Qui est derrière ces comptes uniquement dédiés à la défense des positions du Pr Raoult? | Brian McGowan via Unsplash.
Qui est derrière ces comptes uniquement dédiés à la défense des positions du Pr Raoult? | Brian McGowan via Unsplash.

Une usine à trolls soutient-elle Didier Raoult sur les réseaux?

Sur Twitter, de lourds soupçons de manipulation existent autour du débat sur l'hydrochloroquine et du Pr Raoult.

Dès début mars et les annonces péremptoires du Pr Didier Raoult sur l'efficacité de l'hydroxycholoquine dans le traitement du Covid-19, nombre d'usagers et usagères de Twitter –scientifiques, médecins comme journalistes– ont assisté à déferlement de comptes nouvellement créés, dès lors qu'ils émettaient ne serait-ce que des doutes sur la validité de ce traitement.

D'arguments fallacieux en injures, de phrases prototypées en retweets partisans, ces comptes, souvent sous pseudonymat, ont fait naître chez beaucoup l'intuition qu'il s'agissait de trolls voire de bots, sans autre raison d'être que de porter la bonne parole de l'infectiologue marseillais.

Pour autant, il s'agissait de transformer cette intuition ne serait-ce qu'en hypothèse valable, voir en démonstration minutieuse. Ce travail laborieux a été finalement initié par Maxime, enseignant en informatique, qui souhaite rester anonyme afin de se préserver.

Après un thread sur Twitter dans lequel il a posé les éléments dont il disposait, nous lui avons posé quelques questions sur sa démarche et ce qu'il expliquait avoir mis au jour.

Il faudra, avant de pouvoir tirer des conclusions, élargir et consolider ce faisceau de preuves. Reste que le constat de Maxime est troublant et qu'il pourrait mettre en lumière de nouveaux égarements éthiques autour de l'hydrochloroquine et de ses appuis, institutionnels ou privés.

Korii: Bonjour Maxime, pouvez-vous vous présenter?

Maxime: J'utilise l'informatique surtout depuis l'apparition du web dans les années 1990. Je n'ai jamais cessé de m'y intéresser, par curiosité mais aussi car je souhaitais en faire mon métier.

Je suis maintenant enseignant dans plusieurs domaines de l'informatique, plus particulièrement dans des domaines qui touchent au web et à la cybersécurité. Sur les réseaux, j'essaie de mettre en garde les internautes sur l'utilisation de leurs données, tout en prodiguant quelques conseils sur l'utilisation du web.

Les comptes étaient créés de la même manière: pseudo suivi de plusieurs chiffres, prénom ou nom banal, bio décrivant un cursus scientifique, une image visiblement prise sur This Person Doesn't Exist.
Maxime, enseignant en informatique, @wladtepes sur Twitter

Comment en êtes-vous venu à vous poser la question des trolls ou des bots qui défendent le Pr Raoult et l'utilisation de l'hydroxychloroquine?

Au début, je ne m'y suis pas intéressé, je ne connaissais pas Didier Raoult avant la crise sanitaire actuelle. Ce n'est qu'en voyant des trolls arrivaient en masse, lorsque l'on soulevait ne serait-ce qu'un détail sur son discours que cela m'a intrigué –ce devait être en mars ou avril.

Au début, j'ai pris ça pour des bots (donc un système automatique avec personne aux commandes) car cela semblait trop rapide et parce que ça se déclenchait par mots-clefs.

De plus, les comptes étaient créés de la même manière: pseudo suivi de plusieurs chiffres, prénom ou nom banal, bio décrivant un cursus scientifique, une image visiblement prise sur This Person Doesn't Exist. Il était difficile d'avoir un dialogue sain sur Twitter à partir du moment où l'on parlait de l'IHU, d'hydroxychloroquine ou de Didier Raoult.

Alors vous vous êtes dit que vous alliez tenter une immersion?

Fin mai-début juin, j'ai voulu quitter Twitter: cela devenait insupportable. Mais j'avais du temps pendant cette période, alors j'ai voulu tester. Comme un jeu, sans savoir ce que je pouvais découvrir.

Pouvez-vous nous raconter comment vous avez procédé?

J'ai cherché à communiquer plus durablement avec ces comptes (alors que jusque-là, j'abandonnais assez rapidement), pour comprendre un peu le mode de fonctionnement, à quels mots-clefs ils répondaient, de quelle manière…

Puis, de temps en temps, j'indiquais que ces trolls/bots fonctionnait mal, ou qu'ils n'avaient pas assez de répartie… Pour les énerver. Je pensais, naïvement, que la personne qui gérait ça finirait par me contacter par message privé.

J'ai alors créé plusieurs comptes sur des sites d'annonces pour proposer ce genre de service de gestion de comptes de bots. Tout en ajoutant «vous devriez aller sur tel ou tel site pour avoir des trolls/bots de meilleure qualité».

Au début, je n'ai pas eu de retours. Puis, j'ai eu des demandes d'entreprises, sans rapport avec l'hydrochloroquine. Une d'entre elles m'a interpellé: elle concernait le domaine de la santé.

Qu'avez-vous trouvé?

Ce contact ne souhaitait pas communiquer par message privé mais via e-mail; ce qui me permettait peut-être d'obtenir plus d'informations. Ce refus m'a d'autant plus interpellé, j'ai donc insisté et j'ai eu mon e-mail. Le message n'avait pas été envoyé avec une boîte e-mail traditionnelle, mais via le serveur d'un site Internet. Certainement par souci d'anonymat.

Sauf que c'est tout l'inverse: l'e-mail provenait de l'adresse IP du site internet d'une entreprise gérée par une personne aux propos virulents sur Twitter lorsque l'on se prononce en défaveur de Didier Raoult, de l'IHU, ou de l'hydroxychloroquine… Cela ne veut rien dire, mais ce sont autant de rapprochements troublants.

J'ai joué le jeu et j'ai fait ce que l'on me demandait. Ensuite, les demandes se sont enchaînées et j'ai découvert des procédures à suivre, des personnes à embellir, des personnes à attaquer.

À titre personnel, j'ai gagné 243 euros, versés via PayPal, que je reverserai à une association.
Maxime, enseignant en informatique, @wladtepes sur Twitter

À votre avis, qui est derrière tout cela? Dans quels buts? Et qui finance?

À l'heure actuelle, il est difficile de se prononcer. Il serait facile de dénoncer un complot pro-IHU, pro-HCQ, pro-Raoult. Mais je ne suis pas adepte des complots. Il est habituel de voir ce genre de comportement pour embellir l'image de quelqu'un.

Capture d'écran fournie par Maxime.

J'ai vu passer l'information comme quoi ce serait utile de redorer l'image de Didier Raoult pour de futures élections, mais je n'y crois pas spécialement. Peut être que tout ceci est lié... Mais vu le prix des comptes trolls/bots (au maximum quelques centaines d'euros), ce pourrait très bien n'être tout simplement un·e fan qui a de l'argent à dépenser. À titre personnel, j'ai gagné 243 euros, versés via PayPal, que je reverserai à une association.

Est-ce que tout ça vous semble inédit? Surprenant?

Cela n'est pas inédit et ne me surprend pas. Beaucoup d'entreprises utilisent ces méthodes pour gagner des followers et faire leur publicité, nous pouvons le voir tous les jours sur les réseaux.

Si c'est légal, éthiquement c'est très moyen, mais c'est maintenant le paysage habituel des réseaux sociaux. Cela se passe également lors d'élections importantes: le cas des élections américaines de 2016 est connu. Ici, j'avoue que les comptes étaient très virulents et agressifs. Ce qui est rare.

Avez-vous reçu des menaces? Été intimidé?

Je suis harcelé et menacé depuis que j'ai commencé à prendre part contre la méthode du Pr Raoult. Une intimidation qui s'est accrue avec mon dernier thread. J'ai reçu énormément de messages. La majorité de ces messages n'étaient pas du tout violents, au contraire.

Quelques personnes que je respecte et suis sur Twitter m'ont signifié un manque de rigueur. Je ne suis pas journaliste et je n'ai pas cette rigueur, ça a été mon erreur. Je ne voulais que montrer que ce système de trolls existait. J'ai donc suspendu mon compte quelques jours, le temps de réfléchir à tout ça et voir comment faire pour la suite.

En ce moment

Le concours mortel de Pepsi, un Tchernobyl volant, une apocalypse boursière, l'hebdo de korii.

Et Cætera

Le concours mortel de Pepsi, un Tchernobyl volant, une apocalypse boursière, l'hebdo de korii.

Les dix articles de la semaine, pour chasser l'ennui de votre dimanche.

Le confinement a fait de deux octogénaires de Taïwan des stars d'Instagram

Et Cætera

Le confinement a fait de deux octogénaires de Taïwan des stars d'Instagram

En un mois, le couple a atteint les 600.000 followers.

Et si vous preniez l'avion pour aller nulle part?

Biz

Et si vous preniez l'avion pour aller nulle part?

Aéroports et compagnies rivalisent dans le non-sens pour compenser l'effondrement du marché aérien.