Boris Johnson devant le 10 Downing Street, le 6 novembre 2019. | Tolga Akmen / AFP

Boris Johnson devant le 10 Downing Street, le 6 novembre 2019. | Tolga Akmen / AFP

Au Royaume-Uni, le temps de la grande dérégulation est arrivée

Le pays peut désormais se défaire de certaines des règles qui ne lui plaisent pas.

C'était l'une des principales critiques formulées par les Brexiters: l'Union européenne imposerait aux nations qui la composent des règles trop nombreuses, parfois absurdes, qui nuiraient au fonctionnement libre du marché et aux entreprises britanniques.

Boris Johnson lui-même s'était fait une spécialité de taper sur les règles imposées par Bruxelles, parfois à grand renfort de déformation de la réalité. L'un des exemples les plus célèbres reste la courbure spécifique qu'imposerait l'UE aux bananes vendues sur le marché unique –un mensonge.

Maintenant que le pays a les mains libres, le gouvernement a tout loisir de supprimer les règles qui lui déplaisent. Selon Bloomberg, Boris Johnson n'a pas perdu de temps: quelques jours seulement après l'accord trouvé avec le bloc, il a convié le 6 janvier 2021 quelque 250 patron·nes à une conférence téléphonique consacrée à la dérégulation.

La réunion avait pour but de donner l'occasion à toutes les industries de faire connaître au gouvernement les normes qu'elles souhaitaient voir éliminées. D'après un participant, le Premier ministre y a affirmé que «la peinture de la fresque n'a pas encore séché» et qu'il était donc encore temps pour les entreprises d'ajouter quelques petites touches.

Patronat nerveux

Ces informations semblent confirmer les craintes de l'UE. La réunion suggère que le pays ne compte pas s'aligner avec les régulations européennes et qu'il essayera au contraire de se poser en concurrent direct du bloc, par rapport auquel il cherchera à gagner en compétitivité sur le marché global.

La secrétaire d'État au Commerce international, Elizabeth Truss, présente à la réunion, a affirmé que sa prochaine grande priorité était de conclure un accord commercial avec les États-Unis. Elle a aussi annoncé sa volonté de renforcer les liens avec le Partenariat transpacifique global et progressiste, qui lie plusieurs pays dont le Canada, l'Australie et le Japon par un accord de libre-échange.

Le message que fait passer le gouvernement britannique sur ces grandes dérégulations à venir doit néanmoins être tempéré: Boris Johnson a tout intérêt à flatter et ménager les entreprises, nombreuses à s'inquiéter des conséquences immédiates du Brexit comme du reconfinement récemment imposé.

Le Premier ministre a donc profité de la réunion pour faire montre d'optimisme, affirmant que le 15 février serait une date-clé à laquelle la majorité des citoyens vulnérables auront été vaccinés. Les restrictions pourront commencer à être levées, et le Royaume-Uni pourra plonger dans le grand bain de la concurrence mondiale.

En ce moment

Les cryptomonnaies ont déjà une armée de lobbyistes à Washington

Biz

Les cryptomonnaies ont déjà une armée de lobbyistes à Washington

L'industrie veut donner une image innovante mais rassurante, loin de la réputation disruptive de ses partisans.

Le Pentagone veut tirer une fusée nucléaire en orbite

Tech

Le Pentagone veut tirer une fusée nucléaire en orbite

La propulsion nucléaire thermique doit permettre de mieux manœuvrer les lanceurs de satellites.

Les films Netflix peuvent-ils concurrencer Disney et Warner?

Biz

Les films Netflix peuvent-ils concurrencer Disney et Warner?

Avec la fermeture des salles, la VOD est devenue partie intégrante de la stratégie de diffusion des blockbusters.