Philou rejoint la partie, une mini-série aussi drôle qu'informative. | Xbox FR via YouTube
Philou rejoint la partie, une mini-série aussi drôle qu'informative. | Xbox FR via YouTube

Philousports: «La barrière du handicap dans les jeux vidéo est presque de l'histoire ancienne»

Héros d'une série sur l'accessibilité, il a répondu à nos questions.

Si vous êtes un assidu de Twitter, il est peu probable que vous soyez passé à côté des drôles de gazouillis de Philousports, l'un des personnages les plus fameux de la plateforme. Des tweets sur le sport, sur l'OM qu'il chérit, sur son quotidien, sur ce qu'il vit et ce qu'il voit, sur un peu tout et n'importe quoi –et sur sa situation de handicap, dont il est devenu de facto un commentateur au naturel et à la bienveillance réjouissante.

Sans doute, également, n'avez-vous pas manqué les premières vidéos de Philou rejoint la partie, une série dans laquelle Microsoft, en partenariat avec l'organisation spécialisée CapGame, montre comment il a été possible de permettre à Philou de retrouver une vieille passion, le jeu vidéo, dont la maladie l'avait malheureusement privé il y a quelques années.

S'il reste beaucoup à faire, la question de l'accessibilité dans le jeu vidéo a, ces dernières années, avancé à pas de géants. Notamment sous l'impulsion de Microsoft à qui, c'est heureux, la concurrence essaie d'emboîter le pas, appuyée également par des éditeurs conscients de l'importance d'adapter leurs titres à diverses situations de handicap.

«Microsoft est très engagée sur ces questions d'accessibilité, explique Ina Gelbert, directrice Xbox France. Il y a un Lab dédié à cela à Seattle. Du côté du jeu vidéo et de Xbox, ça a vraiment démarré avec le Xbox Adaptive Controller, le XAC, qui est né d'un projet en interne. Au sein de l'entreprise, dix personnes peuvent soumettre une idée, qui est mise en pratique si elle est soutenue par les autres: ce fut le cas du XAC, qui a reçu énormément de soutien, et sur lequel on a mis les moyens nécessaires pour qu'il soit produit.»

Xbox a également mis en place les XAG, les «Xbox Accessibility Guidelines», pour aider les développeurs de jeux à adapter les titres sur lesquels ils travaillent à diverses problématiques. Ils peuvent notamment, en cours de développement, faire tester leurs titres par une cellule spécialisée, constituée de professionnels de la question mais également de joueurs en situation de handicap.

Croire que la question ne relève que d'une marge invisible serait une grossière –et très malheureuse– erreur. «18% des Français sont en situation de handicap, cela représente douze millions de personnes, poursuit Ina Gelbert. Certains de ces handicaps sont facilement identifiables, mais 70% d'entre eux ne sont pas visibles: si l'on regarde autour de soi, il y a forcément une personne qui se trouve dans l'une de ces situations. On ne peut pas laisser ces personnes de côté, qui ne peuvent pas jouer parce qu'il existe une barrière, dont on n'a pas forcément conscience –ça peut être la manette, ça peut être l'écran, le son, le jeu, les couleurs.»

C'est précisément l'objectif de la série Philou rejoint la partie, aussi drôle (le doublage vous rappellera quelque chose) que touchante et informative: montrer qu'il est possible pour le jeu vidéo de ne laisser personne de côté, offrir de la visibilité à la question en dehors du petit monde vidéoludique.

Avec l'aide de l'expertise de CapGame, un ergothérapeute a évalué, chez le garçon, ses besoins spécifiques pour pouvoir lui créer un set-up adapté autour du XAC.

Et lui permettre, enfin, de battre ses camarades à FIFA et de retrouver le plaisir unique des jeux vidéo: Philou a accepté de répondre à nos questions.

Entretien

Quel a été, tout au long de ta vie, ton rapport aux jeux vidéo?

Philou: Depuis les premières consoles comme les Atari, puis la NES, la Megadrive, ça a été un moyen d'évasion, une manière de me sentir égal aux autres avec une manette dans la main. En grandissant, c'est devenu plus compétitif, avec FIFA entre amis, ou via le jeu en ligne.

Quels ont été les premiers jeux auxquels tu as joué? Lesquels t'ont le mieux permis de t'évader?

Je pense que ça devait être Mario, puis les premiers FIFA, Zelda, Flashback… Ensuite, il y a eu Zelda sur N64, GoldenEye à 4 aussi, puis il y a eu Call of Duty en équipe –des jours et des jours de jeu non-stop.

Que peux-tu nous dire de ta maladie?

Hormis que ce soit assez chiant? Je suis myopathe, ça dégénère mes muscles petit à petit. Mais bon, pas le temps de chouiner et de se plaindre, on avance (quand c'est accessible) et on essaye de servir à quelque chose pour les prochaines générations.

Comment a-t-elle impacté ta pratique du jeu vidéo? Progressivement?

Oui, tout à fait. Mes mains ont petit à petit perdu l'usage des doigts, il n'y a que le majeur qui marche bien, c'est cocasse. C'est devenu plus dur d'utiliser une manette. Malheureusement, j'ai dû stopper il y a 6 ou 7 ans, car je ne pouvais plus tenir la manette et déplacer mes doigts.

Que peux-tu me dire de cette association avec Xbox et CapGame? Comment est-elle née? Quel était le projet ?

L'idée a vu le jour fin 2019. Je souhaitais rejouer aux jeux vidéo, et mieux y jouer, et je connaissais l'engagement de Xbox et le travail de CapGame sur l'accessibilité. Je suis entré en contact avec eux et l'idée de raconter, de montrer ce qui existe pour améliorer l'accès au jeu pour les personnes en situation de handicap a germé. Mais le Covid a beaucoup retardé le projet. J'avais peur qu'il ne voie pas le jour!

Quelles solutions, quelles astuces, quelle approche globale ont eu Xbox et CapGame pour améliorer ton accès au jeu vidéo? La manette adaptative a été importante?

Comme la web-série l'explique, ils ont étudié mes besoins, mes envies. Grâce au Xbox Adaptive Controller (XAC) qui agit comme un «hub», on a connecté des accessoires de toutes sortes et on a pu, par exemple, ajouter de boutons au niveau de la tête.

Grâce à un pad style borne d'arcade et aux accessoires connectés à la XAC, je peux explorer le jeu à 100%. L'idée est d'utiliser les parties de mon corps que je peux utiliser sans problème pour faire certaines actions.

Concrètement, comment cela s'est-il traduit? Comment joues-tu désormais?

J'ai gardé une manette avec deux joysticks que j'avais déjà et on a ajouté la XAC, des gâchettes hyper sensibles qui, par exemple, me permettent de doser les efforts des joueurs dans FIFA, des pads sur ma tempe et l'arrière de ma tête, pour remplacer l'appui des doigts sur les touches de la manette. Il ne faut pas oublier non plus qu'on a réglé la console grâce aux paramètres d'accessibilité, même chose pour les jeux.

Un des premiers jeux auxquels tu as rejoué est FIFA, si je ne m'abuse. Quels sont les autres titres qui te donnent, en ce moment, le plus envie?

Assassin's Creed, les jeux de courses de voitures, Call Of et Fall Guys, pour avoir du fun et rire.

Le projet est aussi important pour montrer à tous et toutes que l'accessibilité progresse: c'est un message qui te tient à cœur?

Oui, et c'est ma principale motivation: montrer que le jeu vidéo est désormais accessible à toutes et tous, que la barrière du handicap dans ce domaine est presque de l'histoire ancienne. C'est aussi pour ça que je vais lancer ma chaîne de streaming, pour montrer concrètement les avancées.

En ce moment

Amazon qui rafle Noël, les chiffres secrets de «Squid Game», Poutine qui trahit sa promesse, une journée sur korii.

Et Cætera

Amazon qui rafle Noël, les chiffres secrets de «Squid Game», Poutine qui trahit sa promesse, une journée sur korii.

Cinq articles pour regarder le monde d'un autre œil.

Noël, le coup de grâce d'Amazon aux petits commerces

Biz

Noël, le coup de grâce d'Amazon aux petits commerces

Produits comme salariés, le géant met les moyens pour siphonner tout ce qui passera à sa portée.

Crise énergétique: Poutine ne tiendra pas sa promesse de mieux fournir l'Europe

Biz

Crise énergétique: Poutine ne tiendra pas sa promesse de mieux fournir l'Europe

Gazprom n'a pas prévu d'augmenter les volumes fournis.