La classe, tout simplement. | Franck Fife / AFP
La classe, tout simplement. | Franck Fife / AFP

Megan Rapinoe lance une marque de vêtements inclusive et engagée

Avec trois autres joueuses de l'équipe de football américaine, elle s'est associée à un studio londonien pour créer des vêtements en dehors des codes.

Quatre joueuses de l'Équipe des États-Unis féminine de soccer, dont la star du milieu de terrain et cauchemar des Bleues Megan Rapinoe, ont lancé une nouvelle marque de vêtements. À l'inverse de la plupart des produits créés par des athlètes de haut niveau, la marque baptisée Re-inc ne produira pas de vêtements à leur nom ou à leur effigie, rapporte Fast Company.

Une décision délibérée selon Eddie Opara, designer chez Pentagram. Cette société britannique de graphisme est à l'origine de l'identité de la marque, qui porte la philosophie des quatre footballeuses, associée à un design inclusif et non sexiste.

«Nous sommes quatre championnes du monde dont le temps passé dans l'équipe nationale féminine des États-Unis nous a appris à nous battre. [...] Pour la grandeur. Pour nos identités. Pour notre propre valeur. Nous existons pour réinventer avec audace le statu quo: défendre l'équité, la créativité, le progrès et l'art», peut-on lire sur le site de la marque.

Pour l'heure, Megan Rapinoe, Christen Press, Meghan Klingenberg et Tobin Heath ont lancé deux t-shirts non genrés, surnommés «Re-tee» et arborant en français les mots «liberté, égalité, défendez».

Mouvement plus large

Au-delà de la création de vêtements et de produits inclusifs, la marque non binaire s'inscrit dans un mouvement politique plus large, alors que l'équipe de football américaine avait intenté en mars 2019 une action en justice pour discrimination contre leur fédération, accusée de payer beaucoup plus largement leurs homologues masculins.

«Elles ne vendent pas seulement des produits parce qu'elles sont des symboles. C'est aussi à cause de ce qu'elles ont traversé et de ce qu'elles ont vu d'autres personnes traverser», conclut Eddie Opara auprès de Fast Company.

En ce moment

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Et Cætera

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Avant de fusionner avec les machines il importe de bien (re)définir ce qui relève de l'être humain.

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Et Cætera

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Cantonné à eBay jusqu'à son interdiction, l'achat-vente de squelettes décorés se réfugie dans le flou juridique du réseau social.

La big data en santé, une mine d'or de 12 milliards d'euros pour la Grande-Bretagne

Biz

La big data en santé, une mine d'or de 12 milliards d'euros pour la Grande-Bretagne

La NHS est assise sur un trésor convoité par l'industrie pharmaceutique.