Une Polestar présentée au Beijing Auto Show, le 26 septembre 2020. | Wang Zhao / AFP
Une Polestar présentée au Beijing Auto Show, le 26 septembre 2020. | Wang Zhao / AFP

Polestar promet la première voiture réellement zéro carbone

La filiale de Volvo pense pouvoir lancer sa Polestar 0 d'ici à 2030, sans avoir recours au système de compensation.

«La compensation est une manière de se défiler.» Cette déclaration, qui vise le système de compensation carbone, ne vient pas d'un militant écologiste mais de manière surprenante du PDG d'un constructeur automobile. Plus précisément de Thomas Ingenlath, le patron de Polestar, la division performance de la firme suédoise Volvo, désormais propriété du groupe chinois Geely.

Polestar s'est fixée un objectif très ambitieux: créer d'ici à 2030 une voiture électrique zéro carbone, sans avoir recours à la compensation. Une première. Lorsqu'une entreprise promet un produit «zéro carbone», sa production est rarement tout à fait dénuée de toute émission de CO2: les émissions provoquées sont généralement «équilibrées» en recapturant par ailleurs une quantité égale du gaz polluant.

Mais cette méthode est très critiquée. Son efficacité est loin d'être prouvée et la méthode de séquestration la plus populaire aujourd'hui, la plantation d'arbres, est souvent jugée à la fois inefficace, trop chère et impossible à mettre en place à une échelle suffisante.

Tâche titanesque

Dans son rapport sur la durabilité, Polestar admet en effet que «la production d'une voiture électrique émet aujourd'hui plus de gaz à effet de serre que celle d'un moteur à combustion». Son objectif n'est donc pas simplement de vendre une voiture électrique, mais un véhicule dont la production n'aura pas émis de CO2.

La majorité des opérations de Polestar sont situées en Chine, un pays encore alimenté en grande partie grâce au charbon. Les efforts de décarbonation du pays devraient contribuer à l'objectif du constructeur, mais ils ne suffiront pas.

L'une des difficultés majeures auxquelles l'entreprise devra faire face sera de se fournir en matières premières qui respectent la neutralité carbone. Ne serait-ce que parvenir à rendre «verte» la production des batteries, qui nécessite d'aller miner des métaux rares comme le lithium, est aujourd'hui impossible.

Remplir cet objectif en moins de dix ans ressemble donc à une tâche titanesque –et un pari incertain, pour lequel Polestar n'a, pour l'instant, pas annoncé de plan précis. L'avantage de Polestar est qu'elle est une division «performance», à la taille restreinte. Elle peut donc proposer des véhicules plus chers et dispose de plus d'agilité que les gros constructeurs.

Reste à voir si la promesse de produire la Polestar 0 relève d'un opportuniste effet d'annonce ou si les efforts de la filiale de Volvo ont de réelles chances de transformer les mécanismes et chaînes de la production automobile.

En ce moment

Grosse frayeur pour l'ISS, Jeff Bezos pas astronaute, le F-35 trollé par l'US Air Force, l'hebdo de korii.

Et Cætera

Grosse frayeur pour l'ISS, Jeff Bezos pas astronaute, le F-35 trollé par l'US Air Force, l'hebdo de korii.

Dix (courts) articles pour comprendre votre monde autrement, et briller en société.

Votre vieille voiture vaut désormais plus cher que quand vous l'avez achetée

Biz

Votre vieille voiture vaut désormais plus cher que quand vous l'avez achetée

L'occasion fait le larron.

Grosse, grosse frayeur pour la Station spatiale internationale

Tech

Grosse, grosse frayeur pour la Station spatiale internationale

Le module russe Nauka a donné quelques sueurs très froides à la Nasa.