La crise économique liée au Covid-19 amplifie un phénomène qui malmène déjà des millions d'individus. | Shot by Cerqueira via Unsplash
La crise économique liée au Covid-19 amplifie un phénomène qui malmène déjà des millions d'individus. | Shot by Cerqueira via Unsplash

Au Japon, la génération sacrifiée des «Hikikomori»

3,4 millions des 40-50 ans ne sont pas mariés, vivent chez leurs parents... Et le Covid-19 a aggravé la situation.

Le marché du travail japonais est sans pitié. Si l'on est pas embauché à la fin de ses études, on risque fort de passer d'un petit boulot à un autre, jusqu'à la fin de sa vie, un phénomène exploré par Bloomberg dans un long article consacré à la question. Comme le dit un proverbe local, «les portes ne s'ouvrent qu'une fois».

Des millions de personnes en ont fait les frais, en particulier au début des années 2000, après l'explosion de la bulle spéculative japonaise. Les entreprises ont alors réduit encore les embauches pour protéger les plus ancien·nes.

Le 28 mai 2019 à Kawasaki , un homme armé d'un couteau a tué deux personnes et en a blessé dix-huit autres, principalement des adolescentes. L'assassin, qui s'est suicidé, était un homme d'une cinquantaine d'années, au chômage depuis des années, qui vivait avec son oncle.

Peu après, le gouvernement japonais a annoncé qu'il aiderait 300.000 jeunes chômeurs et chômeuses à trouver un emploi.

Le «problème 8050»

On appelle Hikikomori les adolescent·es japonais·es qui décident de se retirer du monde, ne quittant plus leur chambre durant des années. Mais le phénomène peut perdurer: le Japon compterait aujourd'hui 617.000 Hikikomori d'âge moyen.

Michinao Kono était plutôt bien parti dans la vie: issu d'une famille aisée, il a étudié à la prestigieuse université de Kyoto. Mais ce solitaire, qui avait été harcelé à l'école, était mal à l'aise avec les exercices de recrutement auxquels doivent se plier les étudiant·es, en costume-cravate.

Il n'a pas validé son diplôme et le contexte économique l'a découragé de chercher un emploi. Michinao Kono s'est donc retranché chez ses parents, et les années ont passé. Il n'est sorti que pour effectuer quelques voyages, se rendre aux concerts du groupe Morning Musume, et a accumulé 3 millions de yens [24.360 euros] de dettes.

Après l'attaque du 28 mai 2019, il a décidé de se prendre en main. Le seul emploi qu'il a trouvé consistait à faire la plonge dans un restaurant de ramen pour le salaire minimum. Il l'a quitté épuisé. Il anime désormais -bénévolement- un groupe de parole pour Hikikomori.

Sexisme, pandémie et célibat

Takekawa, 38 ans, est au chômage depuis mars, même si elle termine son troisième roman. Elle a alterné entre des emplois où elle gagnait 30% de moins que ses collègues, et deux emplois de journaliste –un qui l'a laissée en burnout et l'autre qui s'est interrompu après cinq ans de contrats de six mois.

En raison de la pandémie de Covid-19, les grandes entreprises comme Japan Airlines et HIS ont arrêté de recruter des jeunes diplômé·es. 78% de ces dernier·es disent que la maladie a nui à leur recherche d'emploi.

Selon les statistiques, la part des personnes qui n'ont jamais été mariées au Japon n'a cessé d'augmenter depuis 1990. Il y a 30 ans, elle se situait autour de 5%. En 2015, elle dépassait 10% pour les femmes et 20% pour les hommes.

Le taux de fertilité, qui s'est quant à lui effondré entre 1984 et 2005, est remonté légèrement jusqu'en 2015 avant de dégringoler à nouveau. 36 ans plus tôt, il atteignait 1,8. Il est désormais inférieur à 1,4, ce qui fait courir à l'économie un péril presque existentiel.

En ce moment

Le secret de l'iPhone 12, Mario Kart testé par un enfant, ce que vous coûte le télétravail, une journée sur korii.

Et Cætera

Le secret de l'iPhone 12, Mario Kart testé par un enfant, ce que vous coûte le télétravail, une journée sur korii.

Ce qu'il ne fallait pas manquer aujourd'hui.

Apple a caché un important secret dans l'iPhone 12

Tech

Apple a caché un important secret dans l'iPhone 12

Une fonction inédite et capitale est prête, mais pas encore active.

On a fait tester «Mario Kart Live: Home Circuit» à Noé, 5 ans et demi

Tech

On a fait tester «Mario Kart Live: Home Circuit» à Noé, 5 ans et demi

Le jeu de course en réalité augmentée et zinzin de Nintendo semble beaucoup lui plaire –à nous aussi.