La technologie permet de construire des merveilles que nos mains impatientes abandonneraient au bout d'une heure. | Via Warner Bros
La technologie permet de construire des merveilles que nos mains impatientes abandonneraient au bout d'une heure. | Via Warner Bros

Il faudrait 18 millions de briques pour bâtir le Super Star Destroyer de «Lego Star Wars: The Skywalker Saga»

Le jeu vidéo regorge d'objets ou de lieux tout aussi impressionnants que le croiseur interstellaire.

On se souvient des 15.080.330 briques que les producteurs de la première Grande aventure Lego estimaient nécessaires à la recréation intégrale du film.

C'était en 2014, soit il y a une éternité dans le monde de la technologie. En attestent les chiffres records dévoilés pour le jeu vidéo Lego Star Wars: The Skywalker Saga, annoncé par le développeur Traveller's Tales lors du salon E3, qui s'est tenu du 11 au 13 juin à Los Angeles. Prévu pour 2020, le titre couvrira l'ensemble de l'histoire des neuf longs-métrages parus ou à paraître au cinéma, L'Ascension de Skywalker inclus.

Pour cent briques, t'as plus rien

Il a été révélé aux journalistes ayant assisté à la présentation du jeu lors de l'expo en Californie qu'un Super Star Destroyer visible dans le jeu aurait nécessité la bagatelle de dix-huit millions de briques s'il avait fallu le construire dans le monde réel.

Le vaisseau n'est pourtant que l'un des nombreux lieux ou objets faits de briques virtuelles présents dans Lego Star Wars: The Skywalker Saga. James McLoughlin, le metteur en scène du jeu vidéo, a expliqué à Kotaku que tous les véhicules ont subi le même traitement que le glorieux Super Star Destroyer.

Compte tenu du rendu graphique, tant de l'apparence extérieure que des intérieurs –souvent visitables, à l'image de l'Étoile de la mort–, impossible d'imaginer le nombre total de briques que la création d'un tel univers exigerait.

En ce moment

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Et Cætera

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Avant de fusionner avec les machines il importe de bien (re)définir ce qui relève de l'être humain.

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Et Cætera

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Cantonné à eBay jusqu'à son interdiction, l'achat-vente de squelettes décorés se réfugie dans le flou juridique du réseau social.

La big data en santé, une mine d'or de 12 milliards d'euros pour la Grande-Bretagne

Biz

La big data en santé, une mine d'or de 12 milliards d'euros pour la Grande-Bretagne

La NHS est assise sur un trésor convoité par l'industrie pharmaceutique.