Les dernières volontés s'appliquent aussi à ce qui fut votre vie sur internet. | Rod Long via Unsplash
Les dernières volontés s'appliquent aussi à ce qui fut votre vie sur internet. | Rod Long via Unsplash

Dans votre vie numérique aussi, vous devriez préparer votre mort

On ne sait jamais ce qui peut arriver, et vos proches comme vous préféreriez sans doute éviter que votre fantôme ne hante le web sans contrôle.

Nous savons tous et toutes que nous devrions disposer d'un testament: pour confier ses enfants, distribuer ses possessions, décrire les modalités de l'enterrement, etc.

Une chose à laquelle nous pensons moins est qu'il faudra aussi quelqu'un pour s'occuper de notre présence numérique. Votre compte Instagram devrait-il continuer à exister, pour la postérité? Qui va annoncer à vos contacts Facebook que vous êtes décédé·e, et comment le faire? Qui va s'assurer d'exercer votre droit à l'oubli sur Google?

«Il n'y a encore aucune pratique standard dans l'industrie, indique dans un article de Wired Kaliya Hamlin, l'une des organisatrices du Digital Death Day, une journée de commémoration pour tous les comptes zombies abandonnés sur le web. Il n'y a aucune norme sur l'héritage de nos possessions numériques.»

Comment alors organiser votre enterrement numérique en bonne et due forme?

Confier vos mots de passe

La première chose à faire est d'installer un gestionnaire de mots de passe. Ces outils –vous pouvez consulter notre guide– permettent de centraliser tous vos codes et d'ainsi cataloguer votre présence sur les réseaux sociaux, vos adresses email, vos comptes sur les sites d'e-commerce, etc.

Vous pouvez confier le mot de passe maître à une personne unique, pour qu'elle ait accès à ces informations après votre décès. Vous pouvez aussi créez un compte famille –sur 1Password, il coûte 60 dollars par an (environ 54 euros) pour cinq personnes– et désigner l'un·e des membres comme votre contact d'urgence, qui sera autorisé à récupérer votre mot de passe et se connecter à vos comptes.

Pensez également à créer un document avec le code PIN de votre smartphone, le mot de passe de votre ordinateur et celui de vos comptes en néobanque.

Se renseigner sur les fonctions spéciales

Sur la plupart des réseaux sociaux, il existe des fonctions qui permettent à l'un·e de vos proches de prendre le contrôle de votre compte en cas de décès.

Il est important de s'en occuper et de prendre connaissance des détails. Dans le cas de Facebook par exemple, cette autorisation s'accompagne aussi de limitations.

Pour ce qui est de Google, vous pouvez configurer votre gestionnaire de compte inactif, qui vous permet de «spécifier les coordonnées d'une personne à prévenir» en cas d'inactivité du compte et de choisir à quels comptes et à quelles données cette personne aura accès.

En ce moment

Les Japonaises interdites de lunettes, xHamster mieux que Facebook, sécuriser son iPhone, aujourd'hui sur korii.

Et Cætera

Les Japonaises interdites de lunettes, xHamster mieux que Facebook, sécuriser son iPhone, aujourd'hui sur korii.

Le récap' du jour.

Google aspire les données médicales de millions de personnes à leur insu

Et Cætera

Google aspire les données médicales de millions de personnes à leur insu

Dans le cadre du «Projet Nightingale», des hôpitaux lui transmettent leurs données sans en informer les patient·es.

Les entreprises japonaises interdisent à leurs employées de porter des lunettes

Et Cætera

Les entreprises japonaises interdisent à leurs employées de porter des lunettes

La mesure n'est que l'une des nombreuses contraintes que les Japonaises doivent respecter au travail.