Valeri Zaloujny,ommandant en chef des forces armées ukrainiennes, à Kiev, le 19 octobre 2021. | Gleb Garanich / Pool / AFP

Valeri Zaloujny,ommandant en chef des forces armées ukrainiennes, à Kiev, le 19 octobre 2021. | Gleb Garanich / Pool / AFP

Valeri Zaloujny prévient: Moscou va bientôt réessayer de s'emparer de Kiev

Selon le très sérieux chef des armées ukrainiennes, la nouvelle offensive pourrait avoir lieu dès janvier.

C'est dans les colonnes de The Economist que l'on peut lire cette prédiction, étonnante lorsque l'on connaît la situation actuelle des armées russes et que l'on se souvient de la piteuse manière dont s'est terminée sa précédente tentative, dans les premiers mois de l'invasion: Moscou préparerait une nouvelle et massive offensive au sol pour s'emparer de Kiev.

Le média précise cependant que ce ne sont nullement ses propres prédictions, mais celles de Valeri Zaloujny, talentueux général qui mène la danse militaire du côté ukrainien, rencontré avec son camarade le colonel général Oleksandr Syrsky et du dirigeant Volodymyr Zelensky.

«Les Russes préparent quelque chose comme 200.000 nouveaux soldats», affirme Valeri Zaloujny. «Je n'ai aucun doute sur le fait qu'il vont tenter de s'en prendre à nouveau à Kiev», ajoute-t-il, précisant que ce nouvel assaut au sol pourrait être déployé depuis la Biélorussie, le Donbass ou le sud de l'Ukraine dès le mois de janvier 2023, plus probablement au printemps.

Il existe effectivement quelques signes inquiétants côté russe. La menace biélorusse continue à planer sur le conflit, avec des mouvements de troupes et manœuvres militaires qui, si elles semblent n'être qu'un chiffon rouge selon le renseignement britannique, poussent néanmoins l'état-major ukrainien à se préparer à toute éventualité.

Surtout, malgré ses vives dénégations et les risques mortels que cela ferait peser sur l'économie russe, Moscou préparerait d'ores et déjà une nouvelle vague de mobilisation. Selon certains analystes, elle aurait même déjà commencé dans l'ombre, car la précédente ne s'est jamais officiellement tout à fait terminée.

Circonspection

Pourtant, et bien qu'ils soient les principaux concernés et maîtrisent plutôt bien leur sujet, la circonspection peut être de mise face à ces sombres prévisions émises par l'état-major ukrainien. Malgré quelques signes de résistance, l'économie russe est déjà exsangue et glisse de plus en plus, du fait de la guerre et des sanctions qu'elle a déclenchées, vers un marasme profond et durable.

Si le front est en ce moment relativement immobile –avec néanmoins d'âpres combats autour et dans la ville de Bakhmout–, l'hiver pourrait être militairement défavorable à une Russie mal équipée et à la peine. Et un éventuel appui de la Biélorussie d'Alexandre Loukachenko semble peu probable, malgré quelques mouvements inquiétants ou pensés pour l'être.

L'Ukraine pourrait ne pas réellement prendre de pause opérationnelle pour temporiser et réarmer, mais tenter au contraire de profiter de son élan et de pousser son avantage sur la boue glacée, peut-être vers Melitopol, où elle a récemment frappé une base russe ainsi qu'un pont pouvant donner quelques indices sur ses prochaines cibles.

Dans leur majorité, les analystes occidentaux ne croient donc pas à un tel sursaut de Moscou ni à un nouvel assaut massif au sol. Du moins, pas en l'état. Les troupes russes sont épuisées, mal équipées, mal entraînées. Elles ont été décimées d'une centaine de milliers de combattants, souvent de malheureux conscrits envoyés au front sans véritable entraînement voire sans matériel, mais parfois aussi issus d'unités précieuses et prestigieuses.

De plus, les troupes russes manquent cruellement de munitions, au point de s'en remettre à de vieux obus rouillés produits il y a quarante ans et à la Corée du Nord pour continuer le combat au sol. La pénurie est telle que, selon le patron des armées britanniques, l'amiral Tony Radakin, «la capacité [des Russes] à mener des opérations réussies au sol diminue rapidement».

Et si l'arrivée massive dans la danse macabre des missiles et drones iraniens pourrait offrir un sursaut destructeur à Moscou, les alliés de Kiev ne restent pas les bras croisés et s'activent pour lui fournir de quoi défendre durablement ses cieux –et ses infrastructures énergétiques, visées avec cynisme par la Russie. La probable arrivée prochaine de systèmes de défense antiaérienne Patriot pourrait ainsi changer la donne.

Lundi 12 décembre, Vladimir Poutine annulait par ailleurs une traditionnelle conférence de presse de fin d'année, peut-être de peur d'être confronté à trop de questions et de doutes sur l'état réel de sa guerre contre son voisin ukrainien. Mais de l'autre côté, Valeri Zaloujny a tout intérêt à maintenir la pression sur les alliés de Kiev.

Car même si la Russie ne prépare pas réellement de nouvelle offensive massive, son pays a besoin de plus d'armes –notamment à plus longue portée, que les Britanniques n'excluent plus d'envoyer–, pour reprendre ses terres et peut-être même celles saisies en 2014 par son envahissant voisin, en particulier la Crimée.

Ces besoins de matériels sont d'autant plus criants, explique The Economist, qu'une petite musique favorable à un arrêt des combats et à des négociations entre la Russie et l'Ukraine commence à nouveau à se faire entendre, par exemple du côté d'Emmanuel Macron, dont les propos irritent parfois assez fortement. Dans ce contexte incertain, Kiev a tout intérêt à chercher, par tous les moyens, à se placer en position de force.

En ce moment

Le top 13 des missiles les plus dangereux au monde

Tech

Le top 13 des missiles les plus dangereux au monde

Dans la course aux armes hypersoniques, Chine et Russie ont plusieurs longueurs d'avance sur les États-Unis.

🌞 Le soleil qui tourne à l'envers ✈️ Le MiG-29, héros d'Ukraine 🔪 Les criminels de Wagner dans la nature: l'hebdo de korii.

Et Cætera

🌞 Le soleil qui tourne à l'envers ✈️ Le MiG-29, héros d'Ukraine 🔪 Les criminels de Wagner dans la nature: l'hebdo de korii.

Dix (courts) articles pour bannir l'ennui de votre dimanche et prendre de l'avance sur le monde.

☢️ Des mini-centrales peu efficaces 🕘 Une aide à l'Ukraine trop tardive 🚗 L'Autopilot Tesla aux fraises, hier sur korii.

Et Cætera

☢️ Des mini-centrales peu efficaces 🕘 Une aide à l'Ukraine trop tardive 🚗 L'Autopilot Tesla aux fraises, hier sur korii.

Quatre articles pour prendre de l'avance sur le monde.