Des troupes ukrainiennes en manœuvre autour de Tchernobyl, quelques jours seulement avant l'invasion russe. | Sergei Supinsky / AFP
Des troupes ukrainiennes en manœuvre autour de Tchernobyl, quelques jours seulement avant l'invasion russe. | Sergei Supinsky / AFP

Les soldats russes quittent Tchernobyl gravement empoisonnés par les radiations

Creuser des tranchées dans la «Forêt rouge» n'était pas la meilleure des idées.

Le 31 mars, après plus d'un mois d'une occupation doublée d'une terrible prise en otage du personnel sur place, l'Ukraine annonçait qu'une partie des forces russes présentes dans les environs de la tristement célèbre ex-centrale atomique Tchernobyl avait quitté les lieux.

Après avoir annoncé sur Telegram le départ de deux colonnes ennemies, Energatom, opérateur nucléaire ukrainien, montrait même que les militaires russes leur avaient officiellement transféré le contrôle de ce qu'il reste de l'usine, un peu plus malmenée encore par un assaut mené sans précaution.

La manœuvre de retrait traduit-elle, en actes, les promesses de Moscou de retrait du nord du pays, notamment de la région de Kiev, avec pour objectif de détendre quelque peu les discussions diplomatiques à Istanbul entre l'agresseur et l'occupé –ou pour se concentrer plus à l'est, sur le Donbass?

Peut-être pas. Les troupes russes auraient également été poussées à quitter précipitamment les lieux parce que certains de leurs soldats souffriraient des premiers symptômes d'une irradiation aiguë, selon Energatom.

«Il faut également noter que l'information à propos de fortifications et de tranchées creusées par les racistes [sic] directement dans la Forêt rousse, la partie la plus polluée de l'ensemble de la zone d'exclusion, a été confirmée», écrit Energatom dans son communiqué, sans fard ni retenue, tel que traduit par Motherboard.

«Il n'est donc pas étonnant que les occupants aient reçu une dose significative de radiations et qu'ils aient paniqué dès les premiers signes de maladie, poursuit le texte. Et cela s'est manifesté très rapidement. Cela a eu pour résultat un début d'émeute au sein des militaires, et ils ont commencé à partir à ce moment-là.»

Creuser sa propre tombe

Selon le Guardian, comme selon Faustine Vincent du Monde, une partie des militaires malades aurait été transportée en bus au Republican Scientific and Practical Center for Radiation Medicine and Human Ecology, un centre spécialisé dans les irradiation et situé à Homiel, dans le Bélarus voisin. L'information aurait été confirmée par des médias locaux indépendants.

Creuser des tranchées dans la Forêt rousse, également appelée Forêt rouge, n'était sans doute pas la plus brillante des idées. Les manœuvres effectuées en char dans la poussière encore radioactive de la zone d'exclusion auraient également joué un rôle dans ces irradiations sévères.

Organisateur de visites dans la zone, un autre fin connaisseur des règles qu'elle impose, Yaroslav Yemelianenko, n'a pas été plus tendre envers ces manquements à peine croyables aux plus élémentaires des règles de sécurité à respecter dans un tel endroit.

«Un autre groupe de terroristes irradiés, qui ont occupé la zone de Tchernobyl, a été transporté au Radiation Medicine Center de Homiel aujourd'hui. Vous avez creusé des tranchées dans la Forêt rousse, conn*rds? Vous allez devoir vivre avec ça pour le reste de votre courte vie», a-t-il ainsi écrit.

En ce moment

🔫 De l'importance des gros canons 💣 Le coup d'État contre Poutine 🐦 Elon Musk qui plombe Twitter: l'hebdo de korii.

Et Cætera

🔫 De l'importance des gros canons 💣 Le coup d'État contre Poutine 🐦 Elon Musk qui plombe Twitter: l'hebdo de korii.

Dix (courts) articles pour voir le monde d'un autre œil et chasser l'ennui de votre dimanche.

🔥 Et si l'Ukraine envahissait la Russie? ⚡ Les douteux lasers russes anti-drones 🏃 La course à l'exaflop, hier sur korii.

Et Cætera

🔥 Et si l'Ukraine envahissait la Russie? ⚡ Les douteux lasers russes anti-drones 🏃 La course à l'exaflop, hier sur korii.

Quatre articles pour comprendre le monde autrement.

Supercalculateurs: les États-Unis courent derrière une Chine triomphante

Tech

Supercalculateurs: les États-Unis courent derrière une Chine triomphante

Géopolitique et concours de bits.