Comme pour les «gilets Jaunes», les groupes Facebook jouent un rôle majeur dans le soutien populaire aux thèses et pratiques du Pr Raoult. | Gérard Julien / AFP
Comme pour les «gilets Jaunes», les groupes Facebook jouent un rôle majeur dans le soutien populaire aux thèses et pratiques du Pr Raoult. | Gérard Julien / AFP

Plongée dans les groupes Facebook pro-Raoult

Autant de chambres d'écho propices à la désinformation.

Mercredi 22 avril, les groupes Facebook pro-Raoult étaient particulièrement remontés. La veille, la prépublication sur le serveur medRxiv d'une étude portant sur 368 personnes a conclu à une inefficacité, voire à une dangerosité de l'hydroxychloroquine pour traiter le Covid-19.

Une partie des malades étaient soigné·es uniquement avec de l'hydroxychloroquine, d'autres avec l'association hydroxychloroquine/azithromycine recommandée par le professeur Didier Raoult. À la suite du partage de cette prépublication par une chercheuse sur Twitter, ce dernier a réagi.

«La chasseuse de sorcières @MicrobiomDigest n'est pas attentive aux détails lorsqu'elle juge qu'une étude est utile à ses combats paranoïaques! Le groupe témoin a été traité avec de l'azithromycine. Les patients mourants atteints de lymphopénie ont été traités par l'hydroxychloroquine. Étude frauduleuse. Fake news», a-t-il écrit en anglais dans un tweet aux accents trumpiens.

Bulle

Le groupe Facebook pro-Raoult le plus important compte près de 500.000 membres. Nombre d'internautes y postent des contenus et réagissent à d'autres, à la manière de n'importe quel forum internet.

Un deuxième groupe Facebook rassemble près de 250.000 personnes. Fait notable: la grande majorité des contenus sont postés par deux administrateurs et les posts quotidiens sont beaucoup moins nombreux. Son fonctionnement est donc plus «vertical»: ces deux personnes diffusent à leurs abonné·es, qui réagissent.

De nombreux contenus partagés dans ces deux groupes sont des articles, parfois issus de médias, parfois de sources plus douteuses. D'autres posts sont des mèmes, des posts écrits par des internautes ou des vidéos issues d'autres pages ou groupes.

Ils sont accompagnés de commentaires logiquement orientés en faveur de Didier Raoult ou qui critiquent la gestion de la pandémie par le gouvernement français. Un bon exemple de ce que l'on appelle communément une bulle de filtre, ou chambre d'écho.

Une personne poste un contenu (article, mème, post personnel, vidéo,...) accompagné d'un commentaire défendant le professeur Raoult; des membres répondent par des commentaires défendant ce dernier. Le processus se répète toute la journée; les usagèr·es se renforcent ainsi mutuellement dans leurs convictions.

Certains membres n'hésitent pas à dénoncer certaines théories conspirationnistes en partageant des articles de fact-checking, comme ici concernant la bactérie Prevotella.

Ce qui n'empêche pas le partage parfois très large de contenus complotistes.

Des affirmations issues de sources plus douteuses sont aussi présentes, comme une «enquête» du site d'extrême droite Dreuz.info sur l'hydroxychloroquine –le messager semble ici moins importer que la nature pro-Raoult de son message.

Viralité

Avec leur nombre élevé de membres (de 250.000 à 500.000) ces deux gros groupes disposent d'une force de frappe supérieure à celle de certains médias sur Facebook. En effet, lorsqu'un contenu est publié dans un groupe sur le réseau social, les personnes qui en font partie reçoivent une notification. Le contenu bénéficie d'une bonne visibilité dans le fil d'actualité.

À l'inverse, lorsqu'un contenu est publié par une page Facebook –celle d'un média par exemple– il tend à se perdre dans les limbes du réseau social. Depuis des années, Facebook a drastiquement réduit le reach (la visibilité) des publications de pages via son algorithme pour les encourager à sponsoriser leur posts, c'est-à-dire payer pour atteindre davantage de personnes.

Si l'on compare les publications de ce groupe (près de 250.000 membres) avec celles de la page de Slate (environ 366.000 fans), on constate facilement que celles du groupe pro-Raoult génèrent un engagement –nombre de partages, de réactions et de commentaires– bien supérieur. Le millier de partages est facilemement atteint sur un post.

Cette information n'est pas nouvelle. Au début du mouvement des ««gilets jaunes»», certain·es journalistes avaient déjà relevé le rôle central des groupes Facebook dans la mobilisation et la circulation d'informations –ou de désinformation.

Dernier élément: ces gros groupes pro-Raoult semblent bien avoir été créés il y a environ un mois, lorsque le professeur a commencé à s'exprimer sur la pandémie de Covid-19. Ce qui n'est pas forcément le cas d'autres, plus petits.

On peut raisonnablement imaginer que ces groupes Facebook jouent un rôle important dans la dissémination de la communication du Pr Raoult, tout comme certains médias qui la reprennent sans véritable recul.

Désinformation

Des groupes Facebook pro-Raoult plus petits (entre 15.000 et 25.000 membres) se montrent plus problématiques dans leur contenu, relayant davantage de théories du complot et d'autres formes de désinformation, affirmant par exemple à tort qu'Emmanuel Macron aurait légalisé l'euthanasie ou que le futur vaccin contre le Covid-19 sera obligatoire pour obtenir un visa Schengen.

Des contenus politiques d'extrême droite ou confusionnistes circulent également. Dans l'un deux, qui compte environ 25.000 membres, on retrouve de nombreux partages des vidéos du militant d'exrême droite Frank Buhler, un ancien leader autoproclamé des ««gilets jaunes»» passé par Debout la République (devenu Debout la France) et le Rassemblement national.

«Ici ni mensonge, ni politiquement correct. Journal politique de ré-information pour les patriotes avec ou sans carte partisane. Amour de ce que fut la France et admiration assumée pour la Russie», explique-t-il sur sa page, laissant peu de place à l'ambiguïté.

Une partie des membres semblent réceptifs à des théories du complot comme celle sur les liens entre la 5G et le coronavirus, qui ont motivé des actes de vandalisme et conduit Facebook à fermer plusieurs groupes complotistes. Ces contenus ne font toutefois pas l'unanimité.

Certains de ces groupes ont été créés avant le mois de mars et semblent être passés au soutien à Didier Raoult par opportunisme. L'un d'eux était un groupe de soutien aux «gilets jaunes» créé très tardivement (fin 2019) avant de changer de nom.

Plusieurs de ses administrateurs sont eux-mêmes des groupes pro-«gilets jaunes». Certaines publications issues de ces pages sont d'ailleurs partagées via le groupe, ce qui permet d'accroître leurs visibilité.

Mercredi 22 avril, «un groupe d'experts américains sous l'égide des Instituts nationaux de santé a formellement déconseillé aux médecins de soigner leurs patients Covid-19 avec le double traitement hydroxychloroquine et azithromycine, en raison des risques pour le cœur», selon l'AFP.

Lorsque l'on entendra moins parler de Didier Raoult, ces groupes opportunistes effectueront probablement une nouvelle mue.

En ce moment

Des gènes humains renommés à cause d'erreurs Excel

Et Cætera

Des gènes humains renommés à cause d'erreurs Excel

Les corrections automatiques du logiciel de Microsoft sont un vrai casse-tête pour les équipes de recherche.

Des satellites vulnérables mettent avions et navires en danger

Tech

Des satellites vulnérables mettent avions et navires en danger

En interceptant le flux d'un fournisseur d'accès à internet, un chercheur s'est fait passer pour un appareil en vol.

Malgré des ventes record, l'action de Beyond Meat dévisse

Biz

Malgré des ventes record, l'action de Beyond Meat dévisse

La moitié des revenus de la start-up alimentaire sont issus de la restauration, durement touchée par la pandémie.