Le récap' du jour.
Le récap' du jour.

Le pétrole en négatif, Uber et Deliveroo en péril, spéculation sur la Switch, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'hui.

La crise pour Uber, Lyft ou Deliveroo, le pétrole américain sous la barre de zéro dollar, chasse aux syndicats chez Whole Foods, des morceaux de Mars rapportés sur Terre, des bots qui spéculent sur la Switch, une journée sur korii.

Un article vous a plu? N'hésitez pas à partager cette newsletter. Un autre vous a déplu? Dites-le nous en répondant directement à ce mail, on lit tout.

Vous souhaitez vous abonner à la kotiidienne? C'est par icii.

Le Covid-19 va-t-il précipiter la chute d'Uber, Deliveroo et Lyft?

Le chiffre d'affaires des applications de VTC s'effondre et Deliveroo se tourne vers Amazon.

Lire l'article

Whole Foods classe ses magasins selon leur risque de syndicalisation

L'entreprise américaine dispose d'une carte l'alertant des sites où un syndicat pourrait voir le jour.

Lire l'article

La crise de l'offre, de la demande et du stockage est telle qu'un baril de brut américain valait -37,63 dollars le lundi 20 avril.

Lire l'article

Si les prix de la Switch explosent, c'est de la faute des bots

Tout est bon pour obtenir (puis revendre) le produit le plus couru du confinement.

Lire l'article

Comment la NASA compte rapporter des morceaux de Mars sur Terre

Il faudra plus de dix ans et le concours de trois engins spatiaux différents pour mener à bien la mission.

Lire l'article

En ce moment

Fab.com, ou comment brûler 300 millions de dollars en quatre ans

Biz

Fab.com, ou comment brûler 300 millions de dollars en quatre ans

De héros à zéro, tout est parfois une histoire de fuite en avant.

Les missiles hypersoniques, révolution ou poudre aux yeux?

Et Cætera

Les missiles hypersoniques, révolution ou poudre aux yeux?

Une étude met en doute les performances de ces nouveaux engins ultra-rapides.

Le Brexit, un désastre pour la musique britannique

Biz

Le Brexit, un désastre pour la musique britannique

L'obsession des «brexiters» pour le contrôle des frontières met en péril une industrie déjà malmenée par le Covid-19.