L'entreprise américaine est ciblée par plusieurs accusations. | Blomst via Pixabay

L'entreprise américaine est ciblée par plusieurs accusations. | Blomst via Pixabay

Être lanceur d'alerte chez Tesla coûte 148 millions d'euros

Un employé prêt à révéler les mauvaises conditions de travail au sein de l'entreprise a déclenché la colère d'Elon Musk.

Le 4 juin 2018, Business Insider publiait un article contenant des documents internes à Tesla rapportant que le fabricant de voitures électriques générait d'importantes quantités de pertes à sa Gigafactory 1, l'usine de production des batteries. Une source confidentielle avançait que le gaspillage de matériaux coûtait à l'usine 150 millions de dollars (environ 132,7 millions d'euros). Cette fuite aurait irrité Elon Musk, le très médiatique PDG de la société, qui aurait alors déployé les grands moyens pour identifier la personne coupable.

Bad Tripp

Des enquêteurs internes auraient été mandatés pour remonter sa trace. Sean Gouthro, chef de la sécurité lors de cet épisode, n'a eu qu'à consulter les accès à la base de données de la chaîne de production pour découvrir l'identité de Martin Tripp, un employé de 40 ans. Entretemps, ce dernier avait décidé de révéler à une journaliste de Business Insider les méthodes de travail dangereuses pour le personnel.

Le 14 juin 2018, la direction de l'usine a invité Tripp pour une discussion sur ses agissements. «Ceci est pour moi un problème majeur de sécurité publique», a-t-il expliqué en décrivant les batteries percées qu'il avait pu observer. Après deux heures et demi d'entretien, au moment d'aborder l'enquête de Business Insider, Tripp a avoué être la source. Il a été renvoyé le 19 juin.

Le lendemain, Tesla a attaqué Tripp en justice, en lui réclamant 167 millions de dollars (environ 148 millions d'euros). Le même jour, le bureau du shérif du comté où est située la Gigafactory 1 a reçu un appel anonyme signalant que Tripp prévoyait une tuerie de masse à l'usine –les forces de l'ordre ont retrouvé l'homme non armé et en pleurs, qui expliquait être terrorisé par le milliardaire.

Dérapages en série

Elon Musk s'est adressé directement à Business Insider sur Twitter en sous-entendant qu'une journaliste serait à la solde de ses concurrents. Un ajout à la longue liste de dérapages twitteresques du PDG, qui lui vaut aujourd'hui d'être babysitté pour chacun de ses tweets.

Après son renvoi fin 2018, Gouthro a déposé un signalement à la SEC, l'organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers, pour dénoncer les conditions de l'enquête interne de Tesla. Il affirme que les enquêteurs ont piraté le téléphone de Tripp pour surveiller ses communications, l'ont fait suivre et ont volontairement induit la police en erreur. Contrairement aux déclarations de Tesla et de Musk, Gouthro soutient que Tripp n'a jamais eu l'intention de saboter l'entreprise. «Ils avaient la capacité de faire des choses dont je ne connaissais même pas l'existence, explique-t-il. C'était effrayant.»

Depuis son renvoi, Tripp a engagé un avocat spécialiste de ce genre d'affaire. Son cas a eu beaucoup d'écho et a permis à d'autres personnes d'apporter de nouvelles accusations sur ce qui se déroule à l'intérieur de la Gigafactory 1.

En ce moment

Deux femmes devraient décrocher la Lune grâce à la NASA

Et Cætera

Deux femmes devraient décrocher la Lune grâce à la NASA

Mais un trou noir semble les avoir aspirées dans le néant de l'histoire de la conquête spatiale.

Comment faire disparaître 30 milliards de dollars en huit mois? Faites comme WeWork

Biz

Comment faire disparaître 30 milliards de dollars en huit mois? Faites comme WeWork

Face à la dégradation de sa valorisation, la start-up spécialisée dans le coworking a dû repousser son introduction en Bourse.

Les protest-hackers à Hong Kong, un joypad inclusif, des données sensibles en libre accès, aujourd'hui sur korii.

Et Cætera

Les protest-hackers à Hong Kong, un joypad inclusif, des données sensibles en libre accès, aujourd'hui sur korii.

(Et plein d'autres choses aussii.)