Un membre de la NRA manipule un revolver Smith & Wesson lors d'un salon de l'organisation, le 29 avril 2017, à Atlanta. | Scott Olson / AFP

Un membre de la NRA manipule un revolver Smith & Wesson lors d'un salon de l'organisation, le 29 avril 2017, à Atlanta. | Scott Olson / AFP

Le procès discret qui fait trembler l'industrie des armes

Dans le New Jersey, un procès «de routine» pourrait tourner au grand déballage pour Smith & Wesson, et chambouler tout le secteur.

Un tribunal local du New Jersey va bientôt se pencher sur une affaire encore peu médiatisée, mais qui pourrait se transformer en coup de tonnerre pour un important producteur d'armes à feu. Smith & Wesson, est attaqué en justice pour publicité illégale.

Dans la réclame visée, une femme place un pistolet dans son sac puis entre dans sa voiture, va à son travail, dans un restaurant, puis à sa salle de sport.

Seul problème, la publicité ne précise jamais que tout cela est absolument illégal sans permis de «concealed carry» ou «port caché». Cette licence, qui autorise à porter sur soi une arme dissimulée, est quasi impossible à obtenir pour un civil du New Jersey.

L'État attaque donc l'entreprise car il juge cette publicité fallacieuse. Un procès de routine, donc, d'après l'avocat général. Pourtant, comme le souligne le New York Times, cette procédure est tout sauf anodine.

La puissante industrie des armes est protégée par une loi fédérale spéciale qui l'empêche d'être rendue responsable du mal causé par ses produits. De ce fait, il est très difficile pour la justice d'enquêter sur le fonctionnement interne des entreprises dont les armes sont impliquées dans une tuerie.

Cheval de Troie

Mais aucune industrie n'est protégée contre les procédures liées à ses pratiques marketing. C'est pourquoi le gouverneur du New Jersey Phil Murphy et son avocat général Gurbir Grewal ont eu cette idée: un procès qui servira de cheval de Troie, afin d'assigner Smith & Wesson à fournir des documents internes.

Courrier, notes, mémos, e-mails: il y a fort à parier que les cadres de S&W n'aient pas envie que leurs échanges internes sur les effets de leurs armes ainsi que la manière dont ils en font la promotion soient accessibles aux médias et au public.

La NRA, le puissant lobby des armes ainsi que Remington, l'entreprise ayant fabriqué le fusil d'assaut utilisé lors de la tuerie dans l'école primaire de Sandy Hook, sont récemment allées jusqu'à déposer le bilan afin de se protéger contre des procès susceptibles d'exposer leur fonctionnement interne.

Le rêve des militants anti-armes est que ces documents aient le même effet que contre l'industrie du tabac dans les années 1990. Aux États-Unis, une série de procès avait à l'époque révélé des courriers et mémos internes prouvant que les producteurs de cigarettes savaient depuis longtemps à quel point leur produit était addictif et dangereux.

Ces révélations avaient engendrées nombre de procès et d'actions collectives, qui ont coûté très cher à l'industrie du tabac. Peut-être l'histoire est-elle en train de se répéter.

En ce moment

Exigeant un tank plus réaliste, un joueur de «War Thunder» partage des documents secret défense

Tech

Exigeant un tank plus réaliste, un joueur de «War Thunder» partage des documents secret défense

La boulette (de canon).

Une mini Ferrari 250 Testa Rossa pour enfants très, très riches

Tech

Une mini Ferrari 250 Testa Rossa pour enfants très, très riches

Avez-vous gardé l'adresse du Père Noël?

Un F-35 «Éclair» qui craint l'éclair, l'ultra fast fashion de Shein, trop de solaire tue le solaire, une journée sur korii.

Et Cætera

Un F-35 «Éclair» qui craint l'éclair, l'ultra fast fashion de Shein, trop de solaire tue le solaire, une journée sur korii.

Quatre article pour comprendre votre monde autrement.