L'île de l'esprit, au Canada. | Gabriel Perelman via Unsplash
L'île de l'esprit, au Canada. | Gabriel Perelman via Unsplash

Oak Island, l'île qui excite les chasseurs de trésors depuis plus de 200 ans

Les recherches sur l'île canadienne ont commencé en 1795: elles n'ont jamais cessé depuis.

«Île Oak, propriété privée cachant un possible trésor.» C'est ainsi qu'est sobrement décrite sur Google Maps Oak Island, une étendue de terre de 57 hectares dans la baie de Mahone, au sud-ouest du Canada. L'île est en effet le siège de l'une des rumeurs les plus tenaces à propos d'un trésor enfoui qui attire les convoitises depuis 1795.

Pourtant, personne ne sait très bien ce qu'il vient chercher. Trésor de pirates? De templiers? Réserve de révolutionnaires américains? Cache de l'armée anglaise? Si elles attestent toutes de la présence d'un magot, les ouî-dire ne s'accordent pas sur sa provenance.

L'histoire aurait débuté en 1795, peu de temps après l'âge d'or de la piraterie et à la suite de la découverte par des adolescents d'un endroit manifestement creusé et renforcé, comme si quelque chose y avait été enterré.

Surnommé le «money pit», le puits d'argent, cette supposée découverte a tout de suite excité la curiosité. Selon les témoignages de participants dans les journaux de l'époque, plusieurs expéditions seraient allées creuser à leur tour. L'une d'entre elles aurait découvert, en 1804, des fibres de noix de coco: étonnant pour une île canadienne. Mais alors que la fouille semblait toucher au but, de l'eau de mer aurait englouti le trou.

À partir de là, les recherches se sont intensifiées, jusqu'à ce qu'une pompe à vapeur explose en 1861, tuant l'un des chercheurs de trésor. L'incident, loin de rebuter les curieux, a attiré une attention plus grande encore sur l'île, qui change aussi fréquemment de propriétaires que d'équipes de fouilles.

Au gré des recherches, les trous et les tunnels se sont multipliés dans le sol poreux d'Oak Island, continuant de faire des victimes. En 1897, un homme fait une chute mortelle et en 1965, quatre personnes meurent intoxiquées par des gaz sous-terrains. À l'entrée de l'île, leurs six noms sont gravés sur une pierre: «En mémoire de ceux qui ont perdu la vie en poursuivant la quête d'Oak Island.»

Le mystère persévère

Le temps passant, fouilles et excavations ont utilisé des méthodes plus modernes, sans jamais pour autant parvenir à mettre la main sur le fameux trésor, mais sans jamais cesser non plus d'y croire. Si plus de 200 ans plus tard les recherches continuent, c'est que l'île elle-même semble vouloir entretenir le mystère, en égrainant continuellement de petits indices.

Croix en plomb, parchemin, pièce en or, fragment d'or: des artefacts parfois vieux de centaines d'années sont régulièrement découverts, et peuvent déjà en soi être considérés comme des trésors. Il en faut néanmoins plus pour satisfaire ceux qui espèrent découvrir un coffre débordant de richesses sonnantes et trébuchantes.

Depuis une dizaine d'années, les recherches sont menées par les frères Rick et Marty Lagina, qui ont acheté une partie de l'île. Leurs efforts sont documentés depuis 2014 par une série sur History Channel baptisée The Curse of Oak Island.

Pour ajouter de la légende à la légende, le titre du programme fait référence à une prétendue malédiction, selon laquelle il faudrait que sept hommes périssent avant que ne soit découvert le magot. Après huit saisons à la télévision, les Lagina ont peut-être compris que perpétuer le mythe peut rapporter plus que des pièces d'or et gemmes précieuses.

En ce moment

Les nouveaux trains londoniens polluent plus que le trafic automobile

Tech

Les nouveaux trains londoniens polluent plus que le trafic automobile

Le rail n'est pas toujours aussi écologique qu'on ne le pense.

Un mouchard numérique diffuse des captures d'écran de votre smartphone en temps réel

Tech

Un mouchard numérique diffuse des captures d'écran de votre smartphone en temps réel

L'enfer des «stalkerwares», un cran plus loin.

Amazon milite pour la weed, une électrique capable de 7.000 km, la «magie» de la lévitation acoustique, une journée sur korii.

Et Cætera

Amazon milite pour la weed, une électrique capable de 7.000 km, la «magie» de la lévitation acoustique, une journée sur korii.

Le récap' du jour.