Le jeu est-il également responsable de l'assassinat de JFK? | Bungie
Le jeu est-il également responsable de l'assassinat de JFK? | Bungie

Le jeu vidéo «Destiny» à l'origine de la crise au Kazakhstan?

C'est la drôle de thèse avancée par un média d'État russe.

Le média d'État russe Komsomolskaya Pravda explique avoir découvert la source d'inspiration des protestations politiques au Kazakhstan dans les jeux vidéo.

Et, plus précisément, dans Destiny, un jeu de tir à la première personne au monde futuriste, dans lequel les gamers luttent contre des hordes d'aliens. Mais quel peut être le rapport entre un jeu en ligne sur une invasion extraterrestre et un soulèvement populaire en Asie Centrale?

Depuis le 2 janvier, un mouvement de contestation du pouvoir, né d'une hausse des prix du gaz, se propage à travers le pays. Pour faire face à ces manifestations sans précédent, le président kazakh a demandé le soutien de la Russie, qui a envoyé sur place un contingent armé avant d'entamer leur retraite une fois le calme revenu à Almaty.

Émaillées de violences, les manifestations ont été vivement réprimées par les autorités, qui ont fait état de dizaines de morts et plus d'un millier de blessés. Dans la foulée, internet et les applications de messagerie numérique comme WhatsApp ont été coupées –un désastre pour le bitcoin, dont le pays est l'une des «mines» principales.

Apocalypse futuriste et rébellion

Comment Komsomolskaya Pravda rejette la faute sur les jeux vidéo? Le contenu de l'un des scénarios créé dans le premier volet du jeu Destiny, datant de 2014, et remis au goût du jour dans Destiny 2.

L'histoire prend place dans le Cosmodrome de Baïkonour, une base de lancement russe située au centre du Kazakhstan, actuellement toujours en activité. La mission principale consiste à faire exploser la base et à éliminer tous les gardes présents; tout un programme.

Pour le média russe, ce n'est pas un hasard: «La jeune génération de Kazakhs a grandi en jouant aux jeux américains, dont l'un des scénarios est de faire sauter Baïkonour, symbole de l'URSS. Ils ont eu le temps de se persuader que cela suffisait pour que le Kazakhstan [via son indépendance, ndlr] devienne un émirat prospère, à l'image d'autres pays du Moyen-Orient.»

Et parce que le cosmodrome est présenté comme une ruine, le jeu sous-entendrait l'idée d'un déclin russe, qui inciterait les jeunes kazakhs à la rébellion. La théorie est bien sûr vaseuse: certes, la base de Baïkonour est en ruine dans le jeu, mais c'est la planète entière qui y est détruite, en proie aux attaques d'aliens.

Cerise sur le gâteau pour le média de propagande: le jeu a été créé par une entreprise américaine –un plan machiavélique du studio Bungie qui a donc mis huit ans à entrer en action.

En ce moment

🔫 De l'importance des gros canons 💣 Le coup d'État contre Poutine 🐦 Elon Musk qui plombe Twitter: l'hebdo de korii.

Et Cætera

🔫 De l'importance des gros canons 💣 Le coup d'État contre Poutine 🐦 Elon Musk qui plombe Twitter: l'hebdo de korii.

Dix (courts) articles pour voir le monde d'un autre œil et chasser l'ennui de votre dimanche.

🔥 Et si l'Ukraine envahissait la Russie? ⚡ Les douteux lasers russes anti-drones 🏃 La course à l'exaflop, hier sur korii.

Et Cætera

🔥 Et si l'Ukraine envahissait la Russie? ⚡ Les douteux lasers russes anti-drones 🏃 La course à l'exaflop, hier sur korii.

Quatre articles pour comprendre le monde autrement.

Supercalculateurs: les États-Unis courent derrière une Chine triomphante

Tech

Supercalculateurs: les États-Unis courent derrière une Chine triomphante

Géopolitique et concours de bits.