Un policier près de la mosquée Masjid al Noor à Christchurch, peu après la tuerie du 15 mars. | Tessa BURROWS / AFP

Un policier près de la mosquée Masjid al Noor à Christchurch, peu après la tuerie du 15 mars. | Tessa BURROWS / AFP

La tuerie de Christchurch était conçue pour les réseaux sociaux

Postée sur plusieurs réseaux sociaux, une vidéo du terroriste et un manifeste raciste se sont propagés sur la toile.

Ce vendredi 15 mars, une tuerie de masse est survenue dans deux mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande. À l'heure où ces lignes sont écrites, quarante-neuf personnes sont mortes et près de cinquante personnes sont grièvement blessées. La première ministre Jacinda Arden a décrit cette attaque comme étant «bien planifiée».

Pensée pour les réseaux sociaux

Cette attaque terroriste, comme l'a décrite le gouvernement néo-zélandais, était scénarisée pour être relayée le plus largement possible sur internet. Une vidéo de 17 minutes de l'attaque a été postée sur Facebook, YouTube, Twitter et Instagram au moment des faits. Un message publié sur le forum de discussion 8chan donnait des liens vers un manifeste et une page Facebook diffusant un livestream de l'attaque. La page a depuis été supprimée mais la vidéo avait déjà circulé.

Dans la vidéo, filmée grâce à une caméra fixée sur son torse, le tireur s'exprime en parlant directement aux internautes: «N'oubliez pas, les gens, abonnez-vous à Pewdiepie.» Une référence au pseudonyme de Felix Kjellberg, le vidéaste ayant le plus d'abonnées et d'abonnés (89 millions) sur YouTube. Une référence qui renvoie aussi à sa rivalité avec T-Series, une chaine YouTube indienne qui lui conteste la place de numéro 1. «Je me sens absolument écœuré d'avoir mon nom prononcé par cette personne», a réagi Pewdiepie sur Twitter.

Défauts de modération

Le manifeste de soixante-treize pages, résolument raciste, reprend des idéologies néo-nazies et suprémacistes, et fait référence à différents tueurs. De nombreuses parties du texte contiennent aussi des mots destinés à attirer l'attention. Le deuxième amendement de la Constitution américaine, celui qui garantit le droit de porter des armes, est mentionné, ainsi que les jeux vidéo Fortnite et Spyro the Dragon.

Les tueries de masse sont destinées à capter l'attention du grand public, apeurer la population et recruter de nouveaux adeptes. L'utilisation des réseaux sociaux permet à ce genre de vidéo d'être vues par le plus grand nombre, volontairement ou non. La rapidité avec laquelle s'est propagée la vidéo démontre les failles des systèmes de modération. La publication du livestream original aurait été difficile à empêcher mais une fois sur internet les plateformes sont impuissantes pour bloquer la prolifération des partages.

Ce cas n'est pas le premier du genre et met, une nouvelle fois, la pression sur les grands groupes pour surveiller efficacement leur réseaux et éviter un cas similaire. Le risque est de voir des personnes s'inspirer de ces actes, soit exactement l'effet recherché.

En ce moment

Le nouvel algorithme de Tinder, avoir confiance en son VPN et la tristesse du free-to-play, une semaine sur korii

Et Cætera

Le nouvel algorithme de Tinder, avoir confiance en son VPN et la tristesse du free-to-play, une semaine sur korii

Séance de rattrapage des articles que vous avez peut-être ratés.

Instagram, plus grand centre commercial du monde

Biz

Instagram, plus grand centre commercial du monde

L'application permet désormais d'acheter des vêtements sans passer par le site du fournisseur.

Passez votre réseau LinkedIn au filtre Marie Kondo

Et Cætera

Passez votre réseau LinkedIn au filtre Marie Kondo

Après avoir frappé sur Twitter, elle revient sur le réseau social professionnel –et la pitié est interdite.