Inclusive, bienveillante et ouverte, TikTok est parfaite pour les sorcières, apprenties ou confirmées. | Mallory Johndrow via Unsplash
Inclusive, bienveillante et ouverte, TikTok est parfaite pour les sorcières, apprenties ou confirmées. | Mallory Johndrow via Unsplash

TikTok, le réseau préféré des sorcières

La plateforme est de plus en plus prisée des adeptes de la magie.

Adieu sabbats –qui n'ont a priori jamais existé– bonjour magie sur TikTok. La figure de la sorcière réalise un retour en force depuis quelques années, notamment dans sa réappropriation féministe. Mais ce n'est pas qu'un symbole: la pratique de la sorcellerie rencontre un succès croissant et le nombre de personnes s'identifiant comme sorcières est en augmentation.

Début 2018, des milliers de sorcières se sont réunies à Washington pour tenter de jeter un sort à Donald Trump (ce qui n'a pas fonctionné). Elles ont par la suite dénoncé l'utilisation de la formulation «chasse aux sorcières», par le président pour qualifier l'enquête du procureur Mueller.

Selon Chelsea Selby, sorcière et fondatrice de la marque Witch Baby Soap, le développement de la sorcellerie serait notamment dû à son inclusivité, son accessibilité et son ouverture à l'interprétation. «On peut prier une, plusieurs ou aucune divinité. C'est une pratique entièrement personnalisable», détaille-t-elle.

Une plateforme ensorcelante

Un autre endroit où les sorcières sont de plus en plus présentes, c'est TikTok. Le hashtag #witch y cumule 585 millions de vues; #witchesoftiktok, 84 millions; #babywitch, pour celles qui débutent, 45 millions. En cliquant dessus, on trouve des tutoriels pour réaliser des sorts ou des vidéos «éducatives» sur les cristaux, les bougies, les plantes et l'étude de la magie.

Selon Natacha Slee, de FREEDA, le format de TikTok –de courtes vidéos qui peuvent être couplées à une autre vidéo en réponse– favorise l'humour et la créativité, plutôt que la quête de perfection et la compétition. Pour Chelsea Selby, «TikTok, ce sont des astuces et des choses que tout le monde peut faire. Ça humanise les sorcières.»

La bienveillance des usagèr·es, différence importante avec d'autres réseaux sociaux, est également appréciée. «La communauté est très ouverte aux croyances des autres et jusqu'à présent, j'ai eu une expérience très positive», se félicite Juliet Diaz, autrice de Witchery: embrace the witch within.

Enfin, l'algorithme de TikTok est moins «cadenassé» que celui d'Instagram par exemple. Notamment grâce à la For You Page (#fyp), la page d'accueil de l'application. Elle propose des contenus personnalisés pour l'usagèr·e, mais lui fait aussi découvrir des contenus extérieurs à sa bulle de filtre. Ce qui permet aux sorcières de toucher des personnes originellement peu portées sur les balais, les chaudrons ou les chapeaux pointus.

En ce moment

Bedford, un réseau social pour deux

Et Cætera

Bedford, un réseau social pour deux

Lancée par Joshua Kushner, l'application fait le pari d'un espace intimiste, utilisable par deux personnes seulement.

Le Brexit coûte presque aussi cher que 47 ans de contribution au budget de l'UE

Biz

Le Brexit coûte presque aussi cher que 47 ans de contribution au budget de l'UE

Une indépendance relative et chèrement acquise.

La big data donne du grain à moudre au café

Biz

La big data donne du grain à moudre au café

La start-up Cropster a lancé un outil visant à sortir les producteurs de café de la pauvreté –avec, à terme, de plus vastes ambitions.