Il faudrait stopper de 90% les exports de détritus en plastique vers des pays pollueurs. | Bay Ismoyo / AFP.

Il faudrait stopper de 90% les exports de détritus en plastique vers des pays pollueurs. | Bay Ismoyo / AFP.

1,3 milliard de tonnes de plastique pourraient être rejetées en 20 ans

Les scientifiques estiment que ce scénario catastrophe peut être tempéré si, et seulement si, nous mettons en place toutes les mesures possibles.

Si rien n'est fait, les déchets plastiques qui jonchent la Terre et ses océans pourraient augmenter de 1,3 milliard de tonnes d'ici 2040. C'est la conclusion d'une étude de l'université de Leeds, publiée dans Science.

Prévoir l'évolution du plastique n'est pas chose aisée. Car cette matière «est partout, et la manière dont [le plastique] est utilisé et jeté est différente dans chaque partie du monde», explique le Dr Costas Velis, membre de l'équipe de recherche.

Pour anticiper sa progression sur 20 ans, les scientifiques ont analysé la production, l'usage et la manière dont on s'en débarrasse dans le monde entier. Puis ils ont bâti un modèle qui permet de prévoir ses évolutions sur les années à venir. Ce prototype est à ce jour l'un des plus complets.

Évitable à 80%

La bonne nouvelle est que les scientifiques ont utilisé un scénario qu'ils qualifient de «business as usual». C'est-à-dire qui prévoit l'éventualité selon laquelle aucun effort supplémentaire ne serait fait quant au traitement des déchets plastiques.

Ils ont ainsi pu étudier quelles actions auraient un impact significatif sur la réduction des déchets. D'après eux, si nous mettons en place toutes les mesures possibles, une réduction de 80% par rapport au scénario «business as usual» est réalisable. Mais les efforts devront être colossaux.

Pour cela, il faudra réduire la production plastique d'un tiers, augmenter l'utilisation de matériaux alternatifs ainsi que la collecte des déchets, mais aussi augmenter la capacité de recyclage de 86 millions de tonnes par an ainsi que stopper les exports de détritus en plastique vers des pays pollueurs de 90%.

Cela demandera aussi une modification stratégique complète de l'industrie de l'énergie, qui tourne de plus en plus son pétrole vers la production de plastique afin de trouver des relais de croissance en cette période de démocratisation d'énergies plus voulues plus propres.

Cette étude arrive comme une piqûre de rappel, alors que l'épidémie de Covid-19 a permis au plastique, en particulier à usage unique, de faire son grand retour. Retour qui a empli de bonheur l'industrie et d'inquiétude les écologistes.

En ce moment

Le concours mortel de Pepsi, un Tchernobyl volant, une apocalypse boursière, l'hebdo de korii.

Et Cætera

Le concours mortel de Pepsi, un Tchernobyl volant, une apocalypse boursière, l'hebdo de korii.

Les dix articles de la semaine, pour chasser l'ennui de votre dimanche.

Le confinement a fait de deux octogénaires de Taïwan des stars d'Instagram

Et Cætera

Le confinement a fait de deux octogénaires de Taïwan des stars d'Instagram

En un mois, le couple a atteint les 600.000 followers.

Et si vous preniez l'avion pour aller nulle part?

Biz

Et si vous preniez l'avion pour aller nulle part?

Aéroports et compagnies rivalisent dans le non-sens pour compenser l'effondrement du marché aérien.