Quelle drôle d'idée. | Capture d'écran THE RIG via YouTube
Quelle drôle d'idée. | Capture d'écran THE RIG via YouTube

L'Arabie saoudite veut construire un immense parc d'attraction offshore sur une plateforme pétrolière

C'est le dernier projet extravagant du royaume pour attirer les touristes.

C'est la dernière lubie de MBS, alias Mohammed ben Salmane. Après une ville écologique en forme de ruban de 170 kilomètres de long, un gigantesque complexe culturel construit dans une oasis ou le projet de mégalopole futuriste Neom, le prince héritier d'Arabie saoudite projette désormais de construire un parc à thème flottant de 1.400 hectares inspiré d'une plateforme pétrolière.

Le complexe, baptisé «The Rig» (plateforme pétrolière), a été présenté le 16 octobre dernier par le PIF, le Fond public d'investissement saoudien. Situé dans le golfe persique, ce projet comprendra notamment des montagnes russes, des toboggans aquatiques, une grande roue et différents manèges à sensation.

Il sera également possible d'y pratiquer du parapente, de la tyrolienne , du jet-ski ou du karting. Les images du projet publiées par le Daily Mail montrent aussi des télécabines reliant les différentes plateformes, une salle de concert, trois hôtels et onze restaurants, dont un sous-marin. L'accès se fera par bateau et par hélicoptère. Aucune date d'ouverture ni aucun chiffre concernant le financement n'ont encore été avancés.

«Ce projet est une attraction unique qui devrait attirer les touristes du monde entier, se félicite le PIF dans un communiqué. Le secteur du tourisme et du divertissement est l'un des piliers stratégiques du PIF pour apporter une valeur ajoutée à l'économie locale.»

D'ici la fin de la décennie, l'Arabie saoudite ambitionne d'accueillir 100 millions de touristes. Le royaume veut concurrencer Dubaï, Oman ou Abou Dabi, qui disposent d'un offre attrayante: pistes de ski indoor, îles artificielles ou musée du Louvre bis.

Les lois de l'attraction

Le tourisme en Arabie saoudite repose actuellement sur le pèlerinage de la Mecque, qui attire chaque année 2,5 millions de musulmans. Pour attirer les visiteurs, le pays a récemment annoncé la création d'une seconde compagnie aérienne nationale et la construction d'un nouvel aéroport pour desservir la capitale, Ryad.

«The Rig» fera aussi face à la concurrence du parc à thème Six Flags, qui devrait ouvrir en 2023 à Qiddiya, une nouvelle ville en construction à 45 kilomètres de Ryad. Ce parc de 32 hectares proposera vingt-huit attractions dont le «Falcon's Flight», une montagne russe inspirée de l'emblématique rapace du royaume, qui sera le plus long (4 kilomètres), le plus haut (160 mètres) et le plus rapide au monde (250 kilomètres/heure).

La «Sirocco Tower» battra quant à elle le record de la plus haute tour dédiée à la chute libre. Les curieux pourront également se promener dans une forêt tropicale en plein désert ou profiter d'un jardin majestueux et de vols en montgolfières.

Reste à voir si ces projets verront effectivement le jour. Le Six Flags Dubaï a été annulé en raison du manque de perpectives satisfaisantes en matière de visiteurs et de résultats financiers. Les travaux avaient pourtant commencé, rappelle le site spécialisé Star Parc.

La construction de la ville de Neom, censée être «aussi vaste que la Bretagne» est pratiquement à l'arrêt. Seuls quelques immeubles et héliports achevés au milieu du désert. Six villes futuristes du même acabit avaient été envisagées dans les années 2000. Une seule de ces cités a vu le jour.

En ce moment

Le patron de l'Agence spatiale européenne entre en guerre contre Elon Musk

Tech

Le patron de l'Agence spatiale européenne entre en guerre contre Elon Musk

L'Europe ne doit pas laisser le milliardaire faire de l'espace son Far West personnel.

L'engouement pour la fusion nucléaire va-t-il enfin payer?

Tech

L'engouement pour la fusion nucléaire va-t-il enfin payer?

Les capitaux affluent, mais la promesse pourrait être un peu trop belle.

Rafale: comment l'avion «invendable» engrange désormais les succès

Tech

Rafale: comment l'avion «invendable» engrange désormais les succès

Le fleuron de l'armée française a longtemps enchaîné les déboires à l'export.