«Pour nous tous» –si tant est que le projet survive face aux géants du secteur. | Means TV
«Pour nous tous» –si tant est que le projet survive face aux géants du secteur. | Means TV

Means TV, le Netflix alternatif et anti-capitaliste

Repérés aux côtés d'Alexandria Ocasio-Cortez, un duo de vidéastes a lancé un service de streaming «proche de la classe ouvrière et des positions socialistes».

Originaires de Detroit, Naomi Burton et Nick Hayes se sont fait remarquer en réalisant le clip de campagne d’Alexandria Ocasio-Cortez: la plus jeune femme jamais élue au Congrès américain est la nouvelle coqueluche de la gauche socialiste américaine. Aujourd’hui, le duo de vidéastes lance Means TV, un service de streaming «proche de la classe ouvrière et des positions socialistes». Lancée la semaine dernière, leur campagne de crowdfunding a déjà récolté 20.000 dollars sur les 500.000 espérés.

Contre la domination des «corporate media»

Pour Nick Hayes, ce projet est né d’un constat. «Les États-Unis sont dominés par les grands médias institutionnels et aucun d’entre eux n’est détenu par ses salariés. Par conséquent vous ne risquez pas d’y voir la réalisation de projets pouvant menacer cette hégémonie.»

Aujourd’hui, si les géants Disney, WarnerMedia, Apple TV+ ou Netflix se partagent le marché du streaming, leur suprématie est de plus en plus critiquée. En mars dernier, l’acquisition de la 21st Centrury Fox par Disney a conduit au licenciement de 3.000 personnes.

Dans le même temps, les scénaristes représentés par la Writer Guild of America West ont rallié leur syndicat pour dénoncer leurs agents, qui s’occuperaient davantage de leurs propres intérêts que de ceux de leurs clients. À ce non-respect du droit des travailleurs et travailleuses s’ajoute une uniformité de contenus qui, selon Nick Hayes et Naomi Burton, ne fait que renforcer le pouvoir de ces grandes entreprises.

Dans l’air du temps

Longtemps considéré comme une insulte, le terme «socialisme», défendu notamment par Bernie Sanders lors de la dernière campagne présidentielle, fait une entrée discrète sur la scène politique. Et Means TV espère bien accompagner le mouvement.

Pour 10 dollars par mois, la plateforme devrait offrir un large bouquet, «du film d’animation à la téléréalité, en passant par des programmes plus pédagogiques». Outre la politique de contenus, Hayes et Burton désirent également créer un service plus respectueux des employées et employés et projettent d’associer les têtes pensantes du concept et le personnel au capital de l’entreprise.

David contre Goliath

Face aux «Big Corporate», Means TV est pour l’instant riquiqui. Mais il en faudrait plus pour décourager le duo de vidéastes.

Tout notre argent est utilisé à des fins bien précises. Pourquoi ne ferions-nous pas en sorte que, pour une fois, il contribue à nous donner plus de pouvoir?
Naomi Burton, vidéaste

Pour Burton, cette différence pourrait d’ailleurs constituer leur plus grande force. «La raison pour laquelle les “rich guys” veulent posséder les médias est que tout leur contenu est politique. Le patron de Netflix a donné des centaines de millions de dollars à des Charter Schools de Los Angeles [des écoles administrées par des organismes privés, mais financées par des fonds publics] afin de privatiser le système éducatif. Tout notre argent est utilisé à des fins bien précises. Pourquoi ne ferions-nous pas en sorte que, pour une fois, il contribue à nous donner plus de pouvoir?»

En ce moment

Champagne pour Jay-Z, la domination totale d'Amazon, des vêtements qu'on lave peu, une semaine sur korii.

Et Cætera

Champagne pour Jay-Z, la domination totale d'Amazon, des vêtements qu'on lave peu, une semaine sur korii.

Sélection d'articles à lire sous le soleil, exactement.

Des milliers de personnes font des dons à des inconnus sur Facebook

Et Cætera

Des milliers de personnes font des dons à des inconnus sur Facebook

Quand le réseau social se mue en plateforme de solidarité directe.

La Russie casse les prix de la désinformation

Tech

La Russie casse les prix de la désinformation

250 dollars suffisent pour se payer une campagne de dénigrement de deux semaines.