Plains l'été dernier. Une course sans fin contre la nature, qui durera aussi longtemps que l'argent et le sable coulent à flot.

En ce moment

L'US Air Force présente sa nouvelle couche hi-tech pour les besoins des pilotes

Tech

L'US Air Force présente sa nouvelle couche hi-tech pour les besoins des pilotes

Les envies peuvent être pressantes à Mach 2.

En Islande, des scientifiques creusent un «tunnel de la mort» sous un volcan

Tech

En Islande, des scientifiques creusent un «tunnel de la mort» sous un volcan

Le forage du premier «observatoire de magma» au monde doit débuter en 2024.

🎰 La loterie des containers abandonnés ⚡ Une révolution ammoniacale 🍓 Un arôme fraise-poubelle, hier sur korii.

Et Cætera

🎰 La loterie des containers abandonnés ⚡ Une révolution ammoniacale 🍓 Un arôme fraise-poubelle, hier sur korii.

Quatre articles pour voir le monde autrement.