En France, les stations de moyenne montagne perdent cinq jours de neige tout les dix ans. | Tiziano Bortolotti via Unsplash
En France, les stations de moyenne montagne perdent cinq jours de neige tout les dix ans. | Tiziano Bortolotti via Unsplash

La production de neige coûte de plus en plus cher aux stations de ski

Et le changement climatique ne va rien arranger.

Si il y a une économie qui souffre du changement climatique, c'est bien celle des stations de ski. Alors qu'il y a quelques années les chutes de neiges naturelles assuraient des pistes idéales pour la glisse, les modifications du climat impliquent une diminution croissante de ces précipitations.

Météo France estime que, en moyenne montagne en France, on compte cinq jours d'enneigement de moins tous les dix ans, et plus de dix jours pour les hauteurs de neige supérieures à un mètre. Un phénomène causé par «la hausse des températures à l'origine d'une modification de la phase des précipitations qui tombent plus sous forme de pluie que sous forme de neige», d'après Béatrice Vincendon, du Centre national de recherches météorologiques. La haute montagne est quant à elle plutôt épargnée.

Pour continuer leurs activités, les stations s'appuient donc sur des machines qui produisent artificiellement de la neige. Moins de neige signifie plus de machines. Si bien que celles-ci commencent à représenter un coût croissant pour les stations dédiées à la glisse.

Les personnes qui travaillent pour la station de ski de Zermatt dans les Alpes suisses, affirment par exemple à Wired que, depuis 2002, ses responsables ont investi plus de 119 millions d'euros dans des machines à neige. Les communicant·es de la station estiment que cela représente environ un quart de l'intégralité des dépenses de la station sur la période.

Pas de solution miracle

Mais les canons à neige classiques ne constituent pas non plus une solution miracle. Ce type de machines projette des molécules d'eau à très basse température dans l'air afin qu'elles retombent sous forme de neige.

Si les canons peuvent simuler une précipitation, ils nécessitent tout de même que la température soit suffisamment basse. Ces machines ne pourront pas suivre indéfiniment la cadence du réchauffement dû au changement climatique, surtout dans les stations situées aux altitudes les plus basses.

Comme on peut l'imaginer, des canons qui crachent quasiment 2.000 tonnes de neige par jour consomment beaucoup d'énergie. Pas vraiment idéal quand on se soucie de l'environnement. Les solutions qui se présentent n'amélioreront probablement pas la situation.

Trygve Eikevik, un chercheur norvégien, travaille à un prototype fondé sur l'emploi d'eau réfrigérée, qui pourrait fonctionner dans un climat plus chaud que les canons actuels. Seulement, sa machine consommerait par la même occasion «cinquante à cent fois plus d'énergie qu'un canon classique», même s'il promet de récupérer la chaleure dégagée pour chauffer les bâtiments alentours.

En ce moment

Souhaiter la mort de Tesla, des batteries en diamant, l'espionnage chinois, une journée sur korii.

Et Cætera

Souhaiter la mort de Tesla, des batteries en diamant, l'espionnage chinois, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'hui.

Promis, juré, la Chine ne volera plus les secrets industriels occidentaux

Tech

Promis, juré, la Chine ne volera plus les secrets industriels occidentaux

Mais la mise en œuvre de cette promesse s'annonce délicate et incertaine.

Des batteries en diamant créées à partir de déchets nucléaires recyclés

Tech

Des batteries en diamant créées à partir de déchets nucléaires recyclés

À la clé de cette promesse, zéro émission de CO2 et une énergie propre pendant plusieurs milliers d'années.