Il existe des clés pour éviter que vos données personnelles ne tombent entre de mauvaises mains. | PDPics via Pixabay
Il existe des clés pour éviter que vos données personnelles ne tombent entre de mauvaises mains. | PDPics via Pixabay

Quatre conseils pour échapper à la surveillance des GAFAM

Changez d'outils pour protéger votre vie privée sur internet: vous verrez, c'est très simple.

Ce n'est désormais plus un secret pour personne: nous sommes à chaque seconde, à chaque clic, à chaque message, à chaque recherche, l'objet de la surveillance des géants du net –généralement à des fins publicitaires, ce qui n'est déjà pas tout à fait neutre, mais aussi pour servir des objectifs plus sombres.

L'excellent site TechTrash parle d'«acrasie» à propos de la contradiction qui nous anime: la mainmise de Facebook, Google, Amazon & co. sur nos données personnelles va à l'encontre des valeurs de beaucoup d'entre nous, mais nous n'arrivons paradoxalement pas à faire ce qu'il faut pour nous y opposer.

Il n'est pourtant pas si compliqué de faire quelques petits pas vers la liberté. Sur le site Fast Company, le journaliste Michael Grothaus propose quatre alternatives qui, si elles ne feront pas totalement échapper vos données personnelles aux griffes des firmes qui en font leurs milliards, contribueront tout de même à les protéger.

1. Le navigateur

Première étape: changez de navigateur, en particulier si vous utilisez Chrome, propriété de Google, grand prédateur de données personnelles s'il en est.

Grothaus conseille Brave. Bâti autour de la vie privée des internautes, il fonctionne exactement de la même manière que Chrome et est compatible avec toutes ses précieuses extensions.

2. La messagerie

Vous utilisez sans doute Messenger ou WhatsApp. Les deux services appartiennent à Facebook, impliqué dans d'innombrables scandales liés aux données personnelles.

Avec (WhatsApp) ou sans (Messenger) cryptage des échanges, et sans même parler d'une éventuelle lecture de vos communications pour du ciblage publicitaire, ces plateformes sont une source infinie de renseignements sur vous, vos contacts et vos relations.

Facebook a récemment clamé que le futur était dans la vie privée. En attendant de pouvoir juger sur pièces, il existe une solution: téléchargez Signal, dont l'encryption est totale et qui est techniquement incapable de savoir qui écrit à qui.

3. Le moteur de recherche

Abandonnez le moteur de recherche Google, optez plutôt pour DuckDuckGo ou Qwant, si vous désirez soutenir une initiative européenne.

Ces alternatives ont tellement progressé en matière de pertinence des résultats qu'il est probable que vous ne sentiez aucune différence avec Google. Et contrairement à ce dernier, DuckDuckGo ou Qwant n'aspirent pas toutes les données liées à vos recherches et aux liens sur lesquels vous cliquez.

4. Le DNS

Le DNS que vous offre par défaut votre fournisseur d'accès à internet peut potentiellement être utilisé pour surveiller les contenus auxquels vous accédez.

Il existe certes la solution VPN, mais elle n'est pas toujours des plus pratiques, peut ralentir la connexion et n'est généralement pas gratuite.

Michael Grothaus suggère de choisir le DNS de Cloudflare, 1.1.1.1, pour compliquer sérieusement la tâche de quiconque souhaiterait vous surveiller par ce biais.

En ce moment

Des squelettes à vendre sur Insta, une app pour la PMA, des milliards en data, l'éthique des cyborgs, c'était aujourd'hui sur korii.

Et Cætera

Des squelettes à vendre sur Insta, une app pour la PMA, des milliards en data, l'éthique des cyborgs, c'était aujourd'hui sur korii.

(Et plein d'autres choses aussii.)

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Et Cætera

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Avant de fusionner avec les machines il importe de bien (re)définir ce qui relève de l'être humain.

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Et Cætera

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Cantonné à eBay jusqu'à son interdiction, l'achat-vente de squelettes décorés se réfugie dans le flou juridique du réseau social.