Image tirée du premier épisode de cet Indiana Jones tchéquoslovaque et pirate, programmé sur Spectrum ZX | Capture écran via YouTube
Image tirée du premier épisode de cet Indiana Jones tchéquoslovaque et pirate, programmé sur Spectrum ZX | Capture écran via YouTube

Le premier jeu vidéo politique de l’histoire

Indiana Jones, héros du «printemps de Prague»: c'est le scénario d'un jeu vidéo amateur et politique sorti en 1989, que s'échangeaient sous le manteau des gamers tchécoslovaques ivres de liberté.

La place Venceslas de Prague est entrée dans l'histoire comme haut lieu de la lutte citoyenne contre l’oppression soviétique. En 1968, d’importantes manifestations y sont violemment réprimées par la police; un an plus tard, un étudiant de 20 ans, Jan Palach, s’y immole, devenant un symbole de résistance au régime communiste. En 1989, pour célébrer le vingtième anniversaire de cet épisode tragique, une grande manifestation se tient à nouveau sur la place Venceslas et fait des émules dans tout le pays.

Le jeu, moyen d'expression

Peu de temps après apparaît Les aventures d’Indiana Jones sur la place Venceslas le 16 janvier 1989. Premier jeu vidéo politique de l’histoire, il est construit autour d’un scénario assez basique: Indiana Jones se retrouve sur la place, qu’il cherche à quitter par tous les moyens pour rejoindre son Amérique natale.

Mais l'aventurier est pris pour cible par la police et les choses se corsent. «Le jeu est tout à fait conscient de l’absurdité de son postulat, sur lequel il construit d’ailleurs son ironie et ses hyperboles», écrit Jaroslav Švelch, auteur de Gaming the Iron Curtain, sur l’utilisation du jeu vidéo comme moyen d’expression par la jeunesse tchécoslovaque des années 1980.

«Indiana Jones is dead»

La place Venceslas n’est bientôt plus qu’un champ de bataille, et les cadavres s’empilent. Face à l’arsenal policier, Indiana Jones n’a pour se défendre que des armes de rue: pavés, barre de fer. Il finit par être passé à tabac par les forces de l’ordre. Tandis que les policiers s’éloignent, le héros hollywoodien se saisit d’une machette pour se faire hara-kiri. «Indiana Jones is dead. Game over.»

Le jeu est un succès immédiat dans la communauté des gamers. Il connaîtra même un second volet en novembre de la même année, avec comme point de départ la «révolution de velours». Plus pacifique que les événements de 1968, ce mouvement entraînera néanmoins la chute du gouvernement communiste.

Quant au créateur du jeu, si tout porte à croire qu'il a participé à la manifestation de janvier 1989 sur la place Venceslas, il demeure, pour l’heure, toujours inconnu.

En ce moment

La crise de la weed, la plus grosse arnaque de la Silicon Valley, un OS pour l'apocalypse, à lire sur korii.

Et Cætera

La crise de la weed, la plus grosse arnaque de la Silicon Valley, un OS pour l'apocalypse, à lire sur korii.

Le récap' du jour.

Collapse OS, un système d'exploitation pour la fin du monde

Tech

Collapse OS, un système d'exploitation pour la fin du monde

En cas d'effondrement, les déchets technologiques auront besoin d'un logiciel pour fonctionner à nouveau.

Croissance ou récession: et si tout n'était qu'une question d'histoires?

Biz

Croissance ou récession: et si tout n'était qu'une question d'histoires?

L'économiste Robert Shiller recommande de se pencher sur les histoires pour comprendre les aléas du marché économique.