Passer ses diplômes en jouant: la formule pourrait attirer pas mal de monde. | Florian Olivo via Unsplash
Passer ses diplômes en jouant: la formule pourrait attirer pas mal de monde. | Florian Olivo via Unsplash

L'e-sport désormais au programme des facs américaines

Obtenir une bourse pour jouer à son jeu vidéo favori: le rêve de beaucoup d'ados est devenu réalité pour quelques étudiant·es pros de «Fortnite» ou «Hearthstone».

Aux États-Unis, l'e-sport s'institutionnalise à vitesse grand V. Depuis l'automne 2018, plusieurs universités ont lancé leur cursus dédié à cette pratique de plus en plus reconnue.

On connaît l'importance du sport dans les cursus universitaires américains. Des équipes de football américain aux cheerleaders, l'imagerie autour de cette pratique a envahi la culture populaire. L'e-sport rejoindra peut-être bientôt la danse, pour devenir un sport comme les autres.

Championnat universitaire

Il est pour l'instant possible de suivre un cursus e-sportif dans huit États: le Connecticut, la Géorgie, le Kentucky, le Massachusetts et Rhode Island ont ouvert les festivités en septembre 2018, suivis quelques mois plus tard par l'Alabama, le Mississippi et le Texas.

Les États-Unis sont pionniers en la matière. Déjà en 2014, l'université Robert Morris à Chicago avait lancé la première équipe universitaire d'e-sport.

D'autres universités ont depuis suivi la tendance: à Kansas City, l'université Park a rejoint les compétitions League of Legends et prévoit de construire une arène prochainement, à Manchester dans le New Hampshire. Overwatch, Hearthstone et Fortnite auront aussi leurs formations –de quoi créer dès l'automne 2019 un véritable championnat universitaire autour de plusieurs jeux très populaires.

Mais ce n'est pas tout. En plus de l'opportunité d'intégrer une équipe et de suivre un programme dédié, les universités offrent des bourses conséquentes. À l'université Robert Morris, une réduction de 50% des frais de scolarité et d'hébergement est promise aux futur·es membres de la formation d'e-sport. À l'université d'Ashland, dans l'Ohio, seul·es les étudiant·es spécialistes de Fortnite bénéficient d'une bourse. Au total, une douzaine d'établissements à travers le pays assurent des avantages financiers aux gamers.

Potentiel économique

Pour les universités, le développement de l'e-sport apporte aussi des promesses non négligeables. Du côté d'Atlanta, une toute nouvelle arène dédiée à la pratique a vu le jour. L'objectif premier de cet équipement: accueillir les compétitions d'e-sport entre universités.

Et ce n'est pas près de s'arrêter, puisque l'université d'Akron dans l'Ohio a annoncé la fondation de la plus grande installation e-sportive du pays, 500 m² exclusivement dédiés aux jeux vidéo. Prix de la construction: 750.000 dollars, soit environ 666.000 euros –ce qui reste une somme raisonnable comparée au coût d'un stade d'athlétisme.

Cet investissement massif s'explique notamment par le potentiel économique du secteur. Selon une étude réalisée par la société Newzoo, spécialisée dans les analyses de jeux et d'e-sport, le marché mondial du secteur devrait passer la barre du milliard de dollars de recettes générées en 2019, pour une audience attendue de 453,8 millions de personnes.

De son côté, la National Association of Collegiate e-sports, un organisme à but non lucratif fondé en 2016, a déjà comptabilisé près de 1.500 étudiant·es en compétition sur les jeux vidéo aux États-Unis. Nul doute que leur nombre devrait augmenter d'ici quelques années.

En ce moment

«L'effet Jio», ou comment un homme a révolutionné l'Inde en trois ans

Biz

«L'effet Jio», ou comment un homme a révolutionné l'Inde en trois ans

De zéro à 322 millions d'abonnements: le Xavier Niel indien a bouleversé son pays en entraînant les autres.

Quand un compte Tinder est obligatoire pour entrer en soirée

Biz

Quand un compte Tinder est obligatoire pour entrer en soirée

Des frat houses américaines signent des contrats avec des applications de rencontres moyennant rémunération.

Demain, à la place de vos commerces de proximité, des cafés Facebook

Biz

Demain, à la place de vos commerces de proximité, des cafés Facebook

Dans un monde post-Amazon, nos cités seront peut-être envahies par les marques numériques.