Un troupeau de trottinettes, retrouvées par des plongeurs noyées au fond de la Méditerranée, près de Marseille. | Gérard Julien / AFP
Un troupeau de trottinettes, retrouvées par des plongeurs noyées au fond de la Méditerranée, près de Marseille. | Gérard Julien / AFP

Les trottinettes électriques polluent autant que les voitures

Nous sommes encore loin de la panacée écologique et urbaine promise.

Qu'elles soient vandalisées ou piratées, balancées comme de vulgaires caddies dans les canaux et rivières, qu'elles servent à des Jackass en herbe à assouvir leur besoins de sensations fortes ou d'expériences sur l'inflammabilité de l'aluminium, les trottinettes électriques en libre-service ont la vie dure.

La vie dure et l'existence courte: la longévité de ces frêles destriers électriques, en théorie de deux ans environ, est plus prosaïquement d'un mois dans le monde réel. Ce qui n'est pas sans poser de sérieux problèmes quant au business model de leurs opérateurs –Bird a par exemple perdu gros et inquiété les fonds d'investissement lors du premier trimestre 2019.

Plutôt gris que vert

Reste que ces engins, dont certaines villes commencent à peine à encadrer l'usage, se sont imposés comme les symboles les plus saillants d'une micro-mobilité urbaine vendue comme verte et éco-responsable.

«Mues par l'électricité, les trotinnettes Bird aident à réduire la pollution et à améliorer la qualité de l'air», est-il ainsi expliqué sur le site officiel de l'entreprise. Lime, quant à elle, promet aux individus «de se déplacer dans leur ville de manière économique et pratique, tout en éliminant leur empreinte carbone

Belle promesse. Mais les trottinettes électriques éliminent-elles réellement les émissions de dioxyde de carbone de leurs passagers? À en croire une étude publiée par trois scientifiques de l'université d'État de Caroline du Nord, nous en sommes loin.

Beaucoup plus loin même que nous pourrions l'imaginer spontanément: selon leurs calculs, le coût environnemental d'un trajet en trottinette serait de 125 grammes de dioxyde de carbone par kilomètre parcouru.

Si l'on omet le coût environnemental de leur construction, c'est la moitié environ de ce qu'émet en moyenne une automobile américaine (260 grammes par kilomètre); c'est surtout, en France, plus que ce qu'émettait en moyenne un véhicule neuf en 2018 (112 grammes par kilomètre).

Jeremiah Johnson, l'une des personnes ayant travaillé sur cette étude (mais n'ayant a priori rien à voir avec le mythique Jeremiah Johnson de Sydney Pollack) a détaillé la méthodologie de l'équipe de recherche dans un article publié sur Fast Company.

«Il est important de prendre en compte tous les facteurs environnementaux pertinents, notamment les matériaux et l'énergie nécessaires à la fabrication des trottinettes, l'impact de leur récupération quotidienne pour les recharger puis les répartir à nouveau et l'électricité qui sert à charger leurs batteries», écrit-il.

Coûts cachés

L'équipe a notamment désossé des trottinettes de la marque Xiaomi pour en étudier les entrailles métalliques et chimiques, puis calculer l'empreinte environnementale de leur extraction et de leur mise en forme: en ce qui concerne les émissions de gaz à effet de serre, cela représente déjà plus de la moitié du coût kilométrique estimé.

Autre observation faite par les trois Américains: la sous-traitance et la non-optimisation des opérations de récupération et de recharge des engins, par des «juicers» ou «chargers» aux conditions de travail parfois déplorables, est également une source importante de pollution.

L'équipe estime ainsi que les kilomètres parcourus par ces petites mains, dans des véhicules souvent personnels et pas forcément verts, parfois en vain ou de manière désorganisée, représentent 40% des 125 grammes de dioxyde de carbone par kilomètre parcouru calculés pour ces deux-roues électriques.

L'étude observe enfin, et c'est peut-être le problème principal, que les trajets en trottinettes ne remplacent leurs équivalents automobiles que dans 30% des cas. En clair: en grimpant sur leur engin électrique, les personnes qui les utilisent se détournent souvent de la marche, du vélo ou des transports en commun, dont l'empreinte carbone est pourtant moindre.

Tout n'est pas sombre pour autant. Selon Johnson, un important travail sur la durabilité des machines, déjà entrepris par Bird, ainsi que sur les modalités de leur circuit de recharge et de distribution pourrait reverdir quelque peu ces petits véhicules très contestés.

En ce moment

La plus grosse arnaque de la Silicon Valley, la gentrification vue de Google Maps, le hacking des DAB, une semaine sur korii.

Et Cætera

La plus grosse arnaque de la Silicon Valley, la gentrification vue de Google Maps, le hacking des DAB, une semaine sur korii.

Retour sur une riche semaine.

Des trottinettes télécommandées, Alicem en question, l'espionnage low cost, à lire sur korii.

Et Cætera

Des trottinettes télécommandées, Alicem en question, l'espionnage low cost, à lire sur korii.

Le récap' du jour.

Les personnes en surpoids plus susceptibles d'être censurées par Instagram

Et Cætera

Les personnes en surpoids plus susceptibles d'être censurées par Instagram

L'algorithme de la plateforme signalerait davantage leurs photos dénudées que celles des personnes minces.