L'histoire et la législation ont forcé l'industrie pornographique à user de patience. | Romi Yusardi via Unsplash
L'histoire et la législation ont forcé l'industrie pornographique à user de patience. | Romi Yusardi via Unsplash

xHamster pourrait donner des leçons de modération à Facebook

Les réseaux sociaux devraient sans doute s'inspirer des méthodes des grands sites pornos.

Pas si loin de la fameuse Silicon Valley, on trouve au sud de la Californie un autre lieu où se côtoient des géants du monde numérique. Depuis les années 1970, la Porn Valley réunit près de Los Angeles la crème de la pornographie américaine, notamment en matière de sites internet olé olé, qui dominent le secteur et attirent un nombre vertigineux de visiteurs et de visiteuses chaque jour.

Tandis que dans la Silicon Valley, la philosophie en matière d'innovation a souvent été «Move forward and break things» («Avance rapidement et casse les codes»), les grands du porno ont pris l'habitude de faire les choses différemment, beaucoup plus lentement.

Alors que les problèmes de modération de contenus sont perpétuellement au cœur des débats concernant Facebook (voire TikTok), les réseaux sociaux pourraient s'inspirer du fonctionnement de la Porn Valley pour amoindrir la haine en ligne, les contenus illégaux ou même les live streams d'attaques armées –à commencer par sa manière de gérer la modération des commentaires.

Vérification en amont

Sur Facebook, le site du Monde ou votre forum préférée, la norme est qu'un commentaire soit publié immédiatement après écriture. La modération de celui-ci se déroule en aval, même si certains termes utilisés peuvent faire tiquer les algorithmes des réseaux sociaux.

Pour les sites pornographiques, impossible de fonctionner de la même façon: tout est scruté en amont afin de s'assurer de la légalité des commentaires ou des vidéos postées.

«Notre IA vérifie le contenu pour trouver les violations ou le renvoie vers notre équipe pour une meilleure modération. Nous avons des légions de volontaires qui modèrent les contenus mis en ligne», précise Alex Hawkins, président du site pornographique xHamster, à OneZero. Plusieurs heures peuvent ainsi s'écouler avant la mise en ligne des commentaires, mais aussi des vidéos et des photos.

En parallèle à cette ferme modération, les chats entre internautes sont périodiquement enregistrés –des méthodes extrêmes qui se justifient par la pression législative pesant sur les sites pornos. En plus des lois sur la pornographie juvénile, un arsenal de régulations est destiné à éviter certains contenus obscènes, forçant l'industrie à superviser ses sites de la manière forte.

Sur xHamster, 7.000 vidéos sont publiées chaque jour; Alex Hawkins estime qu'une sur 20.000 est supprimée pour violation des règles. «Parce que nous sommes très agressifs dans notre modération, les criminels savent qu'il ne faut pas utiliser nos sites», affirme-t-il. Une philosophie dont pourrait s'inspirer Facebook?

En ce moment

Quand la Playstation servait à étudier les trous noirs

Tech

Quand la Playstation servait à étudier les trous noirs

Peu coûteuse et adaptable, cette machine taillée pour le jeu a aussi fait des miracles en sciences.

Le «sale petit secret» d'Uber, la pollution des sacs réutilisables, des bébés génétiquement modifiés, une semaine sur korii.

Et Cætera

Le «sale petit secret» d'Uber, la pollution des sacs réutilisables, des bébés génétiquement modifiés, une semaine sur korii.

De la lecture et des surprises pour votre samedi.

La recherche des seins parfaits, la mafia meilleure que Goldman Sachs, +100% à Wall Street, une journée sur korii.

Et Cætera

La recherche des seins parfaits, la mafia meilleure que Goldman Sachs, +100% à Wall Street, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'huii.