Ça ne l'empêchera cependant pas de s'attaquer aux innocentes souris qu'il trouvera sur son passage.| Chandler Cruttenden via Unsplash
Ça ne l'empêchera cependant pas de s'attaquer aux innocentes souris qu'il trouvera sur son passage.| Chandler Cruttenden via Unsplash

Une start-up crée le premier aliment pour chat à base de cellules de souris cultivées in vitro

Bien-être animal et petfood sont-ils compatibles?

Depuis plusieurs années maintenant, de nombreuses start-ups tentent de développer de la viande artificielle à partir de cellules souches de bœuf, de poulet ou de poisson. Selon une étude du cabinet de consultants AT Kearney, le marché de la viande in vitro devrait croître de 41% par an dans les dix prochaines années.

La start-up Because Animals convoite un autre marché très juteux: celui de la nourriture pour animaux. L'industrie pèse plus de 108 milliards de dollars et connaît une croissance de 4,3% par an.

Comme pour les humains, ce marché est de plus en plus tiré par la tendance vegan, avec des propriétaires soucieux du bien-être animal et contre l'exploitation. Seulement, si les chiens sont comme les humains des animaux omnivores et peuvent suivre un régime sans viande moyennant quelques adaptations, les chats sont des carnivores stricts et leur santé peut être mise en danger par un régime 100% végétal.

«Les chats n'apprécient tout simplement pas le goût des végétaux», note Shannon Falconer, la dirigeante de Because Animals. Pour répondre malgré tout à la demande de viande alternative, la start-up vient donc d'annoncer la création de la première nourriture pour chat à base de cellules souches de souris.

Les souris dansent

Aucune souris n'a été tuée dans l'opération: les scientifiques ont prélevé des cellules sur les oreilles de souris donneuses, explique CNBC. Ces dernières «se portent bien» et «ont toutes les trois été adoptées par des employés de Because Animals», précise la start-up.

«Notre viande de culture possède les mêmes qualités nutritionnelles que la viande traditionnelle, assure Shannon Falconer dans un communiqué. La seule différence est qu'elle est cultivée dans un biororéacteur plutôt que dans un animal vivant.»

Le steak de culture n'a pour l'instant pas vraiment réussi à émerger, en raison notamment d'un prix prohibitif et d'une texture décevante (il est très difficile de reproduire des fibres musculaires à partir de cellules souches). SOSV, l'un des investisseurs de Because Animals, reste optimiste: la viande de culture pour animaux pourrait trouver plus rapidement des débouchés vers une production de masse, puisqu'elle n'a pas besoin de se soucier de l'aspect visuel.

Reste que même nourri à la viande in vitro, rien n'empêchera votre chat de s'attaquer impitoyablement aux innocentes souris et aux petits oiseaux qu'il trouvera sur son passage.

En ce moment

L'Europe se dirige droit vers un désastre énergétique

Biz

L'Europe se dirige droit vers un désastre énergétique

Le scénario de black-outs de grande ampleur n'est pas écarté.

Le business de l'asthme de Philip Morris, l'internet laser de Google, le Pentagone géant d'Erdoğan, une journée sur korii.

Et Cætera

Le business de l'asthme de Philip Morris, l'internet laser de Google, le Pentagone géant d'Erdoğan, une journée sur korii.

Cinq articles pour jeter un autre regard sur le monde.

Construire une cité capitaliste utopique, le rêve « banal » du milliardaire Marc Lore

Et Cætera

Construire une cité capitaliste utopique, le rêve « banal » du milliardaire Marc Lore

Le richissime Américain souhaite faire sortir une ville futuriste du désert du Nevada.